Menu
05/18
fren
Partager
  • twitter share button

Mai 2015

News Parisiennes

Béatrice Delamotte

Un week-end sans pont ? Il reste encore tant d’expositions à voir… PLUME VOYAGE vous propose d’en profiter pour faire un crochet à New York dans l’univers arty du Chelsea Hotel chez Renoma ou dans l’univers du jazz à la Maison des Etats-Unis, de découvrir les coulisses de la mode avec Simon Procter à l’InterContinental ou encore de s’émerveiller devant les créations du designer végétail Alexis Tricoire. PLUME VOYAGE vous propose également de profiter de la terrasse du First Avenue, au son des cours de tennis voisins, de s’émerveiller devant les créations en Lego® de Nathan Sawaya, de découvrir les merveilles de la nature au Jardin des Plantes pour la fête de la nature. Et si jamais il pleut, de plonger dans ce très beau livre consacré aux plus belles cabanes perchées du monde. Découvrez aussi une sélection d’adresses gourmandes pour savourer un brunch en famille ou entre amis et se faire surprendre par le mentaliste du Café de la Paix ou déguster les spécialités de Cyril Lignac aux Préx. A moins que vous ne préfériez découvrir la nouvelle adresse pour gastronome de Puteaux, Saperlipopette !, ou la très chic et discrète terrasse des Climats, en plein cœur de Paris. L’occasion également de découvrir de nouvelles adresses gourmandes qui mêlent art et gastronomie comme le MiniPalais, qui font découvrir les pistolets, cette spécialité belge au Bien Fait. A moins de préférer des adresses plus people comme Victoria 1836 ou très arty comme le tout nouveau restaurant de Drouto. Continuons avec le grand concert organisé par Reporters sans frontières à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse. Mais si vous préférez les expositions, nous vous proposons celle consacrée aux « 120 ans de cinéma » au 104. Mais également de découvrir le travail de Marcel Broodthaers à la Monnaie de Paris ou encore redécouvrir les Bains Douches. Happy Paris !

  • Le Chelsea Hotel s’expose chez Renoma

    Ouvert en 1883, le Chelsea Hotel a toujours été au cœur de l’histoire new yorkaise. Conçu dès son origine selon un modèle social le destinant à une vie en communauté, ses douze étages en faisaient le plus haut building de News York. Marginal et délabré, le Chelsea Hotel aura vu défiler les célébrités du monde entier (des rescapés du Titanic à Kerouac, Arthur Miller, Leonard Cohen, Bob Dylan…) parfois à titre gracieux, parfois en échange d’œuvres d’art. De quoi en faire un mythe pour l’ensemble de la communauté artistique. C’est pour rendre hommage à ce monument new yorkais que Maurice et Stéfanie Renoma présentent deux expositions photos, deux visions d’un lieu unique et exceptionnel. L’une, Vertige, est une vision fantasmagorique et personnelle du Chelsea Hotel tandis que l’autre, Tribute to Chelsea Hotel, fait écho à l’irrévérence et à l’érotisme des icônes rock des 70’s au travers du regard de sept photographes.
    Jusqu’au 31 juillet. B.D. www.renoma-paris.com

  • Simon Procter à l’InterContinental Paris Le Grand

    Le photographe britannique expose une sélection de ses œuvres sous la verrière du l’InterContinental Paris Le Grand. Depuis sa première exposition à Art Basel en 2008, il s’est distingué comme l’un des photographes d’art les plus éminents de sa génération. Il doit son succès à son travail avec Karl Lagerfeld, John Galliano et Vivian Westwood, ainsi qu’à ses nombreuses campagnes publicitaires pour les plus grandes marques de luxe.
    Jusqu’au 5 juin. B.D.
    www.ihg.com/InterContinental-Paris

  • « Jazz, the Sound of New York » à la Maison des Etats-Unis

    Depuis plus de 25 ans, Philippe Lévy-Stab associe l’art de la photographie à celui du jazz par les portraits des artistes qui représentent cette musique. Dans cette exposition, il réunit les portraits des compositeurs et improvisateurs qui ont marqué l’histoire du jazz, mais aussi des vues de New York, Williamsburg Bridge, Manhattan, Brooklyn, Harlem… Une balade musicale à travers la ville qui a tant inspiré les plus grands jazzmen.
    Jusqu’au 24 septembre. B.D. www.maisondesetatsunis.com

