07/20
fren
Partager
  • twitter share button

Avril 2020

Le confinement selon Marie Christophe @Plume Voyage magazine © Marie Christophe
 

Par Aurélie des Robert

Le confinement selon Marie Christophe

Brindille élégante et élancée, Marie Christophe crée des oeuvres arachnéennes, délicates. Comme un dessin, le fil de fer qui est sa matière première, déroule au trait noir un imaginaire d’une précision déroutante, et d’une poésie singulière. L’artiste, sculpteur le plie, le tord, l’assemble et le pince pour lui donner vie, lui inventer des histoires fantastiques. Elle pare cette simple matière, tel un vêtement précieux, de cristaux ou de perles de céramique pour façonner des oiseaux-lampes, des suspensions-clin d’oeil aux lustres vénitiens, des zèbres grandeur nature, une applique-fleur de muguet sertie de perles blanches pour le 1er mai. Ses pièces uniques, à la frontière entre l’art contemporain et les Arts Décoratifs dévoilent toujours une touche d’humour et occupent l’espace, s’imposent avec légèreté et finesse. Remarquée à ses débuts en 1997 par la réalisation de sculptures équestres géantes pour la boutique Hermès de Los Angeles, son travail séduit un large public, de Paris à Tokyo. Une exposition de ses dernières créations, prévue initialement en mai à New-York à la Galerie Creel and Gow, verra le jour en septembre ou en octobre. En attendant, elle se confie à Plume Voyage durant cette période de confinement.



1 – Photo de confinement

Dans mon atelier, c’est la pièce où je passe le plus de temps …. avec ma cuisine !


2 – Quels sont vos rendez-vous quotidiens depuis le confinement qui vous font du bien ?

Je fais du pilates tous les matins avec un programme sur mesure de 30 mn, élaboré au préalable par ma prof et je suis, plus que jamais, les précieux conseils de massage et de gymnastique de Martine de Richeville. J’écoute « Boomerang » d’Augustin Trapenard le matin sur France Inter et en boucle Blanche Gardin. Tous les dimanches « On va déguster » de François-Régis Gaudry pour faire le plein de recettes de cuisine ainsi que les lives de Miss Maggie’s Kitchen.


3 – Un livre que vous n’avez pas lâché ?

J’ai relu tous les Françoise Sagan que je connaissais déjà par coeur et mes livres de recette de cuisine favoris, Ottolenghi et Laura Zavan que je parcours le soir au lit pour m’endormir mais rarement dans ma cuisine ! Et la deuxième monographie du photographe François Halard.


4 – Votre dernier repas au restaurant : c’était quand, où et qu’avez-vous dégusté ?

Je ne m’en souviens pas car j’ai passé 6 semaines allongée en convalescence et me suis levée 5 jours avant le début du confinement. J’avais donc un peu d’avance sur le programme ! Par contre, je rêve de manger un canard laqué …


5 – Dans quel hôtel  rêveriez-vous d’être, là maintenant ? 

 

« The Fife Arms » à Braemar en Écosse où je devais me rendre le week-end du 1 mai avec mon homme ! J’en rêve depuis longtemps. Malheureusement, il va falloir encore attendre…


6- Que faites-vous depuis le confinement que vous ne faisiez pas avant ?

Je fais des gâteaux avec mon fils Raoul. Je me lève trop tard pour l’avouer. Je me fais des bouquets de roses, de lilas et d’iris tous les jours car j’ai la chance d’avoir un jardin plein de fleurs, de couleurs. Je fais aussi, comme beaucoup, des apéritifs sur WhatsApp, des déjeuners aux quatre coins de notre parc avec feu de camp et grillades.


7 – La série ou le film que vous conseillez ? 

« Sympathie pour le diable » de Guillaume de Fontenay, soit l’histoire d’un reporter de guerre pendant le siège de Sarajevo en 1992, ahurissant. Plus léger toute la filmographie de Michelangelo Antonioni et Le « Mans 66 » avec les garçons.


8 – Quelle est la première chose que vous ferez quand le confinement prendra fin ?

Me faire couper les cheveux, me rendre à Paris pour dîner avec mes amis et je rêve de nager dans la mer !


9 – Un voeu ?

Que l’on n’oublie pas trop vite !

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • haut de page