10/19
fren
Partager
  • twitter share button
Octobre 2014
C’est Maintenant

Chaque semaine, le magazine PLUME VOYAGE vous fait une sélection de news culturelles et d’expositions internationales. Pour clore ce mois d’octobre, PLUME VOYAGE vous invite à vous plonger dans l’univers de l’impressionnisme américain à Madrid, le monde photographique de Paul Strand à Philaldephie ou encore celui d’un collectif sur la Thaïlande à Paris. A moins que vous ne préfériez le travail de Bernadi Roig à Washington. Allez-y, c’est maintenant!

  • « American Impressionism » au musée Thyssen-Bornemisza, Madrid.

    Le musée Thyssen-Bornemisza accueille la première exposition en Espagne consacrée à l’impressionnisme aux Etats-Unis.

    Si des artistes tels que Mary Cassatt et John Singer ont vécu plusieurs années en France où ils ont noué des relations étroites avec Degas et Monet, il faudra attendre 1886 pour que la première exposition des impressionnistes français soit organisée à New York et marque une rupture dans l’art pictural américain. A travers les œuvres de Mary Cassatt, John Sargent and James Whistler, l’exposition dévoile leur rôle dans le développement de l’impressionnisme dans la technique picturale des artistes américains.
    Du 4 novembre au 1er février 2015.
    www.museothyssen.org

  • « Paul Strand, Master of Modern Photography » au Philadelphia Museum of Art, Philadelphie.

    Le musée consacre la première retrospective en près de cinquante ans consacrée l’un des grands maîtres de la photographie.

    Cette exposition explore la remarquable évolution du travail de l’artiste américain, de ses débuts dans les années 1920 avec l’exploration de l’abstraction jusqu’à ses dernières années en France, à Orgeval près de Paris. Toujours motivé par un sens social exacerbé, Paul Strand témoigne ainsi de son investissement humain et de l’évolution du monde, tel qu’il l’a perçue pendant presque soixante ans de carrière. L’exposition est également l’occasion de découvrir plus de 3000 tirages d’archives récemment acquis par le musée, qui possède ainsi la plus grande collection de tirage de Paul Strand.
    Jusqu’au 4 janvier 2015.
    www.philamuseum.org

  • « Street Photos Thaïlande » à la Maison de l’Indochine.

    Capturer les contradictions, les imprévus et les clins d’œil des révolutions urbaines, telle est la mission que s’est donnée Street Photo Thailand.

    Ce collectif rassemble des photographes au parcours et à la personnalité très différentes, d’un jeune amateur emballé par Eliott Erwitt et ses chiens au photographe de presse consacré. Chacun reprend ici sa respiration et rejoint le tempo ultra vivant d’un monde où les images passent d’abord par les réseaux sociaux. Une occasion de plonger plus loin dans le continent asiatique et de s’interroger autrement sur un pays qui sert de base arrière à tous les aventuriers modernes.
    Jusqu’au 27 décembre.
    www.maisondelindochine.com

  • « Bernardi Roig : NO/Escape » à la Phillips Collection, Washington.

    Avec ses six sculptures, exposées dans des espaces intérieurs et extérieurs inattendus, Bernardi Roig défie la perception des visiteurs.

    Son projet répond à des concepts duals : l’enfermement et la libération, l’aveuglement et l’éclairage, l’absence et la présence. NO/Escape, qui fait partie de la série Intersections, exprime l’angoisse, le désespoir et la perte d’individualité dans la société contemporaine, que l’artiste considère comme envahie par l’image. Ce travail est ici mis en résonnance avec les collections permanentes du musée, son histoire et son architecture.
    Jusqu’au 15 février 2015.
    www.phillipscollection.org

  • « Giovanni Battista Moroni, The Sackler Wing » à la Royal Academy of Arts, Londres.

