Menu
02/18
fren
Partager
  • twitter share button
Avril 2016
C’est Maintenant

Béatrice Delamotte

Fin du mois d’avril éclectique avec une exposition consacrée à l’œuvre multifacette de Jean Tinguely à Düsseldorf, une autre dédiée à Isa Genzken à Berlin ou encore un projet de musée Hans Christian Andersen à Odense. Sans oublier celle qui considère les rapports entre l’œuvre et la personne de Jean Genet et la Méditerranée à Marseille. Mais également, direction Venise pour découvrir l’art du verre à Vienne au début du XXe siècle et Giverny pour plonger dans les jardins du peintre Caillebotte jardinier. Ensuite, go West avec les œuvres de Nicolas de Crécy à Quimper et Londres pour la grande rétrospective consacrée au photographe Paul Strand à Londres les expositions consacrées à Jannis Kounellis à Paris, à Anne-Valérie Hash à Calais, au peintre Jean Puy à Montbéliard et enfin aux costumes de la troupe des Arts florissants à Moulins, direction la forteresse de Chinon à l’occasion d’un espace game original, s’émerveiller devant des robes fastueuses à Amsterdam, faire une plongée dans la population de Bamako à Paris ou encore revivre cinquante ans de la vie des Stones à Londres.
Chaque semaine, le magazine PLUME VOYAGE vous propose un choix de news culturelles et d’expositions internationales. Allez-y, C’est maintenant !

  • « Jean Tinguely. Super Mega Maxi » au Museum Kunstpalast, Düsseldorf.

    A l’occasion du 25e anniversaire de la mort de l’artiste,

    le Museum Kunstpalast présente l’œuvre multifacette de Jean Tinguely, co-fondateur du Nouveau réalisme et l’un des artistes les plus originaux de son temps. L’exposition offre un aperçu complet du travail fascinant et joyeusement sensuel de Tinguely, tout en éclairant ses collaborations avec d’autres artistes dont Daniel Spoerri, Eva Aeppli, Yves Klein et Niki de Saint Phalle, sa partenaire à long terme qu’il a épousé. Conçue en collaboration avec le Stedelijk Museum d’Amsterdam et le musée Tinguely de Bâle, l’exposition rassemble plus de 90 prêts de musées et collections privées.
    Jusqu’au 14 août. B.D. www.smkp.de

  • « Isa Genzken : Make Yoursel Pretty ! » au Martin-Gropius-Bau, Berlin.

    Isa Grezken est l’une des artistes les plus radicales de notre temps et a gagné une renommée internationale avec son travail en profondeur.

    Ses différents travaux représentent l’une des positions contemporaines les plus affirmées. Cette première exposition à Berlin couvre un large spectre de son œuvre, avec des films, des dessins et des sculptures en béton, des collages et objets du quotidien intégrés dans des montages. Elle met ainsi en évidence des sujets tels que la modernité, le corps humain, le portrait dans son travail mais aussi l’importance de la ville et de l’architecture.
    Jusqu’au 26 juin. B.D www.grobiusbau.de

  • Une nouvelle Maison Andersen par Kengo Kuma, Odense.

    A l’occasion du 211e anniversaire de la naissance du célèbre conteur, la ville d’Odense a lancé un projet de nouvelle Maison Hans Christian Andersen.

    C’est l’architecte japonais Kengo Kuma qui réalisera le projet de musée innovant dédié au père d’Hansel et Gretel. Le projet ambitieux joue un rôle important dans les profonds changements en cours à Odense. Basé sur le monde féérique du conteur et proche de magnifiques jardins, le musée Hans Christian Andersen – et le centre culturel pour enfant qu’il intègrera – proposeront une expérience complète et unique. B.D.
    www.visitdenmark.fr

  • « Jean Genet, l’échappée belle » au Mucem, Marseille.

    L’exposition cherche à faire comprendre comment la Méditerranée, avec ses appels au voyage et à la liberté, avec la diversité de ses cultures, avec les rencontres qu’elle a suscitée à plusieurs moments de la vie de Jean Genet constitue un pôle magnétique de son parcours littéraires, auquel il revient obstinément.

