Menu
10/18
fren
Partager
  • twitter share button
Avril 2014
C’est Maintenant

Chaque semaine, le magazine PLUME VOYAGE vous fait une sélection de news culturelles et d’expositions internationales.

Pour terminer ce mois d’avril, PLUME VOYAGE vous invite sur la Côte d’Azur pour découvrir les images de Slim Aarons, dans la vallée de la Loire pour vous plonger dans les jardins des péchés capitaux du Domaine de Chaumont, à New York à la découverte des dernières œuvres de Jasper Johns ou encore à Londres pour s’émerveiller devant le glamour de la mode italienne. Allez y c’est maintenant!

  • « Slim Aarons, Slim’s Riviera » au Cap-Eden-Roc, Antibes, et au Château Saint-Martin, Vence.

    Getty Images Gallery, de Londres, présente une sélection d’images du photographe américain Slim Aarons dans sa dernière exposition.

    Représentant le luxe et la frivolité d’une génération séjournant sur la Côte d’Azur des années 1957-1975, ces images retracent toute une époque. Pleines de légèreté et de charme, les photos présentées au Cap-Eden-Roc à Antibes et au Château Saint-Martin & Spa à Vence racontent toutes une vraie douceur de vivre et une ambiance délicatement surannée.
    Du 8 mai au 15 octobre.
    www.chateau-st-martin.com

  • « Jardins des péchés capitaux » au Domaine de Chaumont, Chaumont-sur-Loire.

    Pour sa 23e édition, le festival international des Jardins, à Chaumont-sur-Loire, évoque les péchés capitaux au travers de jardins capiteux.

    Un festival de débordements et de retenues, le témoignage brillant de ce qu’est la dualité des élans et des caractères. Qu’en est-il, en effet, de la gourmandise et de l’orgueil au jardin ? De la paresse et de la sensualité ? De la colère et de l’envie ? Parfums capiteux, audaces végétales, excès divers et variés, les avers et revers de ces « péchés » véniels ou majeurs sont évoqués avec subtilité et ont donné des ailes à l’imagination des concepteurs. Par ailleurs, plusieurs invité ont reçu « carte verte » comme Betty Bui, Marc Nucera, Jean-Philippe Poirée-Ville ou encore Camille Muller et Takano Fumiaki.
    Jusqu’au 2 novembre.
    www.domaine-chaumont.fr

  • « Jasper Johns : Regrets » au MoMA, New York.

    L’exposition que le MoMA consacre au chef de file de l’art américain depuis les années 1950 est dédiée à sa production la plus récente, peintures, dessins et gravures.

    C’est en juin 2012 que Jasper Johns découvre une photo d’une toile de Lucian Freud dans un catalogue de vente aux enchères. Inspiré non seulement par l’image photographique, mais aussi par les qualités physiques de l’objet lui-même, Johns a repris ce motif au travers de permutations multi médias. Employant une combinaison complexe de techniques, il a travaillé la série présentée dans le cadre de « Regrets » en explorant l’interaction incessante des matériaux, leur représentation et leur signification.
    Jusqu’au 1er septembre.
    www.moma.org

  • « The Glamour of Italian Fashion » au Victoria & Albert Museum, Londres.

    Cette exposition porte un regard approfondi sur le glamour de la mode italienne de la fin de la Seconde guerre mondiale à nos jours.

    Une histoire explorée à travers les personnes et les organisations qui ont contribué à sa réputation de qualité et de style. Près d’une centaine d’ensembles et accessoires de grandes maisons (Pucci, Valentino, Gucci, Missoni, Giorgio Armani, Dolce & Gabbana, Fendi, Prada…) reviennent sur cette histoire si riche et présentent la prochaine génération de talents.
    Jusqu’au 27 juillet.
    www.vam.ac.uk

  • « Joséphine » au musée du Luxembourg, Paris.

    A l’occasion du bicentenaire de la mort de l’impératrice Joséphine, l’exposition renouvelle l’image de l’une des femmes qui a le plus marqué l’histoire de France.

    Pleinement ancrée dans son temps, elle incarne encore aujourd’hui un destin hors du commun dans une société en pleine mutation. Grâce à des prêts exceptionnels, l’exposition permet d’évoquer, outre sa vie, tous les domaines dans lesquels Joséphine a laissé son empreinte. A commencer par les arts décoratifs en montrant le luxe de ses ameublements et de sa table. La mode à travers l’élégance et la richesse de ses toilettes et bijoux. L’art du portrait également, au moyen d’œuvres aussi emblématiques que son grand portrait par Prud’hon ou celui de Gros.
    Jusqu’au 29 juin.
    www.museeduluxembourg.fr

  • « Duane Hanson, sculptures of the American dream » au musée d’Ixelles.

