03/19
fren
Partager
  • twitter share button

Novembre 2012

C’est maintenant

Béatrice Delamotte

 

©Salvador Dali ecrivant la vie secrete de Salvador Dali chez Caresse Crosby a Hampton Manor Virginia 1941Droits d image de Gala et de Salvador Dali Fundacio Gala Salvador Dali Figueres 2012 EricSchaal

Salvador Dali au Centre Pompidou. Figure magistrale de l’histoire de l’art moderne et une des plus populaires, Salvadore Dali est aussi un des artistes les plus controversés, souvent dénoncé pour son cabotinage, son goût de l’argent et ses prises de positions politiques provocatrices. C’est à la fois toute la force de son œuvre et toute la part qu’y tient sa personnalité, dans ses traits de génie comme dans ses outrances, que cette exposition, inédite, se propose d’aborder frontalement. Plus de deux cents œuvres (peintures, sculptures, dessins…) sont présentées dans un parcours conçu en sections chrono-thématiques. Dali « promène » constamment le spectateur entre deux infinis, de l’infiniment petit à l’infiniment grand, contraction et dilatations qui se polarisent : la précision minutieuse flamande et le baroque spectaculaire de la peinture ancienne qu’il met à l’œuvre dans son « musée-théâtre » de Figueres. Un bel hommage, plus de trente ans après la rétrospective que l’institution lui avait consacrée en 1979-1980, plus grand succès de fréquentation de l’histoire du Centre Pompidou. Jusqu’au 25 mars 2013. www.centrepompidou.fr

Bharty Kher à la Galerie Perrotin à Hong Kong.

Bharty Kher à la Galerie Perrotin à Hong Kong. L’œuvre de Bharty Kher s’étend sur plus de deux décennies et témoigne de son attachement indéfectible au surréalisme, au récit et à la nature des choses. Inspiré aussi bien par Oppenheim que Bourgeois, Bacon ou Blake, le travail de Kher se déplace à travers le temps en utilisant comme point de référence la contradiction comme un outil visuel. Ses chimères, ses monstres mythiques et des contes allégoriques combinent références d’actualité, politiques et traditionnelles. Dans l’exposition « Many, (too) many, more than before », l’artiste anglaise, qui vit à Dehli, utilise les saris pour ériger des statues sur des socles de ciment. Noués, imprégnés de résine, ils mettent l’accent sur l’empreinte, l’absence de la personne. L’univers de la féminité et sa sensualité sont aussi palpables dans ses œuvres couvertes de bindis (symbole du troisième œil, celui qui observe tous les aspects de la vie). Jusqu’au 29 décembre.
50 Connaught Roas Central
17the Floor – Hong Kong
www.perrotin.com

 

ASTERI - MEMPHIS Regolus photo credit Studio Azzurro/ASTERI - MEMPHIS Sol photo credit Studio Azzurro

Memphis Milano à la Galerie Astéri à Paris. Asteri Raspail, spécialiste des luminaires d’exception, présente une vingtaine de créations verrières de la collection Memphis Milano, imaginées entre 1981 et 1988 par le groupe Memphis. Une exposition inédite en France qui réunit pour la première fois la majeure partie de ces pièces rares, parmi lesquelles plusieurs modèles uniques. Mené par Ettore Sottsass, le mouvement a produit, sous la houlette d’une génération montante de designers (Marco Zanini, Michele De Lucchi, Nathalie du Pasquier, Matteo Thun…) des pièces de mobilier, de luminaires, de tapis et de porcelaine, de céramiques et de verrerie. Ces dernières, dont le nombre n’excède pas trente modèles, ont été exclusivement imaginées par Ettore Sottsass, Marco Zanini et Michele De Lucchi, mais incarnent à elles seules, toute la richesse créative du groupe. Diffusée jusqu’à ce jour de manière confidentielle, dans un cercle étroit de collectionneurs, ces pièces n’ont jamais fait l’objet d’une production en grande série, ni même en France d’une exposition qui permette de les apprécier en même temps.
Jusqu’au 6 décembre. 7, boulevard Raspail – 75007 Paris
www.asteri.fr

 

Thierry Lasry chez BMW à Paris.

