Menu
08/18
fren
Partager
  • twitter share button
Mai 2014
C’est Maintenant

Chaque semaine, le magazine PLUME VOYAGE vous fait une sélection de news culturelles et d’expositions internationales.

Pour terminer de mois de mai, PLUME VOYAGE vous invite à découvrir les toiles de Xu Zhen à la Galerie Nathalie Obadia et les photos de Vanessa Winship à la Fondation Mapfre de Madrid. Mais aussi à partir en voyage avec l’Orient Express à l’Institut du monde arabe à Paris, à vous plonger dans l’univers fantaisie de Paul Smith au Design Museum de Londres ou encore à découvrir les multiples usages du bois densifié au musée des Arts décoratifs. Bonne balade. Allez y c’est maintenant!

  • « Hello, my name is Paul Smith » au Design Museum, Londres.

    Depuis quarante ans, Paul Smith développe un monde plein de fantaisie dans l'univers de la mode.

    Depuis ses débuts à Nottingham jusqu’à son succès planétaire d’aujourd’hui, cette vaste exposition retrace son parcours créatif à travers une journée. Les différentes étapes de la conception et de la réalisation de ses modèles sont explorés, mêlant artisanat et techniques contemporaines. L’exposition ayant déjà été prolongée, ne ratez pas les derniers jours.
    Jusqu’au 22 juin.
    www.designmuseum.org

  • « Vanessa Winship » à la Fondation Mapfre, Madrid.

    A l'occasion de l'ouverture de son nouvel espace dédié à la photographie, la Fondation Mapfre accueille la première rétrospective du travail de l'artiste britannique.

    Cette exposition, produite en collaboration avec l’artiste, présente une sélection de photos de ses différentes séries, de ses premiers clichés des Balkans en 1990 à son travail récent aux Etats-Unis, achevé en 2013. Vanessa Winship a reçu plusieurs récompenses pour son travail, notamment le prix de la fondation Henri Cartier-Bresson.
    Jusqu’au 31 août.
    www.fundacionmapfre.org

  • « Il était une fois l'Orient Express » à l'Institut du monde arabe, Paris.

    L'Orient Express fait une halte sur le parvis de l'Institut du monde arabe à l'occasion d'une grande exposition consacrée au plus mythique des train.

    Au fil des démabulations, on découvre l’existence à bord de cette icône de l’Art Déco à travers le confort étrange, presque irréel, des cabines parées de fines marquetteries et de laitons étincelants. Cette vaste exposition permet de comprendre les origines de l’Orient Express, à travers la personnalité de son « inventeur », Georges Nagelmackers, mais aussi des aspects techniques, sociaux, culturels et géopolitiques.
    Jusqu’au 3 août.
    www.imarabe.org

  • « Sous pression, le bois densifié » au musée des Arts décoratifs, Paris.

    L'exposition explore des techniques utilisées par des designers emblématiques pour transformer le bois et l'utiliser dans la mode, le mobilier ou les objets du quotidien.

    Avec le découverte du cintrage au XIXe siècle, les utilisations du bois se sont multipliées, jusqu’au bois rétifié au XXIe siècle, le matériau se dévoile sous d’autres aspects aux usages multiples. Grâce au travail mené par l’EPFL+ECAL Lab de Lausanne, on découvre les perspectives offerte par ce matériau réinventé avec les créations de Paul Cocksedge, du Studio Normal ou encore de Big-Game.
    Jusqu’au 14 septembre.
    www.lesartsdecoratifs.fr

  • « XU Zhen, MadeIn Company » à la Galerie Nathalie Obadia, Paris.

    Pour sa troisième collaboration avec la galerie, l'artiste chinois Xu Zhen propose une sélection de six œuvres de grand format.

    Ces peintures, issues de la série Prey, sont réalisées à partir de documents photographiques pris par une équipe de MadeIn Company dans des habitations précaires dans les provinces du Sichuan et Guizhou, en Chine. Avec cette série, Xu Zhen ironise sur les rapports esthétiques qui lient l’art et la misère. Réalisés avec une parfaite maîtrise de la peinture à l’huile, une exécution traditionnelle dans le choix des cadrages et des clairs-obscurs d’inspiration flamande, ces intérieurs ruraux démunis gagnent en majesté et en noblesse par le traitement de facture classique. Troublant.
    Jusqu’au 25 juillet.
    www.galerie-obadia.com

  • Hiroshi Sugimoto au Palais de Tokyo à Paris avec l’exposition "Aujourd’hui, le monde est mort".

