07/20
fren
Partager
  • twitter share button

Avril 2020

Par Aurélie des Robert

Le confinement selon Kevin Grandel de Keating et Sébastien Bizet

Curieux, gourmands, voyageurs, perfectionnistes, bienveillants, sociables, très sociables, amoureux des mots… ces deux-là étaient faits pour se rencontrer ! Sébastien est responsable de communication et rédacteur en chef de #linstantmytho. Kevin, touche à tout, s’est nourri de ses 3 ans à Tel Aviv. Il a longtemps travaillé  dans le monde de la haute joaillerie, de la presse écrite déco comme styliste pour évoluer aujourd’hui dans l’immobilier de luxe. C’est avec leur chat BizKeat qu’ils partagent leur quotidien dans leur appartement du 17ème, aux Épinettes, quartier historique de Paris. Un quotidien bien rempli ! Portraits croisés.



1 – Photo de confinement

Sébastien : J’ai choisi la chambre car c’est souvent dans cette pièce que je fais mes visio pour le travail (le confinement n’a en rien ralenti à mon activité, au contraire), souvent en compagnie de BizKeat, notre chat, ravi de ce confinement. En plus, le papier peint Rebel Walls me donne un peu l’impression d’être dans un jardin tropical imaginaire, c’est assez précieux quand on vit à Paris…

Kevin : Dans le salon, sur le lit Empire en velours noir, seul souvenir matériel qu’il me reste de ma grand-mère maternelle, et sous le trophée Bizkeat Project, une œuvre de l’artiste Sandra Muzy. J’aime cet endroit de l’appartement pour me prélasser ou lire dans l’après-midi avant une séance de Yoga ou de Body Art avec Olessya.


2 – Quels sont vos rendez-vous quotidiens depuis le confinement qui vous font du bien ?

Sébastien : Je vous préviens, la liste est longue…Mes rdv de la semaine sont axés sur mes deux obsessions du moment, la cuisine et le sport ! Niveau cuisine (mon rayon c’est plutôt le salé, Kevin s’occupe du sucré). Je puise dans les stories de Jordan Moilim, Jean-Louis Nomicos, Bastien ou encore Maisie Café, et j’écoute assidûment « On va déguster » de François-Régis Gaudry, que je suis aussi sur Instagram, tous les dimanches sur France Inter. Pour le sport, je suis les lives Instagram de L’Usine et du Ken Group, qui en plus a mis une cagnotte en ligne au profit de la Fondation de l’Assistance publique des hôpitaux de Paris. J’ai déjà mes chouchous au niveau des coaches, Olessya pour le yoga, Julie pour la sophrologie, Matthias, Mikael, Ivan, Guillaume ou encore Djalel pour le renforcement musculaire, et Maximilien pour le Pilates. Et bien sûr, je suis les 3 rendez-vous de la semaine que donne la Fondation Louis Vuitton sur YouTube et Facebook, une expo le mercredi à 18h, un concert le vendredi à 20h30 et un concert de la Classe d’Excellence de Violoncelle de Gautier Capuçon le dimanche à 17h30. Occasionnellement, notamment pour mon anniversaire que j’ai fêté confiné, je retrouve quelques amis sur l’appli House Party, pour un verre ou un café. Comme tout le monde, j’ai rdv tous les soirs à 20h à la fenêtre pour les applaudissements, une pensée pour le personnel hospitalier bien sûr mais aussi pour toutes ces personnes qui nous permettent de continuer à vivre (le personnel des supermarchés, l’épicier, le poissonnier, le boulanger, le boucher…). Bref, jamais mon agenda n’a été aussi rempli qu’en cette période de confinement.

Kevin : Je passe énormément de temps sur Instagram, ce qui me permet de garder le contact au quotidien avec mes amis et de suivre des comptes intéressants aussi bien pour la cuisine que pour le bien-être et le sport.
Je suis assez addict à l’info, donc pour éviter de passer ma journée devant BFM, j’adore lire le récap de l’actu grâce à la newsletter quotidienne de TTSO,  et celle de France Culture.
2 à 3 fois par semaine, je suis la séance de sophrologie/méditation de 10h30 de Julie Laurent-Marotte. Elle fait toute une série d’exercices de respiration qui font un bien fou et qui permettent de relâcher la pression accumulée en cette période de confinement. 
Tous les jours j’essaie de suivre un ou deux cours de sport, et j’ai entraîné quelques amis du groupe Whats App AEP crée par Sophie El Mestiri. Cela nous permet de nous motiver tout en ayant l’impression d’être tous ensemble dans la même salle de sport (ou devant une piscine paradisiaque).
Parmi les comptes que je suis, celui du coach Arnaud Gavary qui donne un training génial  et complétement adaptable au niveau de chacun sur son compte perso et sur ceux du Ken Group. Mais aussi les lives de l’Usine et des comptes du Ken Group.
Je profite aussi de ce temps pour appeler longtemps mes amis, au quatre coins du monde, grâce à Whats App et House Party et me rendre compte qu’on ne passe pas assez de temps avec les gens qu’on aime. On invente notre monde d’après.
C’est très dur pour moi de rester enfermé, Je joue à des jeux vidéo, notamment GTA 5, qui a un gameplay incroyable et qui me permet de m’évader. On se retrouve dans un monde complément ouvert qui permet de voyager en visitant librement la ville de Los Santos, une réplique plus vraie que nature de Los Angeles. C’est aussi un exutoire, car l’aspect complètement amoral du jeu est très jouissif.
J’aime beaucoup les lives décalés de la revue Playboy. La playmate transgenre d’hier, Geena Rocero, donnait une leçon de cuisine, en préparant en direct le célèbre poulet adobo, le plat traditionnel philippin. 
Et du coup, je me suis un peu mis à la cuisine, Sébastien et moi sommes complémentaires car il cuisine (très bien) le salé et moi je préfère m’atteler aux desserts. Je suis notamment depuis quelques jours le blog de Pépites de Noisettes qui donne de super idées.
Et surtout tous les soirs, le rendez-vous super convivial et hilarant de Cyril Lignac diffusé au même moment sur M6. 
On peut voir toutes les recettes à l’avance pour ne faire qu’une seule fois ses courses dans la semaine.
Évidemment tous les soirs nous nous joignons aux applaudissements des voisins pour saluer le personnel soignant ainsi que tous ceux qui continuent de travailler pour que la vie puisse continuer. On ne parle pas assez des caissiers, éboueurs, marchands de journaux qui eux aussi risquent leur vie au quotidien pour faciliter la nôtre.