Thierry Lasry chez BMW à Paris. Dans le cadre de son cabinet de curiosité, réalisé pour BMW, Thomas Erber a sélectionné une vingtaine de créateurs, de marques, d’artistes dans un univers contemporain. Possédant chacun dans leur domaine un savoir-faire reconnu dans le monde entier et qui s’apparente, en termes d’exigence, de qualité et de philosophie d’approche, à celui de la célèbre marque de voitures allemandes. Pour les lunettes, il a ainsi fait appel à Thierry Lasry qui s’est inspiré des couleurs du logo de BMW pour réaliser les lunettes parfaites du pilote : face en acétate bleu translucide avec tenon blanc et branches en métal argent et noir, le tout réalisé à la main en France. Seulement vingt exemplaires sont commercialisés en exclusivité au concept store BMW avenue George V, à Paris.

©Tony Frank-Barbara / ©Tony Frank-Delon / Tony Frank chez Arteum, à Paris

Tony Frank chez Arteum, à Paris. Photographe attitré des vedettes françaises et américaines des années 1960, pilier de Salut les Copains, Tony Frank a aussi réalisé plus de 500 pochettes de disques et des dizaines d’affiches. Auteur de la photo de l’album mythique « Melody Nelson » de Serge Gainsbourg et de la photographie de l’affiche de Michel Polnareff qui a fait scandale au début des années 1970 (et a valu l’exil à l’artiste français aux Etats-Unis), Tony Frank est un témoin de trente ans de rock attitude. Cette exposition de photos originales entend montrer l’éclectisme et l’ampleur de l’univers du photographe, d’entrer dans l’intimité du travail d’un artiste qui n’a jamais ressenti la photo comme un travail mais comme un moyen de rencontrer des personnages inoubliables.
Jusqu’au 20 janvier 2013 chez Arteum Carrousel du Louvre
www.arteum.com

©GUCCI - Un foulard pour les Gucci Paris Masters

Un foulard pour les Gucci Paris Masters. A l’occasion Gucci Paris Masters (du 30 novembre au 2 décembre à Paris), Frida Giannini, directrice de la création de Gucci, a créé un foulard en serge de soie pour célébrer le parrainage du jumping international et pour soutenir l’Amade (Association mondiale des amis de l’enfance). Le dessin unique de ce foulard associe la rosette provenant des archives de Gucci à l’iconique bande Web vert-rouge-vert. La beauté de cette création unique est mise en évidence par l’impeccable qualité du travail artisanal. Le modèle a été réalisé entièrement à la main en utilisant la technique de l’aquarelle. Chaque pièce a ensuite été imprimée manuellement en recourant à une technique sérigraphique. Les bords ont été finis entièrement à la main en utilisant l’ourlet roulé à l’italienne qui garantit une finition invisible sur les deux côtés. Ce foulard, proposé en édition limitée, sera disponible pendant les Gucci Paris Masters au sein de la boutique éphémère située dans le village ainsi qu’au sein des boutiques Gucci de Paris pendant deux mois. Une donation de 20000 euros sera versée au profit de l’Amade.
www.gucci.com

©Soucoupes Calder / Grottes chateau Ferrand / « Un château, une œuvre » à Saint-Emilion

« Un château, une œuvre » à Saint-Emilion. Pendant trois mois, Libourne devient la capitale culturelle d’Aquitaine avec le Centre Pompidou Mobile. Cette émanation du musée national d’Art moderne de Paris a choisi de s’installer de façon nomade dans différents lieux pour présenter des œuvres d’art moderne et contemporain. « Un château, une œuvre » propose ainsi un itinéraire dans quatre propriétés de Saint-Emilion. Le château Quinault l’Enclos présente « Les ailes du serpent » de Federica Matta, le château Dassault les « Bronzes » de Wang Du, le château Canon La Gaffelière « Of his Mind » de Pierre Clerck et le château de Ferrand a installé les « Soucoupes volantes » d’Alexandre Calder dans ses chais.
Jusqu’au 20 janvier 2013

 

