Menu
10/18
fren
Partager
  • twitter share button

Juillet 2018

Antoine Chauvin - Festival d’architecture intérieur Design Parade Toulon. Une halte juillet 2018. Plume Voyage Magazine #plumevoyage @plumevoyagemagazine photo Lothaire Hucki © villa Noailles

La DESIGN PARADE
à TOULON

Par Françoise SPIEKERMEIER

Une pièce à vivre en Méditerranée… Autour de ce thème, dix jeunes talents sélectionnés par l’architecte d’intérieur Pierre Yovanovitch ont raconté une histoire, avec des couleurs, des volumes, du mobilier, des matières… C’est dans l’ancien évêché, tout près du port, que l’on découvre tout l’été leurs dix pièces de vie. Dix idées fraîches pour habiter différemment le coeur de la cité portuaire en pleine réinvention et ébullition!

  • Tout un symbole, le choix de l'ancien évêché pour y loger la jeune créativité en terme d'art de vivre ou d'habiter.

    Le magnifique hôtel provençal du XVIII ème siècle se projette à l'avant-garde de l'architecture intérieure.

    Situé dans un quartier populaire qui ressemble à la ville d’Alger, là-bas, sur l’autre rive, son palier donne sur le cours La Fayette, où tous les matins, les terrasses de cafés se peuplent d’une foule bigarrée venue faire son marché. A travers les ruelles de la basse-ville, en pleine reconstruction, la flêche « Design Parade » vous y conduit, au fil des placettes aux fontaines bruissantes.

  • Les jeunes architectes ont glissé la plage sous les pavés de l'ancien évêché. Dès la première salle, le charme opère.

    L'on va de surprise en surprise. Sous le porche, deux ambiances en parallèle: celle de Natacha Mankowski, jeune architecte et -déjà- ancienne collaboratrice de Jean Nouvel et Dominique Perrault, qui mélange sable, argile, bois et lin dans la peinture de "Vipassana", une salle méditative dans les tons ocre, aux vibrations apaisantes.

    La pièce d’à côté, c’est « Grotto », l’antre de Kim Haddou et Florent Dufourcq, diplômés de l’Ecole Camondo à Paris depuis 2015. L’une rêve, l’autre projette. Les deux échangent leurs photos de nuages en rentrant de voyage et créent des espaces oniriques, comme cette « grotte », remplie de références à l’architecture du bassin méditerranéen. Ils sont lauréats ex-aequo du Grand Prix Design Parade Van Cleef & Arpels édition 2018.

  • La cour intérieure de l'ancien évêché, avec son platane centenaire, sert de sas de décompression avant de plonger dans d'autres ambiances.

    Celle d'Antoine Chauvin, le deuxième lauréat ex-aequo du Grand Prix Design Parade Van Cleef & Arpels: dans l'esprit nomade, déposant juste quelques objets -un banc, un lampadaire et une plateforme comme un lit de repos accueillant- dans l'espace épuré, il crée une bibliothèque bleue inspirée du contour de la Corniche à Marseille.

    Né en 1991 et diplômé de l’Ecal (Ecole Cantonale d’Art de Lausanne), il vit entre Paris et Marseille, et rêve d’y dessiner une boîte de nuit, quelque chose d’un peu fantasque sur les îles du Frioul.

  • Autre ambiance, "En Trompe- l'Oeil" de Bérengère Botti et Sophie Genestoux, a été récompensé par la Mention Spéciale Eyes on Talent X Frame.

    Après leur rencontre à l'Ecole supérieure d'architecture Intérieure de Lyon, elles ont fondé leur agence, Autre, en 2015.

    Admiratrices du designer italien Carlo Scarpa, pour sa capacité à être à la fois dans l’architectural et le décoratif, elles invitent à la méditation en créant un espace énigmatique carrelé d’émail blanc où un jeu de réflexions crée des lignes géométriques effaçant tout repère tangible. Leur rêve? Dessiner et éditer du mobilier, réaliser un hôtel, réhabiliter un bâtiment patrimonial.

  • Au premier étage, au fil d'un couloir bleu, les propositions se suivent: celles notamment, de Laura Fournier, autour de la terre, pour la rendre la plus expressive possible.

    La salle à manger de Clémence Frot, toute verte, ramène le mobilier à la pulsion instinctive et brouille les angles.

    Dans la troisième chambre, Shizuka Saito et Valentin Dubois, récompensés par le Prix du Public de la Ville de Toulon, invitent à une théâtrale « Pause Déjeuner » qui expérimente la matière; celle d’une table en plexiglas au plateau rouge flamboyant comme une âtre, dans un décor de bois partiellement carbonisé. Puis vient la fraîcheur de « Pendeloques », un décor en textile imprimé réalisé par Jeanne-Martin Taton et Marie-Marie Vergne, toutes deux diplômées en design textile et inspirées par les souvenirs de leur enfance passée dans le Sud. Pour terminer sur « Dimanche », une installation de Charlotte et Juliette Castay, toutes deux nées à Bruxelles et formées à l’Ecole nationale supérieure des Arts Visuels de La Cambre. Un parasol jaune dans un espace entièrement blanc, épuré, une fontaine placée au pied de la fenêtre, et un art de vivre solaire, avec les culottes qui sêchent sur le fil à linge…

    Dans l’aile opposée, toujours au premier étage, Pierre Yovanovitch, président du concours cette année, s’est amusé à imaginer l’appartement d’une certaine Madame Oops, érotomane malheureuse, dans une scénographie inspirée de la Voix Humaine de Jean Cocteau et accompagnée par des oeuvres d’art prêtées par des galeries parisiennes.

    C’est Jean-Pierre Blanc, un fils du pays, qui a créé le Festival Design Parade Toulon en 2016, axé sur l’architecture d’intérieur, dix ans après celui de Hyères dédié au design d’objets et basé dans la magnifique Villa Noailles surplombant la ville. A l’origine se trouve l’envie de partager la création contemporaine dans le domaine du design avec le public et les professionnels. Les deux concours, à Hyères et à Toulon, présentent chacun dix jeunes designers, leur offrant une vitrine et un accompagnement uniques. Ainsi, les lauréats ex-aequo du Grand Prix Architecture d’Intérieur Design Parade Toulon Van Cleef &Arpels, bénéficient d’une bourse de 5 000 euros offerte par Van Cleef & Arpels
, et entre autres, d’une exposition personnelle à Toulon à l’été 2019 dans le cadre du festival Design Parade
, de la possibilité d’une exposition personnelle au Musée des Arts Décoratifs à Paris, d’une opportunité de collaborer avec le Nouveau Musée National de Monaco pour la réalisation et l’adaptation du projet en compétition, et de la possibilité de réaménager l’espace de réception du théâtre Liberté, scène nationale de Toulon.

    A deux pas de l’ancien Evêché, on emprunte la Rue des Arts pour déboucher sur la place de l’Equerre, nouveau coeur battant de la ville avec ses terrasses de café et l’ouverture annoncée d’un hôtel 4 étoiles. Toulon ne restera pas en rade.

    Expositions ouvertes jusqu’au 30 septembre 2018

    http://villanoailles-hyeres.com/festival-2018/

  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page