    Pour cette première rétrospective au Royaume-Uni consacrée à Giovanni Battista Moroni,

    la Royal Academy of Arts dresse un portrait de l’un des peintres majeurs du XVIe siècle. Au travers d’une sélection d’une quarantaine d’œuvres, l’exposition permet de découvrir le talent de portraitiste de l’artiste italien mais aussi ses peintures religieuses, moins connues. Pour la première fois, des retables d’églises du diocèse de Bergame sont présentées à cette occasion. Une chance de découvrir l’œuvre de Moroni comme un génie méconnu de la Renaissance.
    Du 25 octobre au 25 janvier 2015.
    www.royalacademy.org.uk

  • « Martino Gamper, Design is a State of Mind » à la Pinacothèque Agnelli, Turin.

    La Pinacothèque Agnelli poursuit son exploration de la façon dont nous rangeons, organisons et plaçons nos biens.

    C’est le designer italien Martino Gamper qui signe le commissariat de l’exposition. Grâce à des meubles des années 1930 à nos jours, qu’il s’agisse d’exemplaires uniques ou de pièces de grande série, Martino Gamper dresse un panorama de l’histoire du design des objets et de leur impact sur nos vies. Des designers réputés tels que Franco Albini, Ercol, Charlotte Perriand ou Ettore Sottsass voisinent ainsi avec des produits IKEA. De la beauté la plus banale à l’exception de la relique, cette collection donne un aperçu de l’inspiration et des obsessions des designers.
    Jusqu’au 22 février 2015.
    www.pinacoteca-agnelli.it

  • « Hubert de Givenchy » au musée Thyssen Bornemisza, Madrid.

    Le musée propose la première rétrospective consacrée au couturier français Hubert de Givenchy,

    figure créative du XXe siècle et légende vivante de l’histoire de la haute-couture. Pour cette première incursion dans l’univers de la mode, l’exposition supervisée par M. de Givenchy lui-même porte une attention exceptionnelle sur un demi-siècle de créations, de 1952 à sa retraite en 1996. Grâce à des prêts venus du monde entier, dont certains jamais exposés, l’art de Givenchy s’exprime ici pleinement et raconte aussi l’histoire d’amitié qui l’a lié avec l’actrice Audrey Hepburn.
    Jusqu’au 18 janvier 2015.
    www.museothyssen.org

  • « L’art de notre temps, chefs-d’œuvre des collections Guggenheim » au musée Guggenheim, Bilbao.

    Conçue pour célébrer vingt ans de collaboration entre la Solomon R. Guggenheim Foundation et le musée Guggenheim Bilbao,

    l’exposition retrace l’évolution des fonds artistiques depuis leur création jusqu’à nos jours. De l’aube du XXe siècle et des « avant-gardes » artistiques à l’expressionisme américain, du Pop Art à la fin du XXe siècle, le parcours s’achève sur quelques-unes des acquisitions les plus récentes d’art contemporain des collections Guggenheim.
    Jusqu’au 25 janvier 2015.
    www.guggenheim-bilbao.es

  • « Rembrandt, les dernières œuvres » à la National Gallery, Londres.

    Pour cette exploration approfondie des dernières années de travail de Rembrandt, la National Gallery présente des œuvres du monde entier,

    dont certaines n’avaient jamais été prêtées par leurs propriétaires. Loin d’aller diminuant avec l’âge, la créativité de Rembrandt connaît un regain vers la fin de sa vie. Mélancoliques, intègres et profondément émouvantes, ces œuvres forment l’image que nous avons de l’artiste et de l’homme. L’exposition sera filmée spécialement pour le grand écran en haute définition dans le cadre de la seconde saison de « Exhibition on the Screen ». Le film sortira en salle en France à partir du 17 février 2015.
    Jusqu’au 18 janvier 2015.
    www.nationalgallery.org.uk

  • « Franck Gehry » au Centre Pompidou, Paris.

    Pour la première fois en Europe, le Centre Pompidou présente une rétrospective complète de l’œuvre de cette figure de l’architecture contemporaine.