  • Alexis Tricoire sur tous les fronts

    Invité de la prestigieuse maison B&B Italia pour les D’Days (du 1er au 7 juin), Alexis Tricoire a conçu la « B&B Greeline » qui déverse sa fougue végétale sur un cocon tressé de corde de chanvre, écrin aux nouvelles collections outdoor. Mais le chef de file du design végétal sera également présent à Jardins Jardin aux Tuileries (du 4 au 7 juin). Il y présentera « Bird », un oiseau géant qui s’envole dans le paysage et la table basse « Plate », invitation à partager à plusieurs un moment festif et convivial. B.D.
    www.silvera.frwww.jardinsjardin.com

  • First Avenue, côté cours

    Alors que les Internationaux de tennis de Roland Garros battent leur plein, rien de tel que de profiter du soleil en entendant le son des balles échangées sur les cours du boulevard Pereire, dans le XVIIe, à défaut d’avoir des places pour le cour central. Le First Avenue offre, dans une ambiance néo-newyorkaise, une belle terrasse où déguster l’un des meilleurs bagels de Paris. Déjeuner ensoleillé, après-midi bronzette ou soirée musicale, chacun préfèrera son moment pour profiter du soleil, côté cours.
    119, boulevard Pereire – 75017 Paris. B.D
    www.firstavenue.fr

  • The Art of the Brick, la folie Lego®

    Vous avez des souvenirs épatants d’après-midi entiers à créer des univers avec les petites briques de toutes les couleurs ? Vos enfants sont fans ? Vous devez aller voir cette expo ! Plus d’une centaine d’œuvres d’art grandioses et fascinantes créées avec les célèbres briques Lego® par Nathan Sawaya reproduisent les plus grands chefs-d’œuvre d’art mondialement connus. Le Penseur de Rodin, la Vénus de Milo, Le Cri d’Edvard Munch – où la tête et les mains sortent du tableau, passant de deux à trois dimensions – sont autant de créations qui émerveillent. Sans oublier le squelette de T-Rex de 6 mètres de long qui a nécessité plus de 80000 briques…
    Jusqu’au 30 août. B.D
    www.theartofthebrick.eu

  • 9e Fête de la Nature au Jardin des Plantes

    C’est autour du thème national « Au bord de l’eau » que s’articule cette 9e édition de la Fête de la Nature au Jardin des Plantes. Tout au long du week-end, animations et visites gratuites permettent de s’initier à la biodiversité de la capitale au Village de la nature, au centre du Jardin des Plantes, de découvrir des lieux moins connus et pleins d’histoire comme la graineterie de l’Ecole de Botanique. Les plus petits pourront assister à des projections de films à la Grande galerie de l’évolution grâce au festival de cinéma Pousse Pousse. Contes, dessins animés et petites histoires seront diffusés pour partager la vie des animaux. Sans oublier l’exposition photo sur les grilles de l’Ecole de Botanique consacrée au Littoral – 40 ans de merveilles préservées du photographe Frédéric Larrey.
    23 et 24 mai. B.D
    www.mnhn.fr

  • « Rêvons perchés, cabanes autour du monde »

    Qui n’a jamais rêvé de vivre en haut d’un arbre, d’éprouver ce sentiment de liberté, hors du temps ? Alain Laurens, créateur de « La cabane perchée » qui conçoit et réalise des cabanes dans le monde entier, l’aquarelliste Daniel Dufour et le photographe Jacques Delacroix, nous livrent ici leurs plus belles découvertes. Rustiques ou luxueuses, ces cabanes magnifiques sont conçues dans le respect de l’arbre qui les accueille, élaborées sans clous, sans toucher aux branches existantes. Qu’elles soient en France, au Danemark, en Russie, en Italie ou aux Etats-Unis, elles nous appellent à voir le monde des cimes, à hauteur de nos rêves d’enfant. B.D
    www.editionsdelamartiniere.fr

  • Brunch cérébral au Café de la Paix

    Savourer un exubérant brunch au Café de la Paix, c’est bien. Mais lorsque Burt Wayne se mêle de la fête, l’expérience devient exceptionnelle. Tous les dimanches, le mentaliste français passe de table en table et surprend avec son sens de l’humour avisé, son élégance à la Clark Kent avant de faire vivre des expériences inédites et déroutantes. Au programme : prédictions, lecture de pensées. On se laisse entraîner dans un univers mystérieux où les cuillères se tordent par sa seule volonté. Les plus petits pourront, pendant ce temps, s’amuser avec l’Atelier de Macha, où se mêlent jeux, coloriages, voyages inspirés de l’actualité parisienne. B.D
    www.cafedelapaix.fr

