04/21
fren
Partager
  • twitter share button

Lubéron: c’est le printemps, on vous emmène à Cabrières d’Avignon

Sur une pente des Monts de Vaucluse, un col de garrigue posé sur ses épaules, Cabrières d’Avignon est un adorable village en pierres sèches ou de taille provenant des carrières de calcaire environnantes. Ces pierres blanches éclaboussent de soleil. Dans ce Lubéron aux hivers rudes, la brume épaisse efface le climat d’étés méditerranéens aux mille senteurs végétales. Situé à quelques minutes de l’Isle-sur -la Sorgue, le village perché à l’écart de la route touristique, entrouvre la porte d’un Lubéron intime, mystérieux…
Une Provence secrète où les traditions perdurent.

Voyage à Cabrières d'Avignon dans le Lubéron en Provence © Françoise Spiekermeier pour Plume Voyage DR

Le village de Cabrières offre un tunnel dans le temps

Les rues de Cabrières ? Un tunnel du temps… Entre ses murs, le promeneur pénètre dans une autre dimension. Celle de l’harmonie : elle émane de la parfaite conservation des demeures, restaurées avec soin par les habitants dans le respect du détail d’origine alors que le monument aux morts à l’éphygie des Poilus de la Première Guerre Mondiale, devant l’église Saint-Vincent, flanqué de ses drapeaux tricolores flottant au vent, distille un air de France oubliée. En haut du village, l’enfilade de ruelles étroites grimpe vers le château et ses remparts. Tant d’informations sont emmagasinées dans ces pierres au-delà de leurs formes et leurs teintes : le souvenir muet des vies humaines écoulées avec le sang versé, lavé. Une mémoire ineffaçable.

Voyage à Cabrières d'Avignon dans le Lubéron en Provence © Françoise Spiekermeier pour Plume Voyage DR

En plein maquis, le chemin de la Muscadelle grimpe dans la colline au milieu du thym et des buis savages

A présent, on retrouve la couleur rouge sur le blason du village -un bouc cabré vers une étoile sur fond rouge rappelant l’origine du nom Cabrières « parc à chèvres » – ou alors sur les balises de randonnées qui entourent le village. Deux traits de peinture sur les rochers au bord du chemin pour éviter de se perdre dans le maquis… L’un de ces parcours, la balade du Mur de la Peste, a été tracé par l’association Pierre Sèche en Vaucluse. Sur une distance de 6 km en empruntant le chemin de la Muscadelle, situé derrière le Château de Cabrières, l’on grimpe dans la colline au milieu du thym et des buis sauvages. Une vue splendide se dégage sur le Grand Lubéron et la plaine de Calavon, où se blottit la ville de Cavaillon. Puis sur 1 km, une côte caillouteuse longe le Mur de La Peste, un haut mur partiellement effondré. Il s’agit des restes du Mur de la Peste, construit en 1721 pour lutter contre la propagation de l’épidémie qui frappait Marseille. Ce rempart sanitaire agrémenté de guérites où stationnaient des soldats, fut érigé pour stopper les fuyards et empêcher le fléau de pénétrer sur les communes du Lubéron.
Doit-on réfléchir à deux fois avant de céder à des désirs « frivoles » … commander de belles étoffes, renouveler le décor des salons, se faire confectionner de nouvelles robes… Surtout lorsque les étoffes à la mode traversent les océans… En 1710, la mode était aux soies de couleur unie pour la robe portée sur un corset (ou « séjour »)  long-taille avec un dos étroit. Les corsets les plus à la mode, à l’époque, ramenaient les épaules de manière à ce que les omoplates se touchent presque. La silhouette obtenue était caractéristique de cette période :  épaules rejetées en arrière, posture très droite et poitrine haute et pleine. Pour satisfaire toutes ces folies, les soieries des Indes et d’Orient débarquaient au port de Marseille. C’est cachée dans les replis de ces étoffes précieuses destinées aux belles dames que la « Grande Peste » débarqua en Provence en 1720.