    Mondialement connu pour ses bâtiments dont nombre ont aujourd’hui valeur d’icône, les créations emblématiques de Frank Gehry ont révolutionné l’esthétique de l’architecture, son rôle social et culture, ainsi que son inscription dans la ville. Alors que la Fondation Louis Vuitton, sa dernière œuvre magistrale, vient d’ouvrir ses portes à Paris, cette exposition permet de revenir sur un demi-siècle de créativité.
    Jusqu’au 26 janvier 2015.
    www.centrepompidou.fr

  • « Henri de Toulouse-Lautrec, la voie de la modernité » à la Bank Austria Kunstforum, Vienne.

    Pour cette première rétrospective consacrée à Henri de Toulouse-Lautrec en Autriche

    à l’occasion du 150e anniversaire de la naissance de l’artiste. Grâce à des prêts venus du monde entier, l’exposition permet d’aborder l’œuvre multiforme de Toulouse-Lautrec et ses capacités d’observation extraordinaire dans des styles très différents. Celui qui a si bien su capter l’atmosphère vibrante de Paris à la fin du XIXe siècle prouve ici, s’il en était besoin, son talent pour rendre la volatilité, la légèreté de la vie parisienne.
    Jusqu’au 25 janvier 2015.
    www.bankaustria-kunstforum.at

  • « Art Brut, collection abcd / Bruno Decharme » à la maison rouge, Paris.

    Pour sa douzième exposition de collections privées, la maison rouge invite le Français Bruno Decharme à présenter son exceptionnelle collection d’art brut.

    Phénomène de mode ces dernières années, l’engouement pour l’art brut s’invité désormais dans les plus grandes galeries et expositions. Depuis plus de trente ans, Bruno Decharme assemble sa collection qui compte aujourd’hui 3500 pièces de 300 artistes du milieu du XIXe siècle à nos jours. A travers leurs visions, qui peuvent être qualifiée de délirantes, chacun d’entre eux touche une forme de savoir qui fait écho aux questions fondamentales communes à tous.
    Jusqu’au 15 janvier 2015.
    www.lamaisonrouge.org

  • « La peinture des émotions au Siècle d’or hollandais » au musée Frans Hals, Haarlem.

    A travers les thèmes choisis – la Douleur et le Désespoir, l’Amour et le Désir, la Joie et la Gaité – permet de voir comment aux XVIe et XVIIe siècles les peintres rendaient de façon convaincante les émotions de l’homme.

    Pour les peintures du Siècle d’or hollandais, rien ou presque n’importait davantage que le rendu éloquent des émotions. Mais comment les peintres exprimaient-ils sur la toile le doute, la peur, l’épouvante ou la rage ? Et comment lisons-nous aujourd’hui ces sentiments intimes au travers d’une physionomie ou d’une gestuelle ? A travers plus de 50 œuvres, l’exposition permet de comprendre les techniques utilisées.
    Jusqu’au 15 février 2015.
    www.franshalsmuseum.nl

  • « Mickalene Thomas, Femme au divan I » à la Galerie Nathalie Obadia, Paris.

    La galerie propose de découvrir, pour la première fois en France, le travail de l’artiste américaine

    à travers un ensemble de peintures, photos, collages et vidéos dont certains réalisés à l’occasion de sa résidence à la galerie en juillet dernier. Mickalene Thomas sublime une vision contemporaine de la femme afro-américaine dans un environnement scénographié, imprégné de l’esprit des sixties et seventies. L’artiste revendique à la fois l’héritage des modèles de pose et des portraits de peintres du XIXe siècle, tout comme l’ascendance de la peinture du XXe et, plus tardivement, de David Hockney.
    Jusqu’au 28 octobre.
    www.galerie-obadia.com

  • « Alexander Calder Gallery III » à la Fondation Beyeler, Riehen.

    Troisième volet d’une série d’expositions mettant l’accent sur différents aspects de l’œuvre du sculpteur américain, l’exposition est consacrée aux premières peintures abstraites de Calder,

    qui entretiennent un dialogue captivant avec ses sculptures révolutionnaires des années 1930. Rarement présentées au public, ces peintures marquent le passage décisif de la figuration à l’abstraction dans la création de l’artiste. Une découverte fascinante de l’œuvre de ce sculpteur tant apprécié.
    Jusqu’au 6 septembre 2015.
    www.fondationbeyeler.ch

  • « Les Puces du Design, carte blanche à Christian Ghion » à Bercy Village, Paris.