  • Brunch bucolique aux Prés

    Quatre ans après sa création, le Chardenoux des Prés, l’adresse germanopratine de Cyril Lignac devient les Prés. L’occasion de renouveler le brunch avec un croque-monsieur des Prés, un burger Black Angus ou un saumon bio aux herbes. Quant aux douceurs, le chef qui possède aussi des pâtisseries à Paris, multiplie les tentations : pain perdu aux poires, granola et fruits de saison avec un fromage blanc vanillé. Une agréable étape avant de poursuivre, pourquoi pas, vers l’exposition Turner au palais du Luxembourg. B.D
    www.restaurantauxpres.com

  • Saperlipopette !, la bonne adresse de Puteaux

    Jusqu’à présent, Puteaux n’était pas une terre de gastronomie. Mais Norbert Tarayre, révélé par l’émission Top Chef, a créé l’adresse qui attire les gourmands des Hauts-de-Seine, mais aussi de Paris. Ambiance loft chic et chaleureuse, carte généreuse, service discret et efficace, on se régale avec les produits de saison (asperges et œuf mimosa, médaillon de beau, légumes printaniers, côte de veau superbe) et une belle sélection de desserts à l’image de l’entremet chocolat-framboise. Et pour profiter des beaux jours, une vaste terrasse permet de profiter de la tranquillité du quartier du théâtre, sur une jolie place à l’écart de la rumeur de la ville. B.D
    www.saperlipopette1.fr

  • Terrasse intime aux Climats

    Niché au cœur du quartier des musées et des antiquaires, le restaurant Les Climats offre une des terrasses les plus discrètes de la capitale. Uniquement au déjeuner, le chef Juliens Boscus, nouvel étoilé Michelin, offre une cuisine savoureuse et créative, exclusivement accompagnée de vins de Bourgogne (plus de 1500 références !) de petits producteurs ou de très grands crus. Pour un déjeuner campagnard chic au cœur de Paris, dans un petit paradis unique. B.D
    www.lesclimats.fr

  • « Les accrochages du MiniPalais »

    A sa réouverture, en 2010, Olivier Maurey avait souhaité faire du restaurant le MiniPalais l’atelier d’artistes du Grand Palais. Sans vouloir rivaliser avec lui, il s’agit plutôt de proposer un lieu où l’art trouve toute sa place, mais sous un ange différent. Un lieu qui vive naturellement par ses volumes et ses matières, toujours en mouvement et en effervescence. Pour cet « accrochage » ce sont les œuvres du peintre, sculpteur et photographe Orsa qui ont été retenues. Il a également réalisé une immense fresque sur-mesure qui orne tout un mur du restaurant. Tout au long de l’année, en parallèle des grands rendez-vous d’art contemporain, « les Accrochages du MiniPalais » mettront à l’honneur différents artistes dont Toxic et David Sitbon. B.D
    www.minipalais.com

  • Dégainez les « pistolets » au Bien Fait

    Connaissez-vous les « pistolets » ? Ces curiosités venues de Belgique sont des pains garnis de compositions salées, servis froids ou chauds pour un déjeuner sur le pouce ou un goûter gourmand. Le bistrot nomade Bien Fait, installé dans le Marais à quelques pas de la place des Vosges, propose de découvrir cette spécialité d’outre-Quiévrin. Le chef doublement étoilé Christophe Aribert du restaurant Les Terrasses au Grand Hôtel d’Uriage-les-Bains a, pour l’occasion, créé des recettes uniques à base produits du terroir. Sa constante recherche d’une cuisine harmonieuse, équilibrée et cohérente lui permet de proposer une expérience gastronomique originale. B.D
    www.facebook.com/CamionBienFait

  • Victoria 1836, l’adresse des beautiful people

    Exit le Restaurant de l’Arc détruit par les flammes. Bonjour Victoria 1836. Si la vue sur l’Arc de Triomphe est toujours aussi époustouflante, le décor lui a choisi la sobriété. Imaginé par Sarah Lavoine, il mêle mobilier contemporain, couleurs chaleureuses et ambiance cosy pour créer un univers simplement luxueux. En cuisine Alexandre Auger imagine des plats qui mélangent saveurs méditerranéennes et grands classiques de la cuisine française. Le résultat est raffiné sans sophistication superflue, savoureux et léger. Au fil des heures, on y croise grands patrons, personnalités des médias et beautiful people d’autant que dès le jour tombé, l’ambiance sonore, signée Hélèna Noguerra, embrase l’ambiance. B.D
    www.victoria-1836.com

