Menu
05/18
fren
Partager
  • twitter share button
Mai 2015

Les Manoirs de Tourgéville © Jean Jacques L'Héritier

Chabadabada…

Par Laurence Gounel

Un homme, une femme et de longs week-ends en perspective. Vous sentez l’appel de la Manche ? Cap sur la Normandie. Pas sur les planches ni sur les plages du débarquement, mais sur les pas de Monsieur Lelouch. Attention, ça tourne… A la sortie Deauville, après Canapville prendre la D27. Direction Tourgéville, petite bourgade du vert bocage, soigneusement planquée mais à 5, 4 kilomètres des planches pour ne rien rater. Deux coups de volant et un créneau plus tard, c’est comme si vous vous invitiez dans une grande maison d’amis. Au beau milieu d’un parc de 7 hectares. Bien bien au-dessus du bling-bling urbain qui sévit plus bas. Ca rafraîchit, non ? Rien d’étonnant à ce que le cinéaste y ait élu domicile avant de le revendre à la Famille Chevanne il y a 5 ans. Le domaine est gargantuesque et proprices aux fêtes.
Pour l’heure, pas un bruit, juste le chant des oiseaux et une pelouse taillée au milimètre. Au milieu, une grande bâtisse à colombages et tout autour, 5 manoirs circulaires posés comme de petits électrons autour d’un atome central. Pourquoi ça nous a plu d’emblée ? Parce que rien d’empesé à en croiser les autres parisiens – du cinéma, des médias… – qu’on imagine un peu « lancés » la semaine mais là, franchement détendus en mode tribu. Comme dans une maison de famille. Inspirée, à en découvrir la salle de ciné perso de Claude Lelouch, reliftée et intimiste. Pour les fans : séances privées et toute la filmo du cinéaste bien-sûr, mais aussi celle d’hitchkok, les James Bond et une sélection pointue sur ces 10 dernières années. Le reste du temps franchement, on a eu une drôle de facilité à échanger entre hôtes, avec la disponibilité du personnel et une vraie gentillesse dans le service.
En amoureux : on vise directement l’une des chambres en duplex du bâtiment principal, dont chacune porte le nom d’une personnalité du cinéma.
En famille : on a pensé à réserver une suite en triplex (avec salon et cheminée) pour descendre dîner après avoir couché le petit dernier. CQFD.
En tribu : on privatise l’un des manoirs, conçus comme de belles maisons indépendantes avec séjour, chambres, salles de bain et grande cheminée. Toutes les parties sont communicantes donc selon l’humeur, on préserve son intimité.
Le + : la vraie piscine intérieure chauffée à 27°C, pour enchainer les longueurs tôt le matin, et pour occuper les kids en journée si la météo joue des tours. Accessoirement, le spa n’a rien d’anecdotique avec toute la gamme de LPG visage et corps, donc on pense à booker un soin anti-âge ou ciblé avant d’arriver.
Bord de mer ou terrasse in situ ? Un plateau de fruits de mer sur les planches les jours de plein soleil et le soir, la carte du lounge devant la cheminée (12° un soir de mai, ça vous étonne encore ?) ou en terrasse le reste du temps. Pour le fish and chips et le Burger normand – andouille de Vire, Pont L’Evêque et pommes – trop bons. Après ? La dernière séance pardi.
Et le dimanche ? Ca se passe ici. Avec les brunchs croquet qui lancent la saison. Pieds nus dans l’herbe, sous la tonnelle, avant d’attaquer les matchs (tous niveaux).
Deauville sans le folklore.
www.lesmanoirstourgeville.com

Les Manoirs de Tourgéville © Jean Jacques L'Héritier


  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page