    Elle a aussi pour ambition de montrer comment la Méditerranée représente pour Jean Genet une « échappée belle ». Articulée autour de quatre thèmes dont chacun fait se croiser un moment de sa vie, une de ses œuvres et un terroir méditerranéen (Le Journal d’un voleur, l’Espagne, Les Paravents, l’Algérie, Un captif amoureux, la Palestine et la fin de sa vie au Maroc), l’exposition rassemble également des œuvres qui témoignent de la sensibilité de l’écrivain, de ses rencontres et, notamment, de son lien avec Alberto Giacometti.
    Jusqu’au 18 juillet. B.D. www.mucem.org

  • « Caillebotte, peintre et jardinier » au musée des impressionismes, Giverny.

    Longtemps considéré comme un peintre amateur, collectionneur et mécène de ses amis,

    Gustave Caillebotte apparaît aujourd’hui comme l’une des figures majeures du groupe impressionniste. Célèbre pour ses compositions inspirées du Paris d’Haussmann, il a consacré une part importante de sa production à l’évocation des jardins. Il peint ses premières études sur le motif dans la demeure familiale d’Yerres avant d’acquérir au Petit-Gennevilliers une propriété où il élabore un somptueux jardin et fait construire une serre. Tout comme son ami Claude Monet, avec lequel il partage une passion pour l’horticulture, il privilégie l’évocation de cet univers végétal.
    Jusqu’au 3 juillet. B.D. www.mdig.fr

  • « Nicolas de Crécy » au Fonds Hélène et Edouard Leclerc, Quimper.

    Dessinateur de talent, Nicolas de Crécy a construit dans ses livres un univers à la fois étrange et poétique à l’humour absurde et souvent acerbe.

    Dans ses ouvrages, nourris par le surréalisme et la mélancolie, il détourne les codes narratifs en explorant différents genres et techniques, tandis qu’il développe en parallèle de nouvelles œuvres – peintures, sculptures, gravures… – offrant une lecture originale de la destinée des frères Wittgenstein. L’exposition, conçue en deux volets, propose un parcours rétrospectif et présente l’étendue de ses expériences graphiques et stylistique. Elle se veut aussi une véritable plongée dans la fabrique du dessin, ses techniques et ses processus. B.D.

  • « Paul Strand : Photography and Film for the 20th Century »

    au Victorial & Albert Museum, Londres

    Pour cette première rétrospective consacrée au photographe américain au Royaume-Uni, le V&A retrace la carrière de plus de soixante ans de Paul Strand. De ses expériences de photographie abstraite et de ce qui est considéré comme le premier film d’avant-garde, à ses voyages à travers le monde qui commencent à New York en 1910 jusqu’en France en 1976, année de sa disparition, c’est toute la palette du talent de Paul Strand qui s’exprime. On découvre également une série de photos réalisées au Royaume-Uni, une étude de l’île de South Uist, dans les Hébrides écossaises, réalisées en 1954 et récemment acquises par le musée.
    Jusqu’au 3 juillet. B.D. www.vam.ac.uk

  • « Le verre des architectes. Vienne 1900-1937 » à l’île de San Giorgo Maggiore, Venise.

    Avec plus de 300 œuvres, principalement issues du MAK, le musée autrichien d’Arts appliqués de Vienne, et de collections privées, l’exposition se concentre sur la naissance sur la naissance de l’art moderne du verre en Autriche, entre 1900 et 1937, période particulièrement riche.

    Pour sa deuxième manifestation , après le verre en Finlande, , le Stanze del Vetro met l’accent sur les développements internationaux du verre au XXe siècle. Le Stanze del Vetro est une initiative conjointe sur le long terme entre la Fondation Giorgio Cini et Pentagram Stiftung, consacrée à l’étude de l’art du verre aux XXe et XXIe siècle.
    Jusqu’au 31 juillet. B.D. www.lestranzedelvetro.org

  • « Rosa Bonheur et sa famille » au musée national

    de Port-Royal-des-Champs, Magny-les-Hameaux.

    Entre 1860 et 1930, Magny-le-Hameaux fut habité par de nombreux artistes, parmi lesquels les membres de la famille Bonheur. C’est dans l’ancien presbytère que Rose, Auguste, Isidore et Juliette Bonheur, travaillant en étroite collaboration, produisirent une œuvre importante, tant peinte que sculptée, que l’exposition propose de redécouvrir. Présentée pour la première fois au musée national de Port-Royal, l’œuvre des différents membres de la famille Bonheur fait revivre la colonie d’artistes de Magny au XIXe siècle, en marge des écoles de Barbizon et de Cernay.
    Jusqu’au 25 juillet. www.port-royal-des-champs.eu

  • « Tadashi Kawamata. Under the Water » au Centre Pompidou, Metz.

