11/22
fren
Partager
  • twitter share button

LA CALIFORNIE EN 4 ETAPES MYTHIQUES

Entre Los Angeles et San Francisco la célèbre route highway 1 relie d’un long fil sinueux les étapes mythiques du rêve californien. La State Route 1, surnommée aussi la Pacific Coast Highwayn, s’étire à la lisière de l’océan Pacifique de LA à Monterey en passant par Santa Barbara et San Francisco. Elle a vu défiler tous les road trips des motards, tous les convois de hippies en quête d’ailleurs, et les tournages les plus prestigieux avec leurs farandoles d’étoiles. Elle synthétise à elle seule le rêve de cette Californie, que d’aucuns surnomment l’Amérique de l’Amérique.

LOS ANGELES

Premiere étape de ce parcours, Los Angeles envoute ou déroute. La cité des anges surfe sur une insouciance joyeuse sur les rêves de gloire et se berce de tous ces mythes si séduisants qui imbibent la planète. Le cool règne en maitre, sur fond de liberté et d’énergie débordante. Liberté créative, notamment dans l’architecture, qui ne semble subir aucun frein, même dans ces chapelets de maisonnettes, toutes semblables mais toutes différentes, qui bordent les rues, et s’ouvrent avec confiance aux regards.
Mais on découvre aussi les derniers bâtiments dessinés par Frank Gehry, le tout nouveau Sofi Stadium, le stade le plus cher au monde, bâti sur l’ancien hippodrome, prés de l’aéroport , ou encore l’Academy museum

Les hôtels branchés – Mama Schelter, Proper Hotel, Thomson Hotel, Dream Hollywood, ou Tommy Hollywood.. – poussent un peu partout, notamment sur les Hollywood Hills rivalisant de branchitude, avec leur roof top à piscines.
Partout une musique interchangeable s’époumone à convaincre le chaland de l’animation du lieu. Avec succès puisque de longues queues de fêtards attendent leur bruyant graal. Pourtant, malgré cette folie auditive, personne ne danse. Quelques trémoussements inquiets, dans le meilleur des cas. Paradoxale Amérique.

Los Angeles se sont aussi et surtout tous ces lieux qui rappellent que le cinema est le poumon de la ville. Le meilleur endroit pour s’en convaincre est sans doute le temple de la Warner Bros. Quelques jours par semaine, l’activité des studios s’interrompt pour laisser place aux touristes. Une occasion unique de découvrir des plateaux de films et séries célèbres (Harry Potter, Batman, Big Bang Theory..), caché dans de gigantesques bâtiments, ainsi que des décors de films grandeur nature -maisons coloniales, bâtiments New Yorkais rétros, mini jungle,etc – qui ont accueilli les plus grands acteurs de Tom Cruise à George Clooney. Fascinant. Un musée offre in fine une plongée dans les accessoires et costumes de films anciens, avec en prime des éléments de films de science fiction, parfaits pour les selfies instagram. Mieux vaut prévoir une tenue neutre.
Instagram : @wbtourhollywood

Dans le même esprit le tout récent Academy museum, a été installé dans le Saban Museum, un bâtiment contemporain offrant une vue saisissante depuis son roof top Dolby. Il présente une collection de pièces d’anthologie, allant du storyboard de la scène de douche de Psycho, du traîneau Rosebud de Citizen Kane aux chaussures de Wizard of Oz. Les cinéphiles les plus enragés pourront s’offrir un pastiche de remise d’oscar.
Instagram : @academymuseum

Mais pour réellement prendre la mesure de l’omniprésence du cinéma, un tour plus large de la cité des anges s’impose. Car cette usine à rêves cache aussi des studios de production moins connus, à chaque coin de rue, des sièges de multiples société, gravitant autour du cinéma. Et puis il y a les stars… Leurs quartiers, leurs maisons, leurs hôtels, leurs bars et boites, leurs restaurants, leurs clubs de golfe, leurs plages, leurs boutiques, leurs lieux de tournages, leurs cliniques. Et même leur cimetière où reposent notamment Judy Garland, et Rudolf Vallentino. Si on démultiplie cela par les différentes époques du cinéma, et les vedettes les plus célèbres, pister la vie des stars peut constituer une activité en soi pour les plus assidus (Tour guidé :Viator.com)

On en profitera pour faire quelques détours, notamment par Venice, qui demeure un autre spot intéressant, avec toutes ses murs taggés par des artistes. Malgré tout le lieu a été abandonné en partie aux touristes, les locaux ayant préféré se réfugier quelques rues plus loin. Désormais c’est à Abbot Kinney Blvd que l’on se retrouve pour déguster un thé ou un lunch, et pour explorer les boutiques pointues.

Mais il est temps de glisser vers la State route 1. Santa Barbara nous attend…

Où dormir à Los Angeles :
The Thompson Hollywood
1541 Wilcox Ave., Los Angeles Carlos. Alice, Doug, Lea

Où dîner :
Rood top Dream Hollywood – 10th Floor)
6417 Selma Ave, Los Angeles, CA 90028
Meet the group, get a quick briefing on the week ahead and enjoy drinks/light appetizers.
Instagram : @thehighlightroom

Chin Chin
12215 Ventura Blvd, Studio City, CA 91604

Pour plus d’informations : www.discoverlosangeles.com

SANTA BARBARA

Santa Barbara rime avec jacaranda, à l’image de ces multiples jardins fleuris dans une charmante unité de ton. Délicatement colorée de cinquante nuances de parme et mauve la ville respire la fraicheur et la douceur de vivre. Le luxe aussi, car même les plus petites maisonnettes se négocient à prix d’or, ce qui explique peut être l’excellent entretien de ce bel exemple de l’architecture coloniale espagnole. La Mission Santa Barbara et son magnifique domaine, offre un remarquable exemple de l’architecture religieuse du XVIIIe siècle. Le courthouse clock tower figure aussi parmi les épicentre de ce style colonial. Nombre de stars ont atterri ici, ou à Monteciton voisine, de Harry et Megan (25 millions de dollars pour 9 chambres) et leur grande amie Oprah Winfrey, en passant par Gwyneth Paltrow, Rob Lowe, George Lucas, Ellen DeGeneres. Nous ne sommes ici qu’à une heure de Los Angeles.

