07/20
fren
Partager
  • twitter share button

Mai 2020

Antoine Vignault du studio OAK, One of a Kind © DR @plumevoyage, Plume Voyage Magazine
 

Par Aurélie des Robert

Un voyageur en déconfinement : Antoine Vignault du studio OAK, One of a Kind

Lorsque comme Antoine Vignault, on est à la fois designer et galeriste, deux mois de confinements sont forcément propices à la reflexion et la création. A la tête de son propre studio de design nomade Oak Studio, il crée en 2014 Oak Gallery pour prolonger ses rencontres avec des créateurs et des artisans d’art à travers de nouveaux projets. Sa devise, il la tient d’Aristote : « Le rôle de l’art est d’incarner l’essence secrète des choses, sans copier leur apparence. » Fin mars, il devait présenter l’exposition « Parenthèse Enchantée » avec de nouvelles pièces signées Hoon Moreau, Dainche, Sophie Brillouet ou encore Laura Portarrieu. Une nouvelle génération d’artistes et de designers dont on pourra découvrir le travail début juin. En attendant, cet inlassable conteur travaille sur un nouveau site web et une nouvelle galerie à Bordeaux. Car le programme des salons s’étant considérablement arrêté, il faut trouver de nouveaux moyens de faire rayonner les talents. Voyageur infatigable, il a trouvé ses inspirations aux quatre coins du monde. Et quand il s’agit de nous inspirer, c’est par millions qu’on le regarde à la télé*. Alors en attendant de découvrir ses nouvelles trouvailles, voici ses confidences de déconfiné.



Comment allez-vous ? Comment s’est passé le confinement ?

J’ai eu le privilège de vivre un confinement plutôt agréable, alternant mes activités entre ma vie de famille à Bordeaux et des allers-retours à Toulouse pour conserver une actualité au sein de la galerie malgré l’annulation de l’exposition prévue initialement fin mars. Ironie de l’agenda, celle-ci s’intitulait « Parenthèse Enchantée » !


Qu’avez-vous fait le jour du déconfinement ? La première chose que vous avez faite?

Ma première sortie a été consacrée aux ateliers car même si j’ai pu suivre les projets en cours à distance, j’ai tout de même besoin du contact avec la matière pour valider, textures et finesse d’assemblage. La visioconférence ne fait pas tout !


Quels ont été vos rendez-vous quotidiens durant le confinement qui vous ont fait du bien ? Avez-vous gardé certaines habitudes ?

Je ne suis pas très à l’aise avec la routine, je suis par exemple incapable de reproduire une recette de cuisine à l’identique… Il faut systématiquement que j’expérimente, que j’améliore. Pendant le confinement aucune journée n’a ressemblé aux précédentes.


Que faisiez depuis le confinement que vous ne faisiez pas avant ?

Éditer des attestations pour me déplacer librement…


Un livre que vous n’avez pas lâché durant le confinement ?

Un vieux carnet de voyage sur la Sicile et les Îles Éoliennes, édité dans les années 60… Une invitation irrésistible à l’évasion qui m’a inspiré le titre de ma prochaine exposition : « Voyages ».


La série ou le film que vous avez vu et aimé durant le confinement et que vous pourriez conseiller ?

Un film plutôt, je ne suis pas assez patient pour les séries. J’ai notamment pris plaisir à « Only Lovers Left Alive » de Jim Jarmusch, une balade langoureuse, improbable et envoûtante entre Détroit et Tanger… Ma prochaine destination si mes billets sont maintenus.


Quelles leçons tirez-vous de cette période inédite ? Des ressentis ou effets positifs sur votre vie ?

Que tout est possible, et que tout peut s’arrêter du jour au lendemain. Un Memento Mori viral en quelque sorte qui bizarrement a stimulé mon optimisme.


Cet été où aimeriez-vous aller ? Quel est le lieu qui vous tient à cœur ?

Mes billets pour cet été étaient pris bien avant le confinement, mais je suis suspendu comme beaucoup aux décisions d’ouverture des frontières. Vers Assilah tout d’abord, une petite cité au sud de Tanger puis Lipari, dans les Îles Éoliennes pour compléter mes propres carnets de voyage.



Dans quel hôtel rêveriez-vous d’aller ?

L’hôtel de mes rêves ? Je le cherche encore mais je garde un souvenir extraordinaire de mon séjour surréaliste au Palazzo Spinelli di Laurino de Naples, pas vraiment un hôtel mais un lieu magique comme je les aime.


Voyage romantique ? Voyage en famille smala ? Voyage nature ? Voyage gastronomique ? Voyage sexy amoureux ? Voyage bien-être ? Voyage à la montagne ? Voyage à la mer ? Voyage immobile ? Quel est votre voyage préféré ?

Un voyage où chaque jour révèle son lot de surprises et de découvertes ! Je ne suis pas fait pour le Club Med !



Si vous aviez une baguette magique quel serait votre voeu ?

Celui de rendre les hommes meilleurs, ce serait un bon début !






*(La Maison France 5, Special Toulouse, près de 2 millions de téléspectateurs)


  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • haut de page