11/18
fren
Partager
  • twitter share button

Octobre 2018

Taiwan : Sophie Hong, au coeur de la soie…

Sophie Hong, au coeur de la soie, Taiwan Tapei. Un pont entre deux rives. octobre 2018. Plume Voyage Magazine #plumevoyage @plumevoyagemagazine @plumevoyage © Lucien Lung © DR

Par Cécile Sepulchre

Sophie Hong est à Taipei, ce que Lagerfeld est à Paris. Une reine…
Dans la capitale vibrionnante de Taiwan, son adresse est d’ailleurs signalée par un haut mur entièrement dédié à son nom. Parmi ses clients figurent Isabelle Huppert, Jack Lang, et bien d’autres. En cette journée ensoleillée c’est pourtant la créatrice elle même qui accueille en toute simplicité ses visiteurs, dans sa jolie boutique située à deux pas du parc de Da’an, et avenue Xinyi, au coeur de Taipei.

A quoi sert la mode d’après elle ? « Elle permet de rendre intéressantes les femmes qui ne sont pas belles, et irrésistibles les jolies femmes » déclare la créatrice, avec un sourire.

Outre son franc parler, Sophie Hong a deux autres points communs avec le grand Karl: elle défie les modes depuis plusieurs décennies, quatre pour être précis et elle est également passée par Chanel. C’était en 1994, après sa formation au Bunka Fashion College à Tokyo, au Fashion Institute of Technology de New York, et enfin à l’Ecole de la Chambre syndicale de la couture parisienne, excusez du peu. Elle aurait pu assoir sa place dans l’arène parisienne mais la créatrice a préféré retrouver ses racines en affirmant son identité taïwanaise. Aujourd’hui encore, elle partage son temps entre Taiwan et Paris. Refusant le cycle frénétique des renouvellements de collections multi-saisonnières, elle a préféré bâtir sa renommée sur des modèles intemporels aux coupes épurées, et la qualité de ses tissus.

SOIES LAQUÉES POUR ESTHÈTES

Ses soies laquées réversibles figurent ainsi parmi les must absolus pour les esthètes éclairés. Sophie Hong a relancé un procédé de teinture sino taïwanaises ancestrale, à base de teintures végétales. Elle utilise des pigments kuru dont l’usage remonte à la dynastie Song. Les panneaux de soie, la plus belle de la région, macérés dans un premier temps dans une trentaine de bain de décoction au kuru, sont ensuite étendus sur une terre glaise ferrugineuse, pour une semaine de séchage au soleil. Le résultat est une soie laquée d’une finesse et d’une texture remarquables, offrant des couleurs double faces tout en restant parfaitement aériennes. On remarque notamment ses vestes réversibles d’un noir ou brun profond coté pile, et d’un rouge sombre coté face. Unique.
La créatrice travaille aussi sur des soies lavées à effet écorce et les velours, qu’elle taille dans des longs manteaux, des robes et des tuniques aux coupes épurées, soulignées de passepoils contractés, de ganses et de boutons précieux.

Aux Parisiens qui n’auraient pas le loisir de lui rendre visite à Taiwan, elle propose depuis 2010 une petite boutique dans le jardin du Palais-Royal, au 3 galerie Montpensier.

Dessinée par l’ architecte et scénographe Nelson Wilmotte celle ci ressemble à une boite précieuse, avec ses carreaux noir, et blanc et ce panneau laqué noir qui ferme les lieux. Sur le mur du fond, sont projeté des images de paysages, de modèles et de défilés.

Il sera bientôt possible de redécouvrir l’ensemble de son oeuvre dans le cadre d’une grande exposition prévue au printemps 2020 au Musée de la Piscine de Roubaix.

Car même si Sophie Hong est une figure emblématique du la mode taïwanaise, elle est aussi très française.

  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • haut de page