    Une nouvelle facette d’une exposition que Hiroshi Sugimoto élabore depuis une dizaine d’années en juxtaposant ses collections d’objets provenant d’époques et de cultures disparates

    et ses œuvres photographiques. Le parcours est constitué d’une trentaine de scénarios, racontés par différents personnages fictifs : un apiculteur, un spécialiste des religions comparées ou encore un homme politique qui choisissent de préserver (ou non) pour le futur leur patrimoine génétique individuel. Cette exposition est la plus importante réalisée en Europe par l’artiste et témoigne du large champ d’activité de Sugimoto qui va de la littérature à l’architecture.
    Jusqu’au 7 septembre.
    www.palaisdetokyo.com

  • « Terres » à l’abbaye de l’Epau, Yvré l’Evêque.

    Pour sa deuxième exposition à ciel ouvert, l’abbaye de l’Epau accueille les œuvres de six artistes photographes, réunis autour d’un thème commun, la Terre.

    Chacun des artistes aborde ce thème avec une sensibilité particulière, plongeant le visiteur dans des univers variés, des déserts majestueux de George Steinmetz aux portraits abstraits de la Loire par Nicolas Lenartowski, en passant par les atmosphères étranges de Sarah Martinet ou encore l’hommage de Pierrot Men à son île, Madagascar.
    Jusqu’au 2 novembre.
    www.epau.sarthe.com

  • « 2e Festival international d’art », Toulouse.

    Pour sa deuxième édition, le Festival international d’art de Toulouse présente des projets essentiellement monographiques pensés pour des lieux remarquables et atypiques, recentrés sur un parcours autour de la Garonne.

    De plus, une série d’expositions originales vient, comme en écho, se lover autour du noyau principal. Une programmation internationale conçue par un comité de sélection international avec, autour de Jean-Marc Bustamante, le directeur du festival, des représentants de la Fondation Cartier pour l’art contemporain, de la Tate Britain à Londres, du MOCA à Los Angeles, du Pinchuk Art Center de Kiev et de la fondation Robert Rauschenberg de New York, qui préside ce comité pour cette deuxième édition.
    Jusqu’au 22 juin.
    www.toulouseartfestival.com

  • La photographe Nan Goldin à la Galerie Gagosian, Rome.

    Pour sa première grande exposition à Rome, la photographe américaine Nan Goldin présente “Scopophilia”, une série d’œuvres réalisées depuis 2010, quand elle a pu accéder au musée du Louvre chaque mardi, jour de fermeture au public.

    De cette errance privilégiée au cœur des collections, elle a réalisé un portrait complexe et multiple sur l’amour et le désir sous forme d’un diaporama dans lequel, interprétations personnelles et animées d’œuvres historiques viennent s’associer à des images de sa collection personnelle, qui remontent jusqu’à la fin des années 1970.
    Prolongation jusqu’au 27 juin.
    www.gagosian.com

  • « American Design » au Mona Bismarck American Center for Art & Culture, Paris.

    L’exposition présente à la fois de jeunes designers indépendants, comme des maisons d’édition reconnues ou de jeunes compagnies prometteuses.

    Pharrell Williams avec sa Tank Chair, la collection de meuble inconnue de Richard Neutra, Emeco qui fête les soixante-dix ans de la Navy Chair, Rick Owens, François Chambard, Bec Brittain (photo avec suspension Helixes) ou encore le jeune tandem Ladies & Gentlemen sont quelques unes des stars, talents à suivre, marques mythiques ou en devenir à découvrir dans cette exposition foisonnante. Un aperçu de la création américaine contemporaine à l’occasion des D’Days.
    Du 19 au 25 mai.
    www.monabismarck.org

  • " Martial Raysse, rétrospective 1960-2014 " au Centre Pompidou, Paris.

    Le Centre Pompidou consacre une rétrospective inédite à Martial Raysse, l’un des plus importants artistes vivants français.

    On retrouve ici toute la richesse et la variété de l’œuvre de cet artiste visionnaire, à la trajectoire fascinante et singulière, depuis ses premières créations des années 1960 à aujourd’hui. Rassemblant plus de 200 œuvres dont certaines jamais montrées – peintures, sculptures, films, photographies et dessins -, l’exposition propose pour la première fois une généreuse traversée de cinquante ans de création.
    Jusqu’au 22 septembre.
    www.centrepompidou.fr

  • « Estefania Penafiel Loaiza – l’espace épisodique – et Benoît-Marie Moriceau – Rien de plus tout du moins » au Credac, Ivry.

    Les deux expositions concomitantes et solos d’Estefania Penafiel Loaiza et Benoît-Marie Moriceau renouent avec les expositions « duo » organisées par le Credac d’Ivry.