    Dans le cadre de l’exposition « Sublime. Les tremblements du monde », consacrée à notre fascination pour le déchaînement de la nature et à l’éveil d’une conscience écologique de la scène artistique depuis les années 1960, Tadashi Kawamata réactive l’une de ses œuvres magistrales.

    Une vague scélérate semble s’être abattue dans la galerie du Centre Pompidou-Metz, charriant avec elle portes, fenêtres, chaises, tiroirs et tout élément se trouvant sur sa trajectoire. Cette puissante et ondulante lame de bois disparates et dense, suspendue au-dessus des têtes, crée un moment de sidération, saisissant le visiteur par sa dimension physique, spectaculaire et menaçante.
    Jusqu’au 15 août. www.centrepompidou-metz.fr

  • « Henry Vasnier, les passions modernes

    d’un collectionneur audacieux » à la Villa Demoiselle, Reims.

    La Villa Demoiselle accueille pour la première fois une partie de la collection d’Henry Vasnier, directeur jusqu’en 1907 de la maison Pommery et l’un des plus généreux donateurs du musée des Beaux-Arts de Reims. Ce fonds de près de 600 œuvres est représentatif des audaces picturales et artistiques du XIXe siècle des arts décoratifs de l’Ecole de Barbizon au réalisme, de l’impressionnisme à l’Art nouveau. Le dialogue de ces œuvres et cette villa de rêves rassemble et confronte les deux quêtes culturelles de Vasnier : l’affirmation progressive de son « œil » de collectionneur et la revendication de « l’art total » sur le plan professionnel, dès la construction de la maison de champagne de style néo-Tudor jusqu’à cet édifice entre Art nouveau et pré-Art déco.
    www.champagnevranken.com

  • « Amedeo Modigliani, l’œil intérieur » au LaM, Villeneuve d’As.

    Peintre et sculpteur, Modigliani connut une carrière à la fois brève et féconde.

    Le musée conserve l’une des plus belles collections publiques françaises du célèbre artiste de Montparnasse. L’exposition présente, à travers plusieurs approches, le dialogue que Modigliani a entretenu avec la sculpture antique et extra-occidentale ou sa pratique du portrait, autre dimension centrale de son œuvre. Une centaine de peintures et dessins de l’artiste est présentée, aux côtés d’œuvres de Brancusi, Picasso, Lipchitz, Derain, Laurens…
    Jusqu’au 5 juin.

  • Jannis Kounellis à la Monnaie de Paris.

    Telle une grande forge au cœur de Paris, les salles de la Monnaie de Paris s’illuminent et s’activent avec Jannis Kounellis.

    Ses recherches, qui débutent dans les années 60 par le dépouillement de la peinture jusqu’à atteindre une certaine pureté, franchissent rapidement les limites de ce seul medium avec le rejet de tous les médias traditionnels de l’art. Le déclic s’opère à travers la réalisation d’action et l’utilisation de matériaux industriels ou organiques qui représentent les activités du réel et la manufacture. En utilisant le feu sous forme de chalumeaux à gaz et de restes de fumée, l’artiste manie avec une parfaite harmonie le feu bienfaisant et son potentiel alchimique qui sont sources des industries humaines, tout comme la flamme et sa force destructrice.
    Jusqu’au 1er mai. B.D. www.monnaiedeparis.fr

  • « Anne-Valérie Hash – Decrayonner » à la Cité de la dentelle et de la mode, Calais.

    Créatrice de la scène française, Anne-Valérie Hash est une des rares maisons à avoir le prestigieux label de la Haute couture.

    Cette première exposition à lui être consacrée en France explore ses trize premières années de création. Depuis sa première collection en 2001, « fillemâle », Anne-Valérie Hash affirme son style : un vestiaire masculin totalement débâti pour élaborer un vestiaire exclusivement féminin. Déconstruire pour mieux reconstruire, tel est le précepte qui lui convient le mieux. L’exposition détaille le geste créatif à travers une centaine de pièces et des documents exclusifs qui décodent cette harmonie des contraires.
    Jusqu’au 13 novembre. B.D. www.cite-dentelle.fr

  • « Jean Puy - Pénitude d’un fauve » au musée du château des ducs de Wurtemberg, Montbéliard.

