Menu
08/18
fren
Partager
  • twitter share button
juillet 2016
Retour à l'article

Les stigmates de la péniche, du yacht, du vieux navire

Le Phocée, navire atelier. Une Halte à Marseilles Ricciotti Pilotines Juillet 2016 PLUMEVOYAGE. @plumevoyagemagazine © Françoise Spiekermeier

« J’ai fait surtout en sorte de leur redonner confiance pour qu’ils remettent leur ponton à l’identique, c’est à dire avec une ambiguité qui est à la fois celle de l’ouvrage industriel et celle de l’ouvrage nautique. Parce que le Phocée cumule à la fois les stigmates de la péniche, du yacht, du vieux navire… Le repeindre avec des belles couleurs, balnéaire… En plus il avait un toit rouge. Tu sais pourquoi ? Parce que Gaston Deferre leur demandait de mettre des tuiles par-dessus pour que ça fasse provençal, sur un navire… tu vois un peu le niveau de c… du maire de Marseille.

Donc le toit doit redevenir blanc, voilà : c’est une couleur qui repousse la chaleur…

Non mais, des tuiles, tu te rends compte ? Des tuiles… Maintenant il faut recouvrir les bateaux de tuiles pour qu’ils soient à l’image de la Provence. Tu ris ? Mais c’est pas rigolo. C’est assez tragique. » Après quelques semaines de travaux, le Phocée a retrouvé son allure vintage, d’origine. Rudy Ricciotti a inspiré l’idée d’un livre, « pour célébrer la mémoire du travail. Ce ne sont pas des emplois, ce sont des métiers. C’est pour ça que je les défends ». Le syndicat du pilotage de Marseille-Fos regroupe à ce jour 47 pilotes, 53 salariés et 11 pilotines.

  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page