Menu
02/18
fren
Partager
  • twitter share button

29 avril 2016

John Chiara, Steen at Oakhurst, From the Mississippi Series. Une halte John Chiara à la NextLevel Galerie avril 2016. PLUMEVOYAGE. @plumevoyagemagazine. Courtesy the Artist, ROSEGALLERY and NextLevel Galerie Paris

John Chiara à la NextLevel Galerie

Par Françoise Spiekermeier

JOHN CHIARA, PHOTOGRAPHE
In Camera : American Landscapes
Basé à San Francisco, John Chiara construit ses appareils photographiques surdimensionnés et les transporte à l’aide d’une remorque à plateau pour produire des images uniques de grands formats. A la fois auréolée de mystère et de lyrisme, chaque image, est en soi, un événement photographique.
Son travail est exposé à la galerie Nextlevel. Il s’agit de sa première exposition personnelle en Europe.

  • Une relation fusionnelle avec son appareil

    Si le photographe entretient généralement une relation fusionnelle avec son appareil, alors John Chiara est un cas hors-norme. Le photographe entre à l’intérieur de la chambre noire qu’il a lui-même fabriquée, comme dans une matrice, fait ses réglages, puis s’extrait de l’habitacle par un étroit boyau qui ne laisse pas entrer la lumière. De là sortira son tirage, après une longue pause. De retour dans son studio, il développe l’image dans un énorme tube contenant le bain révélateur.
    Une incroyable logistique
    Il construit un appareil photo à peu près sur chaque site où il décide de travailler. Ainsi a-t-il des appareils au Mississipi, à San Francisco, à New York… uniquement aux Etats-Unis, tout du moins, pour l’instant. C’est une incroyable logistique qui ramène au temps des débuts de la photographie, lorsque les artistes étaient confrontés à un matériel lourd et peu pratique, et qui demandait de longs temps de pose et de développement. Sa technique photographique est d’ailleurs proche du daguerréotype inventé par Louis Daguerre en 1835, qui imprimait l’image directement sur plaque de verre sans utiliser de négatif.

  • Au cœur de l’ère numérique

    Par sa pratique, John Chiara donne du temps au temps, au cœur de l’ère numérique. L’aventure a commencé dans les années 90. « Je photographiais avec une chambre moyen format 4×5 Linhof Tecnica, qui appartenait à mon grand-père. Je faisais mes contacts en noir et blanc ; j’adorais la définition, l’incroyable quantité d’information contenue dans ce si petit format. J’ai eu envie de conserver cette « sharpness » , cette qualité dans des tirages grand format. Il fallait donc sauter l’étape de l’agrandissement, c’est à dire du transfert de l’image depuis le négatif sur le papier photographique. Alors j’ai décidé que, quelque soit le format désiré, je devais construire mon équipement et trouver le bon objectif pour obtenir ce format et shooter directement sur le papier. » Après de longues années de traque dans les petites annonces à la fin des magazines de photo, l’arrivée d’internet lui permet d’acquérir l’objectif idéal, un modèle des années 70 ressemblant à un baril, un « copy-camera » or « process-camera » fabriqué pour des applications dans l’industrie ou la publicité.

  • Une méditation sur la photographie

    « Je voulais faire quelque chose qui me ressemble…qui porte la marque de ma main. Et qui montre l’ensemble du procédé comme un événement photographique. Mon travail est une forme de méditation sur le paysage mais aussi une méditation sur la photographie ». Son inspiration, dit-il, vient des premières photographies en couleur d’Edward Steichen. Mais aussi dans l’approche, de Lewis Baltz pour son regard sur la dépression et les résidus de la société industrielle américaine. Le traitement de la couleur peut faire penser au travail de William Eggleston, particulièrement dans sa série Mississipi.
    « Quand on photographie le sud (des Etats-Unis), qui est la région d’ou vient Eggleston, c’est difficile de faire des images qui ne font pas référence à son travail… Difficile d’y échapper car il danse autour de vous ( « he’s dancing around in the landscape »). Il a aussi utilisé un procédé très commercial de photographie couleur et en a fait quelque chose de spécial. Il est l’un des premiers « colour fine art photographers » et d’une certaine façon ses images, parce qu’il a été le premier à utiliser ces rouges, sont un événement absolu : on ne peut pas ne pas s’y référer, tout y revient. De même, dans mon procédé, le papier n’est pas un papier de collection. C’est un papier commercial pour des utilisations industrielles et je l’utilise à des fins artistiques en raison de sa qualité de conservation, et de sa forte saturation, … Donc il y a une similarité à ce niveau…C’est un peu la même démarche car on a une recherche de saturation de la couleur, de papiers commerciaux utilisés à des fins artistiques. »

  • Révéler des informations subliminales

    John Chiara recherche, par une autre ruse technique, à révéler des informations subliminales que contient le paysage, des évènements passés qu’un procédé photographique normal ne permettrait pas d’amener à la surface. Les paysages pour lui, contiennent des « memories », des souvenirs » qu’il s’agit de ramener à une matérialité. Pour raviver cette mémoire, il imprime sur un papier permettant d’obtenir une image en négatif. C’est le cas devant un paysage qui contient des vestiges du modernisme ou de la puissance américaine, quelque chose de monumental, comme dans FOOTHILL AT BALBOA, LOS ANGELES 2012. « J’ai également changé le filtre de façon à obtenir des verts là où on pense qu’il y aurait des verts, dans les herbes, alors que dans la réalité, c’est un désert. Cela ramène à la vue des choses qui ont existé. J’aime ce processus subliminal que permet l’argentique ».

  • « In Camera : American Landscape », titre de l’exposition jusqu’au 4 juin 2016.

    NextLevel Galerie
    8, rue Charlot
    75003 Paris
    Tél. +33 (0)1 44 54 90 88
    www.nextlevelgalerie.com

    Une vidéo montre John Chiara utilisant son appareil surdimensionné :
    https://www.youtube.com/watch?v=PxomXxbyHb0

  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • haut de page