3 – Un livre que vous n’avez pas lâché ?

Sébastien : Le livre « On va déguster » car en cette période surréaliste, j’ai malheureusement du mal à me concentrer pour lire de la littérature. En revanche, je cuisine plus que jamais et ce livre est une véritable encyclopédie de la bonne bouffe ! Une cuisine familiale, gourmande et généreuse, tout ce dont on a besoin en ce moment !

Kevin Je viens de relire « Brève Histoire de Sept Meurtres », de Marlon James que j’avais acheté sur les conseils de « La Dispute » l’émission d’Arnaud Laporte de France Culture. Un roman d’espionnage polyphonique génial, sur fond de Reggae jamaïcain, décapant !
Je me suis replongé dans l’ « Encyclopédie des Symboles », car en cette période confinée, notre activité psychique est d’autant plus sollicité qu’on se souvient beaucoup plus de nos rêves, et qu’il est important d’en connaître les messages qu’ils nous envoient.


4 – Votre dernier repas au restaurant : c’était quand, où et qu’avez-vous dégusté ?

Sébastien et Kevin : Notre dernier dîner était en compagnie de nos amis avec qui nous partageons l’amour de la bonne chère et du bon vin, dans un restaurant italien que je ne connaissais pas, Il Barone dans le 14ème. Nous avons hésité à y aller car c’était le vendredi qui a précédé le début du confinement mais nous avons tellement bien fait d’y aller avec du recul ! Je me souviens avec émotion des pâtes au pesto que j’y ai dégustées, et des pâtes aux anchois qu’avait choisies Kevin, j’ai hâte d’y retourner, avec les mêmes amis !
Depuis, on en fait assez souvent.


5 – Dans quel hôtel  rêveriez-vous d’être, là maintenant ?

Sébastien : J’adorerais être à Procida, petite perle au large de Naples, dans le Solchiaro Resort pour retrouver Tonino et Rosaria, qui nous régaleront encore de leur salade de citrons !

Kevin : Il y a plusieurs endroits où j’aimerais être, mais en ce début de printemps, je pense à l’Hôtel de l’Orange à Sommières, entre Nîmes et Montpellier. C’est un très bel hôtel particulier datant du 18ème siècle, avec une belle piscine en pierre. On a vraiment l’impression d’être dans une maison de famille.


6- Que faites-vous depuis le confinement que vous ne faisiez pas avant ?

Sébastien : J’ai toujours fait du sport, mais plutôt 2 à 3 fois par semaine. En ce moment, c’est devenu vraiment salutaire, je ne peux pas passer une journée sans en faire !
Kevin : 1.30 de sport par jour. Et j’ai commencé l’écriture d’un roman…


7 – La série ou le film que vous conseillez ?

Sébastien : « Veep », série irrésistible mettant en scène une vice-présidente entourée d’une équipe de bras cassés. Toutes les répliques font mouche ! Et comme on a le temps de regarder des séries, je conseille aussi « Black Mirror », « The Crown », « Ozark ». On vient de commencer « The Walking Dead » aussi, mais vu l’actualité, je ne sais pas si je la recommande, âmes sensibles s’abstenir !

Kevin : « La Belle époque », de Nicolas Bedos, super touchant. Et pourtant d’habitude, je n’aime pas le cinéma français. La série « Ozark » ou la descente aux enfers d’un couple aux prises avec un cartel mexicain.


8 – Quelle est la première chose que vous ferez quand le confinement prendra fin ?

Sébastien : Un dîner entre amis chez Coretta, un merveilleux restaurant du 17ème, ou à la maison, pour les régaler d’une de mes nouvelles recettes testées pendant ce confinement ! Et j’ai hâte aussi de retrouver ma routine café au café Pimpin.

Kevin : Prendre un café au soleil et admirer le spectacle de la rue.


9 – Un voeu ? 

Sébastien : J’espère surtout que cette situation inédite prendra fin bientôt, et que les priorités de chacun seront réévaluées après cette période. Car le plus important finalement, c’est d’être bien entouré, de savoir profiter des choses simples et de prendre des nouvelles des gens qu’on aime et qui sont loin. Je suis sûrement naïf mais j’espère qu’on réapprendra à vivre plus lentement, plus en harmonie avec le rythme de la nature, loin de la vie trop trépidante qu’on menait jusqu’alors et dans un monde toujours plus rapide.

Kevin : A la fin de cette crise, nous aurons tous une soif de vivre et de consommer, et j’aime à penser que nous le ferons de manière réfléchie et respectueuse de l’environnement.


  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • haut de page