    Pour sa 15e édition, les Puces du Design invitent le designer Christian Ghion, Janus 2014 Patrimoine et innovation, pour une exposition où il présentera une vingtaine de vases prototypes.

    Créées en 1999 avec le parrainage d’Andrée Putman, à une époque où le mot vintage n’était connu que des amateurs de vins et de quelques passionnés de mode, les Puces du Design ont été le premier marché européen dédié au mobilier des années d’après-guerre. Quant à Christian Ghion, il occupe une place atypique dans l’univers du design et signe de nombreuses collaborations avec ds maison comme Mobilier National, Alessi, Forestier, Corian pour Milan 2014 ou encore la galerie En Attendant les Barbares.
    Du 16 au 19 octobre.
    www.pucesdudesign.com

  • « Azimut/h. Continuity and Newness » à la Peggy Guggenheim Collection, Venise.

    Hommage à l’avant-garde artistique de l’après guerre en Italie, l’exposition témoigne de l’intérêt pour ce mouvement.

    Elle témoigne aussi de la position de ces artistes dans le panorama artistique italien et plus largement international de ces années. Comme un tremblement de terre créatif, le mouvement Azimut/h a été l’un des grands catalyseurs de la culture conceptuelle et visuelle italienne et européenne de l’époque et un pont intellectuel entre une nouvelle génération révolutionnaire et les développements les plus contemporains de l’art.
    Jusqu’au 19 janvier 2015.
    www.guggenheim-venice.it

  • « Marcel Duchamp. La peinture, même » au Centre Pompidou, Paris.

    A travers une centaine d’œuvres réunies pour la première, le Centre Pompidou consacre une grande monographie à l’œuvre peint de Marcel Duchamp.

    Au centre de cet œuvre, le visiteur est invité à revoir les peintures et dessins qui ont mené l’artiste à la réalisation de son grand œuvre. Afin de le placer dans la cohérence d’une genèse lente et complète, Marcel Duchamp avait regroupé ses peintures entre les mains d’un petit cercle de collectionneurs tout en les répliquant dans sa Boîte-en-Valise, pour la postérité et ce qu’il appellera les « regardeurs ». Peu connues en Europe, ces peintures, conservées pour la plupart au Philadelphia Museum of Art, sont aujourd’hui réunies, entourées de nombreuses sources.
    Jusqu’au 5 janvier 2015.
    www.centrepompidou.fr

  • « Sorolla et les Etats-Unis » à la Fondation Mapfre, Madrid.

    L’exposition rassemble, pour la première fois, 150 œuvres de Joaquin Sorolla (1863-1923).

    Au travers des meilleures œuvres du peintre de Valence, provenant de collections situées hors d’Espagne, elle permet de retracer l’histoire fascinante du triomphe de Sorolla aux Etats-Unis, ainsi que de mieux saisir les ressorts de l’énorme prestige atteint par l’auteur sur le plan national. Cette exposition est une occasion unique de contempler une partie essentielle de l’œuvre de l’artiste qui se trouve aux Etats-Unis grâce aux prêts exceptionnels de nombreux musées d’outre-Atlantique et de collections particulières.
    Jusqu’au 11 janvier 2015.
    www.fundacionmapfre.org

  • « Park Eun Sun » à Rome.

    A l’occasion du 130e anniversaire des relations bilatérales entre l’Italie et la Corée du Sud, le musée des Forums impériaux et les marchés de Trajan abritent une grande exposition dédiée au sculpteur Park Eun Sun.

    L’artiste qui vit et travaille à Pietrasanta propose treize sculptures de grandes dimensions, dont certaines réalisées pour l’occasion. Comme de véritables greffes contemporaines, ces œuvres s’inscrivent dans le décor de quelques-uns des lieux les plus emblématiques de Rome.
    Jusqu’au 30 novembre.
    www.mercatiditraiano.it

  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • haut de page