    Dans le travail des deux artistes, les rapports au visible, à la trace, à la mémoire résonnent étroitement avec le contexte spatial et politique qui les accueille. L’idée de ces expositions n’est pas de trouver un dénominateur commun, mais de leur permettre de présenter une production inédite. Benoît-Marie Moriceau s’intéresse au paysage comme sujet, comme notion et idée. Le paysage urbain, architecturé, mais aussi celui des grands espaces américains parfois modifiés par les artistes du land art. Estefania Penafiel Loaiza, elle, propose au visiteur d’entrer par la dernière porte et ainsi de visiter son exposition à contre-courant de l’usage habituel du lieu.
    Jusqu’au 22 juin.
    www.credac.fr

  • « Moustache, Half decade beast » au Bon Marché Rive Gauche, Paris.

    A l’occasion de son 5e anniversaire, Moustache présent Half decade beast, dix nouveaux projets qui ouvrent et prospectent des pistes d’édition et de production.

    Incarnation vivante des engagements de la maison d’édition française d’objets et de mobilier contemporain en faveur des projets qui ne sont pas seulement dictés par les besoins du marché, l’exposition présente un ensemble de projets de Scholten & Baijings, Formafantasma, Bertjan Pot, Raw-Edges, Constance Guisset, Dimitri Bähler et Jean-Baptise Fastrez. Tous à leur façon questionnent la manière dont nous produisons et consommons aujourd’hui les objets dont nous nous entourons. L’installation présentera également une sélection d’objets dessinés depuis 2009 par plusieurs créateurs qui ont marqué l’histoire Moustache et participé à construire son identité.
    Jusqu’au 21 juin.
    www.moustache.fr

  • « Gimhongsok, Bearlike Construction » à Tribeca Park, New York.

    La Galerie Tina Kim présente la sculpture Bearlike Construction, de Gimhongsok, à Tribeca Park, en plein cœur de New York.

    L’œuvre se présente comme un empilement de sacs poubelles, une vision courante dans la ville. Ce n’est qu’avec attention que la figure d’un ours se révèle, étrange apparition dans ce milieu urbain. Artiste réputé pour son observation critique de la société contemporaine, Ginhongsok présente ici une œuvre qui mêle interrogations sérieuses et représentation insouciante.
    Jusqu’au 21 novembre.
    www.tinakimgallery.com

  • «Fairy Tales, Marion Davout et Emilie Bazus» à la Galerie Laure Roynette, Paris.

    La Galerie Laure Roynette présente « Fairy Tales », un travail en collaboration de deux jeunes artistes.

    Marion Davout peint des forêts vertigineuses par-dessus des murs et des ruines, des escaliers disparus, des rambardes affaissées ou partielles. De son côté, Emilie Bazus imagine des personnages en fuite, courant des vers bals abandonnés, tournant le dos pour plonger dans l’intrigue. Des gros plans, au cadrage serré, présentent des morceaux d’étoffes et de corps et deviennent à leur tour des paysages abstraits, histoires inachevées qui questionnent sur le merveilleux et l’inquiétant.
    Du 17 mai au 21 juin.
    www.laureroynette.com

  • « Babylon, Harri Koskinen » à l’Institut finlandais, Paris.

    Designerbox.com présente le travail du créateur finlandais Harri Koskinen, dans le cadre de l’exposition Promenons-nous dans les Bois.

    Hommage à l’architecture, Babylon témoigne de l’art de Koskinen à transformer des matériaux simples en créations aux lignes fluides et dépouillées, véritables clins d’œil aux maîtres du design des années 1950. Designer star des pays scandinaves, Harri Koskinen travaille pour les plus grands noms du design (Alessi, Cassina, Swarovski etc.). Ses créations intègrent une touche d’austérité à beaucoup de simplicité et un grand soin dans le choix des matériaux.
    www.designerbox.com

  • « Entre deux chaises, un livre » à la Villa Empain – Fondation Bogossian, Bruxelles.

    La Villa Empain présente une exposition dédiée au livre et à la chaise.

    Ces deux objets du quotidien ont servi de support d’inspiration et de création à un grand nombre d’artistes qui les ont réinterprétés au gré de leurs inspirations. La fondation propose ainsi un parcours interactif mettant en scène deux cents œuvres comme objet de dialogue. Tantôt graves et émouvants, tantôt drôles et inattendus, les objets-œuvres d’art rassemblés à cette occasion constituent un ensemble étonnant.
    Jusqu’au 7 septembre.
    www.villaempain.com

  • « François Morellet & Tadashi Kawamata » à l’Espace Muraille, Genève.