©Carole Ivoy / « Matières et nature » à la CFOC

« Matières
et nature »
à la CFOC. La Compagnie Française de l’Orient et de la Chine
inaugure un cycle d’exposition avec les œuvres de Carole Ivoy. L’œuvre de l’artiste française exprime une force primitive.
Sa peinture s’apparente à l’intime, à ce que nous ressentons au plus profond de notre être.
La terre, l’eau, le bois, le végétal et le minéral sortent des entrailles de la terre et sur cette toile la substance terreuse, rustique, sauvage prend forme l’épaisseur de la peinture qui recouvre
son support avec abondance comme ces cascades de fleurs qui débordent de leur cadre.
Du 26 novembre 2012 au 2 février 2013.
www.cfoc.fr

Alberto Pinto, disparition d’un maître décorateur

Alberto Pinto, disparition d’un maître décorateur. Français élevé au Maroc, Alberto Pinto voyage dès sa plus jeune enfance en Europe et dans le monde, s’imprégnant d’un art de vivre solaire qu’il traduira dans son œuvre. Installé à New York dans les années 1960, il devient un observateur privilégié de l’avant-garde créative et collectionneur sensible à toutes les expressions des arts décoratifs. Son appartement est un terrain de jeu où il met en scène ses objets pour mieux recevoir et surprendre ses convives. Lancé par Rosemarie Kanzler qui lui demande d’aménager sa villa de Saint-Jean-Cap-Ferrat, Alberto Pinto devient rapidement le plus cosmopolite et convoité des décorateurs français et fonde son studio à Paris. Tour à tour contemporaines, classiques ou orientalistes, ses réalisations dessinent le portrait de leurs commanditaires. Tout en étant respectueuses des leçons du passé, elles inventent une manière de placer la couleur, la vie et l’art au centre du quotidien et s’insuffler la création dans chaque détail. Alberto Pinto s’est éteint à Paris à l’âge de 69 ans. Son studio poursuit les chantiers en cours de réalisation dont l’hôtel Lambert et Kinsky à Paris et la tour Odéan à Monaco

Artaq, panorama des arts urbains à Paris

Artaq, panorama des arts urbains à Paris. Pendant une semaine, Artaq présentera les 130 artistes les plus représentatifs (de 48 pays) de ce que sont les arts urbains d’aujourd’hui et de demain. Nés dans la rue, pratiqués surtout par des autodidactes, les arts urbains suscitent des vocations auprès de talents qui veulent repousser les limites, à l’instar de Bansky, Obey ou Blu. Des artistes qui se heurte à un défi : réussir le passage de la ville vers les murs des maisons et galeries sans perdre leur âme et leur spontanéité. Cette session d’Artaq entend dresser un panorama des évolutions des arts urbains dans leurs différentes disciplines (sculpture, digital arts, dessin, wall painting…) et sous toutes leurs formes.
Du 20 au 27 novembre 2012.
Espace Cardin – Paris.
www.artaq.paris.com


Magis et la Pâtisserie des Rêves lancent la Pâtisserie des Rêves d’enfants

Magis et la Pâtisserie des Rêves lancent la Pâtisserie des Rêves d’enfants. La marque italienne spécialiste du design Magis s’associe à la Pâtisserie des Rêves pour inaugurer à Paris le premier salon de thé exclusivement réservé aux enfants. Chaque mercredi, la pâtisserie de la rue de Longchamp, dans le XVIe arrondissement à Paris, ouvre un espace dédié, entièrement meublé et accessoirisé par les objets de la collection « Me Too ». Pas de réduction d’échelle, mais une collection d’objets édités par Magis autour de l’imaginaire des enfants de 2 à 7 ans. Dans cet espace ludique et chic, les gastronomes en herbe (de 4 à 8 ans) pourront participer à des ateliers pour découvrir les secrets du chou à la crème et autres gourmandises imaginées par Philippe Conticini, le célèbre pâtissier. Une manière ludique d’apprendre des mots nouveaux, mais aussi à compter, à mesurer et, bien évidemment, à goûter des saveurs inédites. www.lapatisseriedesreves.com