  • L’Adjugé, quand le marché de l’art rencontre l’art de vivre

    Les amateurs d’art ont désormais un nouveau point de rencontre. L’Adjugé est le tout nouveau « bar-atelier » installé en plein cœur de l’hôtel Drouot. Ouvert aux mêmes heures que les salles des ventes, le lieu est servi par un trio de jeunes talents. Amandine Chaignot, chef de l’hôtel Rosewood à Londres, élabore la carte, simple et gourmande à base de produits de saison. Jérôme Moreau, chef sommelier du Crillon, sélectionne les crus en accord avec l’esprit du lieu en privilégiant les découvertes. Quant à Erwann Boulloud, explorateur de la matière, il a conçu autour d’un bar monumental et précieux un écrin contemporain, tout en minéralité. B.D
    www.drouot.com

  • « Concert pour la liberté RSF » place de la République

    A l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, Reporters sans frontières (RSF) organise « un concert pour la liberté. Au programme de ce spectacle gratuit, les artistes Jeanne Cherhal, arthur h., Sly Johnson, HollySiz, DJ Cassius et leurs invités, ainsi que les humoristes Christophe Alévêque, Camille Chamoux et Daniel Morin. Des personnalités interviendront sur scène pour évoquer le combat pour la liberté de la presse et le travail de RSF dont la prix Nobel de la paix Shirin Ebadi et Wu’er Kaixi, le leader du mouvement de Tiananmen à Pékin en 1989.
    Le 3 mai de 17h à 23h. B.D
    www.rsf.org

  • « 120 ans de cinéma » au Centquatre

    Alors que cette année, le cinéma fête son 120e anniversaire, Gaumont – qui célèbre aussi sa 120e année d’existence – revient sur plus de deux siècles de création. A la fois interactive, magique, ludique, complète et divertissante, l’exposition permet de plonger dans le temps. Des forains qui, de ville en ville, transportaient leurs spectacles ficelés d’illusions d’optique jusqu’aux grosses productions, on voyage à travers les époques et les genres. Cette fusion entre l’ancien et le moderne, entre l’histoire et maintenant, tapisse l’exposition du dehors au-dedans.
    Jusqu’au 5 août. B.D
    www.104.fr

  • Les Bains : une renaissance !

    Créés en 1885, Les Bains Douches (ou Bains Guerbois) abritent les plus célèbres thermes privés de Paris. S’y croisent, déjà, les célébrités de l’époque : Proust, Zola, Manet, Renoir, bref le tout Paris de la Belle-Epoque… Autres temps, autres mœurs, en 1978 voilà Les Bains devenus salle de concert, restaurant et night club ultra branché ! People en tout genre y font la fête jusqu’au bout de la nuit : Andy Warhol, Kark Lagerfeld, Prince, Sean Penn, Mick Jagger et bien d’autres … Depuis quelques semaines, après trois ans de travaux et  bien des péripéties, Les Bains écrivent une nouvelle page de leur histoire. Une histoire inédite encore à Paris et inventée par Jean Pierre Marois, le propriétaire des lieux. Et grâce aux talents conjugués deVincent Bastie, Tristan Auer, Denis Montel et Cécile Buhagiar /RDAI le voilà transformé en hôtel cinq étoiles de 39 chambres et suites, bar lounge et restaurants trendy, sans oublier bien sûr le mythique club qui va bientôt ouvrir ses portes. Au restaurant où la carte est élaborée sous la houlette du chef doublement étoilé Philippe Labbé, on goûte à la cuisine du chef Michael Riss qui met en avant, comme il se doit aujourd’hui, des produits de saison et sachez que le miel servi au petit déjeuner vient des ruches posés sur toits de l‘hôtel ! Bien vu : le réservoir d’eau, une tour de 15 m de haut, créée pour alimenter les Bains autrefois transformée en salle à manger privé, le Salon Chinois et la célèbre piscine du sous-sol conservés à l’identique.  A.F.-M.
    www.lesbains.paris.com

  • « Marcel Broodthaers » à la Monnaie de paris, département des Aigles

    Projet artistique réputé « impossible », cette exposition offre aux visiteurs l’occasion de revivre une expérience artistique unique, avec une œuvre considérée comme fondatrice dans l’histoire de l’art du XXe siècle. Dès le début de sa carrière, Marcel Broodthaers a établi un rapport très clair entre l’œuvre d’art en tant que telle et sa valeur financière. A la Monnaie de Paris, lieu qui rassemble la monnaie courante, celle de collection et les expositions d’art contemporain, la présence de cette œuvre permet de s’interroger sur le rôle fondateur de l’art dans la société contemporaine.
    Jusqu’au 5 juillet. B.D
    www.monnaiedeparis.fr


  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page