Voyage à Cabrières d'Avignon dans le Lubéron en Provence © Françoise Spiekermeier pour Plume Voyage DR

Atmosphère médiévale et demeures seigneuriales

Le Château de Cabrières est d’une architecture remarquable datant de la fin XIIIe siècle. Mais son origine lointaine, remonte au Moyen-Age. L’édifice a subit plusieurs destructions, notamment suite au massacre des Vaudois dont Cabrières d’Avignon fut le théâtre en l’an 1545. Ce massacre de Vaudois, comme il y en eut d’autres dans les villages au pied du massif du Lubéron, s’est abattu sur des familles venues du Piémont, au Nord de l’Italie. Appelées à la rescousse par le nouveau propriétaire et seigneur de Cabrières pour rétablir la productivité des terres insuffisamment arables, ces familles, sous le prétexte d’appartenir à une église protestante, suscitèrent la jalousie des seigneuries voisines. La religion fut un prétexte pour détruire ce qui avait été miraculeusement accompli. Scandale : les paysans Vaudois avaient, par leur travail acharné, permis à leur seigneur de s’enrichir !!! Tous furent enfermés dans le château et massacrés, le village rasé. Puis, avec les mêmes pierres, tout fût reconstruit.
Vers midi en hiver, le soleil a chassé la brume de la vallée du Calavon et, depuis les fenêtres des maisons de Cabrières, on admire le Lubéron s’extirper de son lit de nuages. Et puis l’on distingue les toits d’Oppède-le-Vieux, village perché sur ses contreforts. Par les routes entre champs de vignes et pâturages pour brebis, on grimpe jusqu’à l’éperon rocheux sur lequel s’ordonnent les bâtisses. L’atmosphère médiévale est étonnamment présente ici, en cheminant sur les pavés de la montée conduisant à l’église Notre Dame d’Alidon, merveilleusement préservée à un jet de pierre du château, en ruines. De part et d’autre de cette voie envahie par les arbres et les herbes, s’alignent les ruines d’échoppes mais aussi des demeures seigneuriales de toute beauté, cachant l’intimité de leur confort austère derrière de hauts murs d’où émergent des têtes de gargouilles. Les propriétaires entretiennent avec amour ces demeures qui résonnent des mystères de leur passé. Au cœur du village, sur une placette bénéficiant de l’ombre claire d’un acacia , , l’auberge le Petit Café sert de bonnes assiettes agrémentées de vins du Mont Ventoux. De l’autre côté de la rue, une maison d’hôtes permet de séjourner au village pour un dépaysement total.

Voyage à Cabrières d'Avignon dans le Lubéron en Provence © Françoise Spiekermeier pour Plume Voyage DR

Le Lubéron, une cachette pour les stars

Et puisque le Lubéron est une cachette pour people, en rejoignant la vallée, on espère croiser Ridley Scott qui a trouvé ici plus de beauté qu’en tout autre endroit au monde. Pour y vivre, il a acheté une propriété viticole et s’adonne à la passion du vin. Pas de chance : il ne sort jamais de chez lui !! Sauf pour pester contre un couple de voisins qui a installé un poulailler un peu trop près de ses fenêtres ! Le cinéaste américain réalisateur des mythiques « Alien », « Blade Runner » ou « Gladiator » vient de terminer la construction d’un chai monumental qui ressemble presque à une église avec un campanile sur le toit. Il n’y a pas que les cuvées de son domaine, le Mas des Irfermières, qui intriguent de plus en plus le monde du vin !

Voyage à Cabrières d'Avignon dans le Lubéron en Provence © Françoise Spiekermeier pour Plume Voyage DR

Marquis de Sade, Festival d’Art Lyrique et de Théâtre de Lacoste, Festival de cinéma en plein air, la région attire les artistes depuis toujours

