03/19
fren
Partager
  • twitter share button

16 Novembre 2012

Saï-Nouvelles gourmandises asiatiques à Paris


Gourmandises asiatiques.

Béatrice Delamotte

Au pays de la gastronomie française, classée par l’Unesco, l’art culinaire asiatique et ses différentes facettes fascine depuis des décennies grands chefs et gourmets. Nouvelles adresses et talents asiatiques, de passage ou pas, viennent enrichir la palette gourmande parisienne qui s’inspire encore et toujours du raffinement oriental..

 

©KINUGAWA

KINUGAWA.

Kyoichi Kinugawa a fait partie des premiers chefs japonais à s’installer à Paris et à faire découvrir cette gastronomie si raffinée et exigeante, au début des années 1980. Le Tout Paris se presse alors pour déguster la cuisine traditionnelle de Kyoto jusqu’au décès, en 2005, de M. Kinugawa. L’adresse retrouve aujourd’hui son prestige grâce à Romain Costa, nouveau propriétaire du lieu, et aux architectes Gilles & Boissier. L’ambiance chaleureuse et discrète de la grande salle à l’étage permet d’apprécier à sa juste valeur la cuisine raffinée élaborée par le chef Toyofumi Ozuru. Chacun de ses mets mêle tradition et vision d’une gastronomie japonaise contemporaine. Conçu comme une invitation au voyage, Kinugawa se présente comme un lieu où l’esprit et les sens sont plongés dans un univers lointain, poétique et contemporain à la fois.
9, rue du Mont Thabor – 75002 Paris
www.kinugawa.fr

©YOKO

YOKO.

La toute nouvelle boutique de la Compagnie française de l’Orient et de la Chine s’est dotée d’une table à l’avant-garde culinaire nippone, Yoko. C’est le chef coréen Young Kyu Park qui a présidé à l’élaboration de la carte avec Toyofumi Ozuru, du Kinugawa. Véritable voyage initiatique à travers la gastronomie asiatique, Yoko séduit par sa décoration épurée, mais lumineuse et chaleureuse. Grands tirages au mur, mobilier zen et cuisine pointue et savoureuse sont au menu de cette adresse, qui pourrait vite devenir un must. Les bento font saliver, les maki et californian rolls marient heureusement saveurs d’Orient et d’Occident, et certains plats (comme le bœuf tataki, épicé à souhait) peuvent être dégustés en entrée ou en plat, selon la taille de l’assiette. Comme dans les autres établissements de Romain Costa (Kinugawa et Orient Extrême), la vaisselle participe du plaisir gastronomique, apportant une touche de raffinement final.
35, rue de Courcelles – 75017 Paris
www.yoko-paris.fr

©TAOKAN

TAOKAN.

Loin des restaurants chinois que l’on trouve partout, le TaoKan est un havre de design. Ambiance lougne et décoration épurée vous accueillent à l’emplacement de l’ex-Yakijapo, une des premières adresses japonaises à Paris. Le propriétaire du lieu, Christophe Daine, a rapporté de ses longues années passées entre la Chine, Taïwan et Hong Kong une vision nouvelle de la cuisine dite chinoise, faisant honneur à cette gastronomie délicate et raffinée. Ne cherchez pas les poncifs chinois habituels au TaoKan. Ici, on ne trouve que des plats simples (réalisés uniquement à partir de produits frais de première qualité) imaginés par le chef Tien-Dat Au, ancien chef de chez Madame Ly. Plutôt que d’inventorier les richesses des différentes cuisines chinoises, le chef s’est concentré sur les gastronomies de Hong Kong et Shanghai, célèbre pour ses poissons et fruits de mer. A l’arrivée, une cuisine savoureuse et diététique, des réalisations graphiques portées par une vaisselle raffinée.
8, rue du Sabot – 75006 Paris
www.taokan.fr

©La Pâtisserie des Rêves

LA PÂTISSERIE DES RÊVES.

Certes l’adresse n’est pas très japonaise et pourtant Philippe Conticini, qui préside à la création des délices de la maison, propose cet automne une déclinaison de douceurs autour du thé vert. Le chef pâtissier a souhaité rendre ainsi hommage à la gastronomie nippone et à sa délicatesse gourmande. Mais il signe aussi un clin d’oeil à la nouvelle adresse qui vient d’ouvrir à Kyoto avant Osaka (fin novembre). Pièce phare de cette collection, le Kyoto-Brest réinvente le Paris-Brest avec le mariage inédit de crème d’amande très douce avec une pâte de haricot rouge « azuki » concentrée et de la mangue fraîche. C’est délicat, élégant et absolument délicieux. Les amateurs de goûters gourmands apprécieront le cake au thé matcha, les langues de chat et biscuits à la cuillère toujours aromatisés au thé.
111, rue de Longchamp – 75016 Paris
www.lapatisseriedesreves.com

©SHANG PALACE.