    L’exposition inaugurale de l’Espace Muraille de Genève laisse carte blanche au galeriste parisien Kamel Mennour qui initie un dialogue entre François Morellet et Tadasho Kawamata.

    Ce nouveau lieu dédié à l’art contemporain accueille ainsi la série Cruibes de Morellet, une sélection de toiles carrées, dont certaines s’accompagnent de néons. Quant à Tadashi Kawamata, le choix s’est porté sur un ensemble de maquettes et tableaux sur panneaux de contreplaqué. Certaines œuvres évoquent directement les cabanes conçues lors de la FIAC 2013 pour la colonne et les immeubles de la place Vendôme. Des greffes, analogues aux nids d’hirondelles discrètement lovés sous les charpentes.
    Jusqu’au 12 juillet.
    www.espacemuraille.com

  • « I luoghi della creatività » à la Villa Médicis, Rome.

    Chaque dimanche, la Villa Médicis propose une visite guidée des Lieux secrets de la création, à la rencontre des artistes en résidence.

    Depuis la création de l’institution, en 1666, de nombreux artistes de renom se sont succédés dans ce lieu magique de la capitale italienne : Fragonard, Ingres, Berlioz, Bizet et Debussy. Ces visites guidées permettent de se familiariser avec le travail des pensionnaires de l’Académie de France à Rome et de visiter les lieux de la villa qu’ils fréquentent, de découvrir leur travail.
    Tous les dimanches à 15h30.
    www.villamedici.it

  • « De Natura Fossilium bu Studio Formafantasma’s » à la Gallery Libby Sellers, Londres.

    La Gallery Libby Sellers présente pour la première fois à Londres le travail sur la lave de l’Etna et du Stromboli du Studio Formafantasma’s.

    Créé par un duo de designers italiens, Simone Farresin et Andrea Trimarchi, le studio, reconnu comme l’un des plus influents de sa génération, a travaillé sur la préservation de techniques menacées, l’utilisation de matériaux naturels et l’exploration du concept d’artisanat dans la production contemporaine. De Nature Fossillium se compose ainsi de pièces réalisées à partir de lave en fusion moulée à chaud. Studio Formafantasma’s arrive à exprimer tout le potentiel créatif de ce matériau brut dans des objets raffinés, à la géométrie brutale.
    Jusqu’au 12 juin.
    www.libbysellers.com

  • « Chen Zhen, Purification Room » au 104, Paris.

    L’équipe du 104 et la Galleria Continua nous font découvrir une installation de Chen Zhen.

    L’artiste chinois montre un espace où tous les objets présents sont recouverts d’une boue argileuse. Dans un monde qui perd de jour en jour son équilibre et dans lequel la société de consommation continue sans cesse à engendrer de la pollution, nous éloignant ainsi de l’harmonie de la nature pour nous diriger vers la catastrophe, Chen Zhen révèle les traces d’une présence active bloquée, comme une sorte de tombeau monochrome dans lequel la terre, selon la tradition chinoise, opère un rite de transition et de purification qui purifie les objets et, par extension, le monde entier.
    Jusqu’au 10 août.
    www.104.fr

  • « Chourouk Hriech » à la Galerie L’Atelier 21, Casablanca.

    La Galerie L’Atelier 21 expose les œuvres récentes de l’artiste plasticienne Chourouk Hriech.

    Après une première exposition, en 2001, où elle présentait une série de dessins fondés sur des espaces urbains au Maroc, l’artiste poursuit ses recherches sur l’observation des paysages en mutation. Ses œuvres mêles zones interstitielles, no man’s land et paysages saturés. Un itinéraire libre et spontané au cœur de « l’archéopaysage » marocain qui correspond à une séquence de notre époque. En multipliant les reliefs, Chourouk Hriech donne aussi du volume à ses dessins et ses œuvres y gagnent en intensité.
    Jusqu’au 6 juin.
    www.atelier21.ma

  • « Martin Parr Paris » à la Maison européenne de la Photographie, Paris.

    Après Edouard Boubat, Ralph Gibson, Mimmo Jodice…, c’est Martin Parr qui livre sa vision de Paris.

    Depuis trente-cinq ans, le photographe britannique s’intéresse à des scènes de vie ordinaire qui ont le don de nous prendre au dépourvu. Aujourd’hui, il nous livre sa vision de Paris, de ses habitants, des manifestations qu’il a suivi pendant deux ans. Au total, une soixantaine d’images inédites et de clichés plus anciens illustrent ainsi Paris vu par le plus anglais des photographes.
    Jusqu’au 25 mai.
    www.mep-fr.org

  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page