Menu
10/18
fren
Partager
  • twitter share button

Janvier 2016

News Parisiennes

Béatrice Delamotte

Fin de mois de janvier gourmande, festive et culturelle. Alors que le Nouvel An chinois approche, on réserve une table au Shang-Palace, le restaurant chinois étoilé du Shangri-La Paris pour préparer les festivités. A moins de préférer célébrer la sortie du film Chocolat au Mandarin Oriental. Côté culture, on file à la Fondation Louis Vuitton pour découvrir douze artistes chinois contemporains et à la Maison européenne de la photographie pour (re)découvrir le travail de Bettina Rheims sur la féminité. Mais aussi Le Camion qui fume pour les amateurs de burger qui s’installe dans le IIe, une adresse dédiée aux amoureux de viande dans le XVIIe, l’Hôtel Edouard 7 qui ouvre son nouveau restaurant ou encore AG Les Halles, qui offre une cuisine généreuse et conviviale, Louis Vuitton dans une invitation au voyage au Grand Palais, l’extraordinaire garde-robe de la comtesse de Greffulhe au Palais Galliéra, les photos animalière de George Shiras au musée de la Chasse ou encore les créations de Renzo Piano à la cité de l’Architecture, un nouveau show room consacré à cinq artisans d’art français, une exposition de photos à l’hôtel Renaissance Paris Vendôme, un chef japonais qui ouvre un restaurant italien et une exposition consacrée aux artistes coréens en France. Happy Paris et Happy New Year !

  • Rendez-vous au Shangri-La pour célébrer le Nouvel An chinois

    Le 8 février prochain, le Nouvel An chinois célèbrera l’entrée dans l’année du Singe. Pour bien commencer, quoi de mieux que d’assister au défilé du Lion, qui va investir le Shangri-La pour lancer les festivités. L’occasion de le suivre du parvis de l’hôtel jusqu’aux portes du Shang-Palace, le seul restaurant chinois étoilé en France. Là, le chef Samuel Lee et sa brigade proposeront un menu spécial qui régalera les gourmands. En vedette, l’ormeau (brasé ou en bouillon), le turbot, le homard (croustillant aux flocons d’avoir ou poché), le bœuf charolais ou encore les asperges blanches. Sans oublier le saumon Lo Hei, une entrée traditionnellement servie au Nouvel An. Les convives doivent faire un vœu en mélangeant ses ingrédients et en les tirant le plus possible vers le haut… B.D.
    www.shangri-la.com

  • Le Mandarin Oriental à l’heure de Chocolat

    A l’occasion de la sortie du film Chocolat, Mandarin Oriental Paris célèbre le duo de clowns Footit et Chocolat qui ont joué, au 251 rue Saint-Honoré où le Nouveau Cirque animait les soirées mondaines parisiennes du début du XXe siècle, à l’emplacement même de l’hôtel aujourd’hui. Pendant un mois, le palace accueillera dans la galerie d’entrée une exposition de photos exclusives tirées du film ainsi que des clichés et gravures d’archives. Au Camélia, Thierry Marx et le chef pâtissier Pierre Mathieu ont imaginé un afternoon tea « Bento Circus », composé de six pièces sucrées et trois pièces salées aux couleurs du cirque et du spectacle. Côté Bar 8, le cocktail « La Piste aux Etoiles » permet de prolonger la magie du cirque. B.D.
    www.mandarinoriental.com

  • « Bentu, des artistes chinois dans la turbulence des mutations » à la Fondation Louis Vuitton

    Bentu, la terre natale. Dans le champ de l’art contemporain chinois, ce terme ne renvoie pas à un nationalisme, mais recouvre un concept dialectique qui concilie le bentu « local » au bentu « global » dans un processus d’universalisme et de redécouverte critique de l’identité propre. Cette expression est au centre des réflexions de douze artistes – de différentes générations – vivant en Chine continentale. Ils n’hésitent pas à exploiter un large éventail de techniques et outils pour révéler les complexités d’une société en mutation permanente. Les œuvres répercutent les nouvelles donnes de l’économie, de l’écologie et parmi elle, notable, la transformation des rapports ville/campagne. B.D.
    www.fondationlouisvuitton.fr

  • « Bettina Rheims » à la Maison européenne de la photographie

    Des premières photos aux travaux personnels les plus récents, l’exposition, pensée comme un cheminement, mêle les séries légendaires, les images iconiques de Bettina Rheims et certains travaux plus confidentiels ou qui n’ont encore jamais été montrés en France. Ni thématique ni chronologique, ce parcours sensible s’attache à mettre en lumière les obsessions de la photographe autour de son sujet de prédilection : la femme, dans tous ses états, à travers 180 images présentées. B.D.
    www.mep-fr.org