On pourrait les croiser au très chic club nautique, Santa Barbara Harbour, ou dans le nouveau restaurant voisin, Anchor Rose, le temps d’un déjeuner au soleil, en admirant les beaux surfeurs californiens.
Ceux qui n’ont pas le pied marin pourraient opter pour une séance shopping dans l’étonnante Funk zone. Ensemble manufacturier au 19e siècle, ce quartier, situé à deux pas du front de mer, est devenu le spot branché de la ville. Les anciens ateliers ont été métamorphosés par des artistes, artisans et boutiques trendy pour offrir un panorama de la création locale. Des espaces bucoliques des cafés et des wineries offrent des espaces de détentes esthétiquement réussi pour déguster les célèbres crus californiens.

Où dormir à Santa Barbara
Mar Monte Hotel
1111 E Cabrillo Blvd, Santa Barbara, CA 93103. @marmontehotel
Un charme délicieusement rétro en bord de mer,

Où Dîner :
sur le port à la The Anchor Rose http://theanchorrose.com/menu/

MONTEREY

Pour prendre des forces avant d’aborder la route grandiose qui longe la cote, jusqu’à Monterey, une pause s’impose au Boathouse de Hendry’s Beach. Face à l’une des plus somptueuses vues sur l’océan, encadré de falaises tourmentées, on dégustera un petit déjeuner si généreux qu’il suffirait à nourrir une famille entière d’européens. Saumon, coquillages, salades plantureuses, etc..

Boathouse at Hendry’s Beach
2981 Cliff Dr, Santa Barbara, CA 93109 @sb_boathouse

Mais il faut reprendre la route, les yeux grands ouverts sur ces 382 km de paysages uniques, et de longues plages de sables, jusqu’à Monterey, l’ancienne capitale de la Californie.
La température s’est rafraîchie, Nord oblige, contribuant à conférer un ambiance plus authentiquement maritime à cette baie d’exception. La présence remuante des otaries, des lions de mer et des loutres crée une animation permanente, surtout si l’on choisi de faire une excursion en kayak. Les baleines ne sont pas loin non plus.

Autre approche de la faune marine, le Monterey Bay Aquarium abrite quelques 35 000 poissons et mollusques et plus de 600 espèces. Ce beau bâtiment est en plein centre ville. Là encore, l’influence coloniale espagnole se repère dans nombre de bâtiments.
Le soir, on arpentera le Fisherman’s Wharf, cet ancien quai offre d’agréable promenade et la possibilité de louer des bateaux. Des restaurants propose de succulents poissons frais et crustacés.
La ville natale de John Steinbeck (« Les Raisins de la colère » ou « À l’Est d’Eden ».) lui a dédié un musée. Le National Steinbeck Center consacre son prix Nobel à travers des photos, des revues, des objets et des films. Mais surtout, on y découvre Rossinante, le camping-car de l’écrivain. C’est à bord de ce véhicule qu’en 1960 il a écrit « Voyage avec Charley ».

Où dormir à Monterey : 
Monterey Plaza Hotel Merveilleusement situé au dessus de la mer. Sous les fenêtres, battent les flots et naviguent les otaries.
Diner sur place sur le balcon pour poursuivre cette observation
400 Cannery Row, Monterey
https://montereyplazahotel.com/

SAN FRANCISCO

Plus que 182 kilometres avant de rejoindre San Francisco, la dernière étape de ce périple. On fera un petit crochet à Big Sur, pour déjeuner dans le très chic Sur House, à deux pas de l’ancienne maison d’Henry Miller. Il sera ensuite temps de retrouver la ville mythique des seventies.

San Francisco a bien changé. Les geek de la Silicone ont achevé de chasser les derniers hippies et les artistes, infligeant un virage radical vers une gentrification de la ville. Un tour de la ville dans l’un des petits vans ouverts de Fogcutter Tours permet de réaliser à quel point l’immobilier a flambé. A chaque angle de rue avec vue, les estimations de l’immobilier font valser les millions de dollars. Peu de chance donc de croiser les restes de la bohème d’antan.

La ville vibre de nouveaux projets immobiliers. L’un des plus spectaculaires devrait être le complexe du Presidio, situé à deux pas de l’hotel éponyme, un établissement de luxe avec vue sur le Golden Gate. Un grand parc en contrebas est en cours d’aménagement et devrait bientôt offrir un très beau jardin, avec des animations écolo pour les enfants et des bâtiments d’acceuil.
Petits et grands prolongeront cette sortie dominicale en visitant le Walt Disney Family Museum situé à deux pas. Celui ci permet de prendre la mesure de l’impressionnant parcours de l’inventeur de dessin animé . Non content d’assoir son empire dans le dessin animé, Walt Disney mis également en place le concept des Disneyland, préfigurant aussi un modèle mondial du loisir à l’américaine … pour le meilleur et pour le pire.

Où dormir à San Francisco :
Hyatt Regency Downtown SoMa 50 3rd Street, San Francisco, en plein centre, avec tout le confort souhaitable.

Où dîner :
Tosca Cafe (North Beach) 242 Columbus Ave, San Francisco. Une institution locale pour retrouver l’ambiance rétro

Pour plus d’informations : https://www.visitcalifornia.com/fr/

 


  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • haut de page