    Hypnotisé très tôt par la forme humaine et la multitude de ses attitudes, Duane Hanson réaliste des sculptures en bois, polyester ou bronze.

    Bien qu’il se soit essayé à l’abstraction, il peine à s’écarter de la figuration. Le Pop Art lui permettra de choisir le réalisme comme mode d’expression. Entre 1965 et 1996, il réalise plus de 140 sculptures d’hommes et de femmes, représentés avec un fort degré de réalisme, mais aussi un peu d’illusionnisme dans la démarche. Duane Hanson explorer les fragilités de l’être humain au fil de son œuvre qui peut impressionner par la ressemblance avec des êtres vivants, leur hyperréalisme. Une réflexion sur la condition humaine de l’homme contemporain, isolé, perdu, en proie à la solitude et l’aliénation.
    Jusqu’au 25 mai.
    www.museedixelles.irisnet.be

  • « Découvrez les Baga » au musée Barbier-Mueller, Genève.

    Pour la première fois, la collection de masques, statuettes, tambours et sièges baga de Guinée du musée Barbier-Mueller, la plus importante collection privée, est exposée.

    De l’Europe jusqu’au Etats-Unis, les artefacts baga ont fasciné des générations d’artistes (Picasso, Giacometti, Moore), reconnaissant dans leurs propriétés formelles, monumentales ou géométriques la quintessence même de la beauté. Si l’on sait peu de choses des pratiques rituelles et des représentations religieuses qui donnaient sens à ces œuvres, l’exposition permet de montrer que les sociétés littorales de Guinée maritime restent, jusqu’à ce jour, héritières de leur ancienne culture religieuse, avec ou sans objet.
    Jusqu’au 4 mai.
    www.musee-barbier-mueller.org

  • « Véronèse, magnificence à la Renaissance vénitienne » à la National Gallery, Londres.

    Véritable événement, cette exposition présente cinquante œuvres du grand maître italien et autant de prêts.

    Véronèse (1528-1588), dont tout le monde reconnaît la grande maîtrise des couleurs et l’inventivité à en créer de nouvelles, fut l’un des grands peintres de la Renaissance vénitienne. Célébré de son vivant, sa réputation posthume a fait de lui un inspirateur pour de nombreux peintres réputés, tels que Van Dyck, Rubens, Watteau ou Delacroix.
    Jusqu’au 15 juin.
    www.nationalgallery.org.uk

  • « Valérie Belin, Still Life » à la Galerie Nathalie Obadia, Bruxelles.

    Pour sa deuxième exposition personnelle, Valérie Belin présente un ensemble de photographies inédites.

    L’exposition s’articule autour des œuvres issues de la série Still Life où l’artiste révèle une « collection » foisonnante et onirique. Ses nouvelles natures mortes dialoguent avec la série Intérieurs. L’accumulation presque obsessionnelle des objets est le point d’orgue qui relie ces séries entre elles. Ici, l’artiste crée de véritables compositions et nous fait ainsi voyager dans l’intimité d’une expression de ce que nous pouvons voir, percevoir ou ressentir. A travers ses photographies, l’artiste continue d’explorer les représentations possibles de l’objet.
    Du 22 avril au 21 juin.
    www.galerie-obadia.com

  • « Les Gobelins au siècle des Lumières » à la Galerie des Gobelins, Paris.

    L’exposition présente un florilège des meilleures tapisseries tissées aux Gobelins au XVIIIe siècle, accompagné de modèles peints des collections du Mobilier national.

    En parallèle des traditionnels modèles religieux, la manufacture des Gobelins, sous la direction de Charles Le Brun, connaît un extraordinaire renouveau à partir du milieu du XVIIe siècle. Les sujets d’histoire épique sont maintenus, tandis qu’apparaissent des séries moins édifiantes, destinées aux appartements royaux. Ce parcours est retracé à travers 25 tapisseries, leurs cartons originaux et maquettes, mais aussi dessins et gravures.
    www.mobiliernational.culture.gouv.fr

  • « Edy Ferguson, Coke Tragedy » à la Galerie Cortex Athletico, Paris.

    Pour sa première exposition personnelle, l’artiste américaine Edy Ferguson propose un corpus de peintures et dessins, réalisés entre 2008 et 2014.