  • Le Camion qui fume prend racine

    Amateurs de burgers et de foodtrucks, plus besoin de faire la queue dans le froid pour déguster une des délicieuses préparations de Kristin Frederick ! Le Camion qui fume ouvre un restaurant au 168, rue Montmartre. C’est là que la jeune femme propose désormais de vivre la même expérience que lorsqu’on vient chercher un burger au pied de son camion, mais en ayant la possibilité de s’installer tranquillement (ou de repartir avec son burger, comme avant). Tout en transparence, le restaurant reprend les codes qui ont fait le succès du Camion qui fume : produits frais et de saisons, préparations minutes et recettes gourmandes.

  • Le Bœuf Maillot, la nouvelle adresse carnassière du XVIIe

    Les frères Menut, propriétaires de La Grande Cascade dans le bois de Boulogne, viennent d’ouvrir un bistrot à viandes, le Bœuf Maillot à deux pas de la porte du même nom. En cuisine, le chef Ludovic Schwartz, élève de Joël Robuchon, supervise les opérations. Toutes les viandes proposées ont été sélectionnées dans les meilleurs élevages du monde et sont servies avec un large choix de sauces maison. Elles naviguent entre tradition et évasion, de l’asiatique Sukhotaï au poivre à la typique Chimichurri argentine. Quant aux desserts, ils sont supervisés par le chef pâtissier du restaurant étoilé la Grande Cascade et permettent de retrouver des classiques que l’on ne trouve plus que rarement comme la glace à la vanille turbinée minute.
    www.facebook.com/Le-Boeuf-Maillot

  • Un nouveau restaurant pour l’Hötel Edouard 7

    Après trois ans de travaux, la métamorphose de l’Hôtel Edouard 7 se termine et dévoile un nouveau restaurant, La Cuisine de l’E7. Exit le style burlesque et les couleurs claquantes. La décoration due à l’architecte d’intérieur Christophe Daudré offre un décor sobre et chic, esprit loft parisien convivial. A la tête des cuisines, le jeune chef Remy Fourmeaux entend y affirmer son identité et offrir une cuisine épurée et raisonnée, avec des produits bio, locaux et de saison. Côté verres, le jeune sommelier Simon Perskine fait lui le choix de vins jeunes, issus de petits producteurs et a imaginé une carte de 65 références dont 20 % de vins étrangers.
    www.edouard7hotel.com

  • AG Les Halles remet la cuisine brasserie au goût du jour

    Alan Geaam a ouvert, en plein cœur des Halles, sa nouvelle adresse. Dans un décor qui mêle coin salon cosy pour déguster un cocktail près du grand bar, brasserie contemporaine dans la grande salle et ambiance quasi industrielle dans la petite salle au fond. Quelle que soit l’heure, le client est chouchouté par l’équipe menée par Alan Geaam. Autodidacte, il sait parfaitement marier les meilleurs produits français, soigneusement choisis, dans des recettes inspirées de ses origines (américaines et libanaises), de ses voyages et de ses envies du moment. Des plats gourmands et généreux, qui jouent l’équilibre parfait, l’union du croustillant et du moelleux, du suave avec une pointe d’acide comme condiment. La table d’un vrai gourmand, curieux et terriblement doué !

  • « Volez, voguez, voyagez » avec Louis Vuitton au Grand Palais

    La maison Louis Vuitton est indissociable de l’esprit du voyage. Cette exposition retrace l’aventure de la maison, de 1854 à nos jours, à travers les portraits de ses fondateurs, mais aussi de ceux qui inventent aujourd’hui le Louis Vuitton de demain. Imaginé comme un parcours initiatique, le parcours entraîne le visiteur de la malle ancienne, incarnant avant l’heure les codes emblématiques et l’esprit audacieux de la maison jusqu’aux pièces les plus récentes grâce à de nombreux prêts du Palais Galliéra et du musée de la Mode de la Ville de Paris. Une sublime invitation au voyage et une plongée au cœur de l’essence même du luxe. B.D.
    www.grandpalais.fr

  • « La mode retrouvée » au Palais Galliéra

    Célèbre pour sa beauté et son élégance légendaire, la comtesse de Greffulhe a inspiré à Marcel Proust le personnage de la duchesse de Guermantes dans A la recherche du temps perdu… et les plus grands couturiers de son temps. Réputée être la plus belle femme de Paris – tant d’allure que d’esprit -, elle met en scène ses apparitions, sait se faire rare dans des envolées de tulle, de gaze, de mousseline et de plumes, ses vestes kimono, ses manteaux de velours, ses motifs orientaux, parées de tons d’or, d’argent, de rose et de vert. A travers une cinquantaine de modèles signés des plus grandes maisons de l’époque, le Palais Galliéra entraîne dans le luxe délicat qui régna sur Paris pendant plus d’un demi siècle. B.D.
    www.palaisgalliera.paris.fr