    Peintre au cœur des révolutions artistiques du début du XXe siècle, Jean Puy est issu d’une famille d’industriels.

    A ses débuts de peintre, il côtoie Matisse, Derain, Marquet et Manguin, partageant ateliers, modèles et réflexions sur la nouvelle peinture. Révélé au Salon d’automne de 1905, il devient à trente ans l’un des maîtres du fauvisme. L’exposition l’itinéraire d’une œuvre aux accents multiples à travers plus d’une centaine d’œuvres et de documents et apporte un nouveau regard sur cet artiste révélé par Ambroise Vollard.
    Jusqu’au 18 septembre. B.D. www.montbeliard.fr

  • « Barockissimo – Les Arts florissants en scène » au Centre national du costume de scène, Moulins.

    Les Arts florissants, fondés en 1979 par le chef d’orchestre franco-américain William Christie, est un acteur majeur de la redécouverte du répertoire baroque.

    Depuis trois décennies, le groupe travaille avec plus grands metteurs en scène et chorégraphes. L’exposition évoque l’incroyable inventivité des Arts florissants, celle d’un « baroque toujours plus baroque » avec près de cent cinquante costumes de scène provenant de différentes productions. Elle met également en scène reproduction de maquettes de décors et de costumes, photographies et extraits de films, le tout en musique.
    Jusqu’au 18 septembre. B.D. www.cncs.fr

  • Escape Game à la forteresse de Chinon.

    A quelques semaines des prochaines vacances scolaires,

    la forteresse de Chinon vient d’ouvrir une activité originale : un espace game dans un authentique lieu patrimonial. Le principe est simple : sortir d’un lieu, en un temps imparti, en résolvant des énigmes en équipe. Ici, les joueurs sont enfermés dans une tour et doivent trouver le trésor de Richard Cœur de Lion. Sur réservation uniquement.
    www.forteressechinon.fr

  • « Catwalk » au Rijksmuseum, Amsterdam.

    Explorer la mode néerlandaise de 1625 à 1960, telle est l’ambition de cette exposition.

    Des vêtements portés par les membres frisons de la maison de Nassau à l’âge d’or, Catwald présente les robes françaises en soie aux couleurs vives et les costumes en velours luxueux du XVIIIe siècle de la cour, les robes Empire d’inspiration classique et les mouvements de la fin du XIXe siècle, jusqu’au point culminant de la haute couture française du XXe siècle. Un vaste panorama de plus de trois siècles de création au service de la mode.
    Jusqu’au 16 mai. B.D. www.rijksmuseum.nl

  • « Seydou Keïta » au Grand Palais, Paris.

    Né à Bamako, Seydou Keïta aime tout simplement la photographie.

    Autodidacte, il ouvre son premier studio en 1948 dans un quartier très animé et se spécialise dans le portrait de commande, individuel ou de groupe, qu’il réalise essentiellement à la chambre en noir et blanc, avec une préférence pour la lumière naturelle. Son œuvre, qui porte sur une période relativement courte, offre un témoignage sans égal aux changements de la société urbaine malienne, qui s’émancipe des traditions, aspire à une certaine modernité, tandis que la décolonisation est à l’œuvre et que l’indépendance approche. Seydou Keïta est aujourd’hui considéré comme l’un des grands photographes de la seconde moitié du XXe siècle, à l’égal des portraitistes les plus célèbres, tels que Richard Avedon ou August Sander.
    Jusqu’au 11 juillet. B.D. www.grandpalais.fr

  • « Exhibitionism » à la Galerie Saatchi, Londres.

    Après le succès du concert événement à Cuba, les Rolling Stones s’exposent à Londres. Véritable immersion dans l’univers du groupe légendaire, Exhibitionism retrace, à travers quelque 500 objets ayant appartenu au groupe et provenant des archives personnelles de ses membres, un demi-siècle d’histoire. Les grands noms de l’art, de la mode ou encore du cinéma, liés à l’histoire des Rolling Stones feront également partie de cette exposition : Andy Warhol, Shepard Fairey, Alexander McQueen, Martin Scorcese…
    Jusqu’en septembre. B.D. www.stonesexhibitionism.com


  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • haut de page