SHANG PALACE.

A peine quelques mois avaient passé depuis l’ouverture de la table de gastronomie chinoise du Shangri-La Paris que le chef Frank Xu recevait sa première étoile au Guide Michelin. Une reconnaissance d’un grand talent qui a su hisser immédiatement le Shang Palace à la tête des adresses chinoises d’Europe, voire du monde. Déjà célèbre pour ses dim sum, à la pâte d’une finesse acrobatique, le chef propose désormais au déjeuner un nouveau menu entièrement consacré à ces bouchées cantonaises. Servi du jeudi au lundi, il permet d’explorer toutes les subtilités des différentes farces, accompagnées de riz, légumes et thé. Voyage au pays des saveurs garanti.
www.shangri-la.com

©NOBU MATSUSHITA, CHEF INVITÉ DU ROYALE MONCEAU RAFFLES PARIS

NOBU MATSUSHITA, CHEF INVITÉ DU ROYALE MONCEAU RAFFLES PARIS.

Le Royal Monceau Raffles Paris accueille pour la saison d’hiver un grand chef japonais, Nobu Matsushita et son équipe de maîtres sushi. L’occasion pour le chef qui a révolutionné l’univers de la cuisine japonais de faire (re)découvrir les plats signatures qui ont fait son succès de Las Vegas à Athènes, de Tokyo à Mykonis. Sushi d’oursin, sashimi de thon Ôtoro et chûtoro, bar chilien à la sauce piment Jalapeno, sushi roll au thon épicé ou encore brochettes Kushiyaki au bœuf Weguy, Nobu propose une vision contemporaine et cosmopolite de la gastronomie japonaise, au confluent de l’Asie et de l’Amérique du Sud. Ce sera presque un honneur de déguster ses plats jusqu’à fin décembre.
www.leroyalemonceau.com

©MUM DIM SUM

MUM DIM SUM.

Créé par trois amoureux d’Asie – Thao, Marc et Mathieu -, Mum Dim Sum est la dernière adresse à Paris où consommer ces bouchées vapeur. Le chef Thao élabore sur place des dim sum aux saveurs subtiles d’herbes et d’épices qui viennent parfumer des recettes à la viande, au poisson et aux crustacés. Côté déco, l’ambiance est résolument urbaine et épurée, plus proche de l’esprit « cantine chic » new yorkais que du restaurant chinois.
www.mumdimsum.com

©SAÏ

SAÏ.

Cantine moderne aux allures d’ancien comptoir d’Indochine, Saï – comme Saïgon – se veut le trait d’union entre les saveurs d’Asie et Paris. Ici le Bo Bun, spécialité vietnamienne, est revisité et décliné sous toutes ses formes : au bœuf, poulet épicé ou satay, crevettes à la citronnelle, végétarien… Chaque variante est imprégné d’une contrée de l’Asie : du Vietnam à l’Indonésie en passant par le Japon. Côté ambiance, de grandes tables d’hôtes en chêne trônent dans la salle. La lumière douce d’un essaim d’ampoules à filament, un mur végétal luxuriant, des frigidaires parés de bois exotiques remplis de boîtes colorées apportent une touche très « Indochine » des plus agréables.
9, rue de Ponthieu – 75008 Paris
www.sai-bobun.fr

©MA KITCHEN.

MA KITCHEN.

Très loin des adresses prestigieuses ou des restaurants raffinés, Ma Kitchen est un petit coin de Corée du Sud en plein cœur de Paris. A l’origine de ce « take away » au décor clair et minimaliste, deux jeunes femmes : Yoonsun, la « gentille », et Min-hee, la « veinarde ». Deux petits bouts de femmes qui mitonnent une cuisine à emporter savoureuse, uniquement à partir de produits frais. Et pas question d’arriver en fin de service : il risque de ne plus rien y avoir. Le succès de leurs soupes, bibimbap servi avec plein de petits légumes d’une fraîcheur exemplaire, cake au thé vert est tel qu’il arrive souvent que les frigos soient vides tôt. Une vraie bonne adresse comme on aimerait qu’il y en ait plus à Paris !
85, rue d’Hauteville – 75017 Paris

 

 



  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • haut de page