  • « L’intérieur de la nuit – George Shiras » au musée de la Chasse et de la nature

    Chasseur, naturaliste, photographe, avocat et homme politique, George Shiras s’est engagé de diverses manières en faveur de la préservation du monde animal. Ouvrant la voie, dès les années 1880, à la wild life photography, il aussi été le premier à révéler, par ses photographies au flash, la vie nocturne des animaux de la forêt. Il offre ainsi des images fantasmagoriques et profondes d’un monde mystérieux et jusqu’alors invisible. L’exposition présente pour la première fois depuis sa disparition en 1942 l’œuvre de ce photographe et pionnier américain. B.D.
    www.chassenature.org

  • « Renzo Piano Building Workshop, la méthode Piano » à la cité de l’Architecture et du patrimoine

    L’art de construire et d’assembler est la marque de fabrique de Renzo Piano, né d’une famille de constructeurs, dont les projets sont des champs d’expérimentation dans le domaine technique comme à l’échelle urbaine. Car s’il est un fil conducteur dans son travail, c’est la relation avec la ville. Concevoir la plus haute tour d’Europe sur une gare londonienne comme insérer un petit bâtiment dans un îlot haussmannien à Paris, développer un écoquartier dans le Nord de l’Italie ou encore inscrire le nouveau parlement maltais dans la Cité des chevaliers à La Valette, sont autant de défis que Renzo Piano et son équipe aiment à relever. B.D.
    www.citechaillot.fr

  • Fort Royal, vitrine de l’artisanat d’art français

    Le groupe Fort Royal souhaite mettre en avant les créations les plus raffinées des artisans d’art français, les plus réputés dans leur spécialité. Désormais installé boulevard Haussmann, le show room présente ainsi les caisses à orangers des Jardins du Roi Soleil, l’ébéniste Craman Lagarde, la ferronnerie d’art Bétemps, le maître verrier Atelier Simon Marq et l’armurier Dame. Le choix de ce nouvel emplacement correspond à la volonté du groupe de s’installer au plus près des grands cabinets d’architectes d’intérieur et de décoration parisiens, avec lesquels Fort Royal collabore déjà.
    www.fort-royal.com

  • ParisArtistes# s’installe au Renaissance Vendôme

    L’hôtel Renaissance Paris Vendôme s’ouvre à l’art contemporain en installant des talents de ParisArtistes# dans son lobby et ses trois Art & Gallery Suites. La première artiste à s’approprier les espaces de l’hôtel est la photographe Adeline Spengler qui expose dix-huit œuvres jusqu’au 31 janvier. Dans les Art & Gallery Suites, elle dévoile ainsi son travail et sa personnalité à travers une photographie, quelques objets de curiosité disposés sous cloche et un livre d’art. Elle met également à disposition un portrait chinois dans lequel elle révèle ses restaurants de prédilection, son cocktail préféré ou encore sa fleur favorite. Une vision exclusive de son talent et sa personnalité offerte aux clients de l’hôtel.
    www.marriott.fr

  • « L’Inconnu », un chef japonais en Italie

    Koji Higaki vient d’ouvrir son restaurant dédié à la gastronomie italienne en plein cœur du VIIe arrondissement. Définitivement séduit par cette cuisine particulièrement appréciée au Japon, le chef – ancien second de Shinichi Sato, chef doublement étoilé du Passage 53 – propose dans son restaurant baptisé L’Inconnu une cuisine toute en finesse et en élégance, grâce aux techniques apprises au Japon, en Italie et en France. Seulement des produits de qualité, très souvent européens, dont Koji Higaki connaît les producteurs et uniquement de saison, biens sûr.
    www.restaurantlinconnu.fr

  • « Séoul-Paris-Séoul » au musée Cernuschi

    A l’occasion de l’Année de la Corée en France, le musée Cernuschi organise une exposition consacrée aux artistes coréens contemporains ayant travaillé ou travaillant toujours en France. Attirés, à partir des années 1950, par le rayonnement culturel de Paris, ces artistes ont étudié dans la capitale, se sont intégrés aux milieux artistiques et ont, par leur travail, participé activement au renouveau de la peinture coréenne ainsi qu’à sa diffusion en Europe. Les plus importants artistes coréens du XXe siècle, ainsi que quelques artistes plus jeunes, sont présents dans cette exposition à découvrir jusqu’au 7 février.
    www.cernuschi.paris.fr

  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page