 

« Do Not Disturb », une série de showcase dans les hôtels W

« Do Not Disturb », une série de showcase dans les hôtels W.
Décidés à soutenir les talents
émergents de la scène musicale, le site de retransmission de musique live Boiler Room, en partenariat avec les hôtels W, propose « Do Not Disturb », une série de showcases inédits. Cette série d’after-parties a débuté au W Londres avec plusieurs performances. Le second volet de la série aura lieu au W Paris-Opéra le 21 novembre, avant New York, courant décembre. « Do Not Disturb » est une série de live musicaux retransmis en direct depuis les suites E-WOW – l’interprétation de la suite présidentielle chez W. Chaque live est un moment de musique intense, mélange éclectique de jeunes talents émergents et d’artistes mondialement connus auquel des milliers de fans à travers le monde pourront assister via les sites internet de l’opération.
boilerroom.tv/live
whotels.com/donotdisturb

La Cristallerie Royale de Champagne célèbre les rencontres « Champagne à table »

La Cristallerie Royale
de Champagne célèbre les
rencontres « Champagne à table ». La Cristallerie Royale de Champagne, créée en 1678 par un maître verrier vénitien à Bar-sur-Aube, s’associe aux ateliers
« Champagnes inédits, Tables insolites » (Citi). A chaque session, huit à dix champagnes sont présentés par l’œnologue Anne-Marie Chabbert. A la suite de la dégustation, trois champagnes sont sélectionnés pour être accordés avec un mets autour d’une thématique unique. Les prochains ateliers auront pour thème « les champagnes extra-brut »
(20 novembre),« les champagnes élevés en fûts » (22 novembre)
et « les champagnes blancs de noirs » (6 décembre).
Réservations : anne-marie.chabbert@wanadoo.fr

Photographie de Cédric Roulliat et enfilade « One Collection » de Finn Juhl ©  Courtesy of COD

Collection of Design ouvre à Lyon. Le duo Arnaud Trimaille et Bruno Dürr, passionnés de mobilier vintage et figures incontournables des Puces du Canal, à Villeurbanne, ouvrent au cœur de Lyon la galerie Collection of Design (prononcer COD). En parfaits capteurs de tendances, ils ont choisi de réunir dans un même lieu une sélection qui fait se côtoyer le mobilier vintage (C&R Eames, Pierre Guariche, André Sornay, René-Jean Caillette, Stilnovo…) au mobilier contemporain de gamme historique (Marco Zanuso, Superstudio, Joe Colombo…). Passionné par l’histoire du design, le tandem de la galerie COD a aussi le chic pour repérer de jeunes talents, accompagner leur carrière, faisant presque office d’agents d’artistes. En avant en ce moment : les œuvres de Knar (univers du graph’), Mathieu Miljavac (taxidermiste d’art) et Dominique Pouchain (céramiste contemporain).
www.collectionofdesign.com



Bronze © Royal Academy of Arts

« Bronze » à la Royal Academy de Londres. Véritable hommage à ce matériau pérenne et à ses différentes caractéristiques, l’exposition « Bronze », à la Royal Academy of Arts de Londres, rassemble pour la première fois et à une telle échelle des œuvres de l’Antiquité à nos jours. Figure humaine, animaux, groupes, objets, bas-reliefs, dieux, têtes et bustes, toutes les approches sont étudiées à travers des œuvres exceptionnelles. Un véritable tour du monde et parcours à travers l’histoire pour tenter de comprendre comment et pourquoi le bronze a séduit les plus grands artistes et ce de tous temps.
Jusqu’au 9 décembre 2012
www.royalacademy.org.uk

 