A Lacoste, Pierre Cardin lui aussi amoureux du lieu, défraie la chronique en rachetant la plupart des maisons du village, blotti au pied du château de quarante chambres ayant été la demeure familiale du Marquis de Sade. Est-ce la fascination pour cet écrivain iconoclaste qui l’a conduit ici, lui aussi ? Adorateur du théâtre et de la littérature, écrivain et auteur clandestin, Sade fit construire au château un amphithéâtre de 200 places. Ses mœurs libertines, son amour inconditionnel de la liberté, le firent emprisonner et c’est en prison qu’il devint écrivain « pornographique ». A la Bastille, il écrit « Les 120 Journées de Sodome » sur un rouleau de papier de 12 mètres. Ce manuscrit disparaitra alors que ses affaires lui sont confisquées au moment de son transfert dans une autre geôle. Il ne publiera pas de son vivant l’œuvre qu’il croit perdue alors qu’elle est retrouvée en 1789 et dissimulée par son voleur. Sade meurt en 1810 et l’œuvre sera publiée pour la première fois en 1904, soit presque un siècle après sa mort !!
La balade au pied des restes du château de Lacoste est émouvante et l’on mesure la majesté du paysage que le Divin Marquis contemplait de ses fenêtres.
A un jet de pierre d’ici, dans la Carrière du Château, Pierre Cardin a ranimé la passion du Marquis pour le théâtre en créant il y a vingt ans le Festival d’Art Lyrique et de Théâtre de Lacoste, qui se déroule chaque été. En 2020 a été lancée la première édition du Festival de Cinéma de Lacoste, en plein air… Gérard Depardieu est venu chanter Barbara.

Ménerbes. Voyage à Cabrières d'Avignon dans le Lubéron en Provence © Françoise Spiekermeier pour Plume Voyage DR

Ménerbes et sa carrière abandonnée

Les sentiers forestiers du côté de Ménerbes débouchent parfois sur une carrière abandonnée, le spectacle de la roche débitée en blocs égaux par de gigantesques scies, puis abandonnées semble surréaliste.

Le Château de l’Ange, chez Edith Mézard la fée des lumières

En cette période, certains commerçants font de la résistance. C’est une fête de faire escale à Lumières où Édith Mézard vous accueille au Château de l’Ange. Dans sa boutique installée dans un ancien relais de poste, elle a investi les box des chevaux et présente tout pour la déco, mais surtout des ouvrages de broderie qui font depuis vingt ans sa réputation dans le monde entier. Héritière d’une lignée de brodeuse, elle a projeté cette technique et son savoir-faire familial dans le troisième millénaire en s’associant avec d’autres créateurs, tel le talentueux John Malkovitch pour une collection capsule, l’acteur ayant choisi le Lubéron pour y vivre et créer ses collections de vêtements.

Le restaurant Le Garage. Voyage à Cabrières d'Avignon dans le Lubéron en Provence © Françoise Spiekermeier pour Plume Voyage DR

Restaurant Le Garage dans un ancien hangar mécanique

A quelques pas du Château de l’Ange, le Garage, restaurant et bar à cocktails niché près d’un ancien hangar mécanique, réalise pendant l’hiver toutes sortes de cocktails à emporter, que l’on vient chercher pour les déguster chez soi, au coin du feu de cheminée. A moins qu’on ne leur préfère un vin italien rare déniché par le jeune propriétaire qui propose la seule cave de vins exclusivement  italiens au beau milieu du Lubéron. Choisir un bon vin, et le déguster en feuilletant « Les Infortunes de la Vertu ».

L’un des mystères du Lubéron n’est-il pas d’avoir inspiré une des plus grandes œuvres pornographiques clandestines au monde ?

Cabrières d'Avignon dans le Lubéron en Provence © Françoise Spiekermeier pour Plume Voyage DR

Nos adresses à Cabrières d’Avignon

Édith Mézard
https://www.chateaudelange.fr/

Le Garage à Lumières, restaurant tapa et cocktails
www.legaragealumieres.fr

Mas des Infermières, domaine viticole de Ridley Scott http://masdesinfermieres.com/

Festival de Lacoste https://www.festivaldelacoste.com/

Le Petit Café à Oppède
https://www.lepetitcafe.fr/

Balade du Mur de la Peste : descriptif de l’itinéraire
http://luberon.fr/tourisme/balades/randonnees/annu+balade-du-mur-de-la-peste+1688.html

GR 97 parcours du Tour du Lubéron
https://www.gr-infos.com/gr97.htm


  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • haut de page