    Coke Tragedy met en scène un journal visuel où des icônes populaires de la culture pop punk (comme Amy Winehouse ou Ian Curtis) côtoient des personnages littéraires et médiatiques. Le dialogue qu’Edy Ferguson entretient avec son art n’est pas loin de figures comme Calder, Basquiat ou de Kooning, Matisse ou Picasso. Dans ces espaces, elle insère des drames qui traversent son univers, tels des personnages d’une pièce de théâtre.
    Jusqu’au 18 mai.
    www.cortexathletico.com

  • « Peupler les cieux, dessins pour les plafonds parisiens au XVIIe siècle » au musée du Louvre, Paris.

    La décoration des plafonds connaît au XVIIe siècle une mutation profonde.

    Le passage du plagonf plat aux voussures incite les artistes à imaginer des formules originales, jouant sur la compartimentation de l’espace, l’imbrication de niveaux d’illusion, l’articulation des registres narratifs, ornementaux ou emblématiques. A travers 80 dessins et estampes provenant du fonds du musée du Louvre et de collections parisiennes, l’exposition présente les évolutions formelles des décors civils de la capitale au cours du siècle et évoque quatre chantiers majeurs : l’hôtel Lambert, le palais Mazarin et les palais du Louvre et des Tuileries sous Louis XIV.
    Jusqu’au 19 mai.
    www.louvre.fr

  • « Du ménage à l’art » au Viaduc des Arts, Paris.

    A l’occasion de son 150e anniversaire, la Fédération française de la brosserie expose une collection de 400 objets qui témoigne d’un patrimoine méconnu, celui des brosses et des brossiers.

    Brosses de ménage, de toilette, industrielles, à peindre, pinceaux fins, ces objets familiers, presque invisibles, sont omniprésents dans notre quotidien. De leurs matières et fabrications à leurs usages et enjeux, le parcours ludique permet de prendre conscience de leurs usages courants.
    Du 9 au 20 avril.
    www.leviaducdesarts.com

  • « Au-delà du lendemain » à la Quadriennale, Düsseldorf.

    A l’occasion de la troisième édition de son plus grand festival d’arts visuels, institué Über Das Morgen Hinaus (Au-delà du lendemain), Düsseldorf invite le public à une approche inédite de l’avenir.

    Tout au long de l’événement, treize des principaux lieux culturels de la ville – musées, galeries d’art et instituts partenaires – proposent des expositions autour de cette thématique et interrogent les visiteurs : comment les artistes d’aujourd’hui voient-ils le futur ? Comment leurs prédécesseurs l’imaginaient-ils autrefois ? Quel rôle les matériaux utilisés peuvent-ils jouer ? L’occasion de réaliser à quel point il peut être stimulant de penser le monde de demain et de mesurer le chemin accompli tout au long de l’histoire culturelle.
    Du 5 avril au 10 août.
    www.duesseldorf-tourismus.de

  • « Le Secret » au Château du Rivau, Lémeré.

    Classé au patrimoine mondial de l’Unesco, le château de Rivau accueille entre ses murailles médiévales et ses jardins de contes de fée une exposition dialogue entre les collections d’art ancien conservées au château et l’art contemporain.

    Secrets d’état, d’alcôve, messages et sociétés secrets, secrets de polichinelle… les artistes tels que Wim Delvoye ou Joan Fontcuberta distillent le secret sous toutes ses formes. « Le Secret » accueille tous les médiums utilisés par les artistes d’aujourd’hui avec de nombreuses pièces conçues pour l’événement : photographies, installations, sculptures, vidéo, art textile.
    Jusqu’au 4 novembre.
    www.chateaudurivau.com

  • « Chartres en Lumières », Chartres.

    Pour sa 11e édition, Chartres en Lumière illumine les 29 sites majeurs de son patrimoine culturel et architectural.

    Des bords de l’Eure au décor fantastique de la cathédrale du XIIe siècle, l’édition 2014 du spectacle propose de nouvelles scénographies qui mettent en valeur les anciens lavoirs et l’art des maîtres verriers du Moyen-Âge. En parallèle, « Chartres Vidéo Mapping Contest » permettra de découvrir les nouveaux talents du mapping, une technologie multimédia qui permet de projeter des formes et des images sur les façades lors du concours international. Les trois plus beaux projets seront projetés lors de la Fête de la Lumière, le 20 septembre.
    Du 12 avril au 12 octobre.
    www.chartresenlumieres.com

  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page