Siège en bois et métal, Vincent Niamien © DR

« Design en Afrique » au musée Dapper à Paris. « S’asseoir, se coucher et rêver », le sous-titre de l’exposition originale présentée au musée Dapper, à Paris, dévoile un univers voué principalement à des objets supportant le corps. Leur conception est marquée par une créativité en prise directe avec les attitudes, les mouvements, mais aussi les symboles de la décoration. Formes et fonctions dialoguent pour le confort des uns et le prestige des autres. Parmi les designers présentés, les œuvres d’Iviart Izamba, jeune créateur congolais, utilisent la dérision pour dénoncer les travers de la société africaine, à l’instar de son « Fauteuil Mobutu ». Réalisé en métal, il désacralise la peau de léopard dont le chef d’Etat s’était fait une toque. Plaqué sur une brouette de récupération, l’attribut traditionnel des chefs bantous perd de sa force symbolique. Une exposition instructive et joussive.
Jusqu’au 14 juillet 2013
www.dapper.fr

©Benoît Géhanne Ham, 2011 (série Doublage) / ©Claire Chesnier CXVIII, 2011

« Jeune création 2012 »
au Centquatre. Peintures, sculptures, photos, dessins, vidéos, installations et performances investissent l’espace des Ecuries.
Le rendez-vous annuel « Jeune création » établie une cartographie de la création contemporaine émergente. Véritable lieu
de rencontres et d’échanges, l’exposition internationale d’art contemporain
est devenue un rendez-vous de repérage et d’exploration pour les professionnels et les amateurs. A travers leur regard de plasticien,
les membres du
comité Jeune création révèleront les travaux d’artistes prometteurs, sélectionnés parmi plus de 2000 dossiers.
A la fois zone d’expérimentation et laboratoire, Jeune Création, dynamique et pluridisciplinaire, révèle les univers singuliers d’artistes à découvrir.
Du 4 au 11 novembre
www.jeunecreation.org

Field Conditions - Lebbeus Woods, Conflict Space 2, 2006 - Collection SFMOMA, gift of Aleksandra Wagner © Lebbeus Woods

« Field Conditions »
à San Francisco. Peut-il y avoir
une architecture sans bâtiments ? Que faire si un mur ou un plancher disparaît ? Que ce passe-t-il lorsque nous nous déplaçons à travers une chambre ? D’installations immersives en dessins complexes, les œuvres présentées dans le cadre de cette exposition nous interrogent sur la construction, l’expérience et la représentation de l’espace. Les projets d’architectes et artistes contemporains réputés – Stan Allen, Tauba Auerbach, Sol Lewitt, Lebbeus Wood… – redéfinissent les relations entre visible et invisible, fini et infini pour aller au-delà du cadre.
Jusqu’au 6 janviers 2013
www.sfmoma.org




Paris Photo - Secret Times (Grand Palais I) Chanel Haute Couture, Grand Palais

Cathleen Naundorf à Paris Photo 2012. Après le succès de son livre « Haute Couture », la photographe Cathleen Naundorf (Galerie Bernheimer à Munich) expose ses magnifiques Polaroïds pendant Paris Photo. Ces images, extraites d’une collection inédite basée sur six années de collaboration auprès des plus grands créateurs de mode, sont réalisées à l’aide d’une chambre photographique grand format. Sa méthode de prises de vue, développée aux côtés de son mentor Horst P. Horst, marie les univers mythiques du cinéma et joue sur l’ombre et la lumière, produisant ainsi des photos hors du commun, intemporelles. Le travail de Cathleen Naundorf est un mélange harmonieux de mode et d’art contemporain via le prisme photographique.
Du 15 au 18 novembre au Grand Palais à Paris

 

©RolfSachs Debeers Breathing Light1

De Beers invite Rolf Sachs pour Noël. De Beers, joaillier de la lumière, a demandé à Rolf Sachs de créer ses vitrines de Noël. Les installations commenceront dans la boutique étendard de Old Bond Street à Londres, dès mi-novembre. Tout comme les diamants sont imprégnés d’histoire et de tradition, possédant une beauté innée, Rolf Sachs trouve son inspiration dans la bougie, lui donnant une vie éternelle. L’installation crée l’illusion de fenêtres recouvertes d’une épaisse couche de givre, percées de traces pour découvrir la chaude lueur vacillante de la bougie, bercée de lents mouvements, comme si elle respirait. Les installations de Rolf Sachs pour De Beers pourront être vues dans les différents magasins du joaillier dans le monde, pendant la saison des fêtes.

 

 


  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • haut de page