11/18
fren
Partager
  • twitter share button
mai 2016
Retour à l'article

Un territoire à explorer, encore et encore.

Une Balade en Indonésie, Mai 2016 PLUMEVOYAGE @plumevoyagemagazine © Françoise Spiekermeier

Et puis  « Terre ! » : Yenpapir Beach, de sa langue de sable coralien, lêche les pieds des cocotiers bordant l’ile de Mansuar. On l’aborde au terme d’un long traveling le long de sa côte nord, après le paisible village de Kurkapa. Ici, chaque village a son ponton de pêche, voire quasiment chaque maison. « Selamat pagi » : le bonjour du matin se répand sur votre passage comme une trainée de poudre, de bouche en bouche, de sourire en sourire. Les populations des Raja Ampat mélangent les peuples aborigènes Papous et des familles venues d’autres horizons. Avant le lever du jour, le bateau met le cap sur l’île de Gam. A Saranggaï, les Papous du village coulent des jours paisibles. La glaise du sentier s’enfonce sous le couvert végétal dans un concert de chants d’oiseaux dont la présence bruisse sur votre passage. En silence, on emboite le pas du guide. L’oiseau de Paradis aux plumes voluptueuses aime se poster sur les plus grands arbres de la forêt et dominer l’univers avec panache. Si l’on se poste au pied de l’arbre en silence, il répond au cri de l’imitateur et descend à terre pour séduire tout ce qui bouge, avec ses plumes multicolores. L’oiseau déifié par la culture papou et vénéré par les belles européennes pour fournir les plus belles aigrettes sur les bibis années 30, permet aujourd’hui de faire vivre la communauté en attirant les voyageurs. Le temps est suspendu au bord des lêvres de l’appelant dont le cri, parfaite imitation, apprise et reproduite au fil des millénaires et des générations, permet à son tour de séduire l’oiseau qui se livre au regard, en toute innocence. Pendant ce temps, au village, les enfants jouent à la marelle au bord de l’eau, les hommes partent à la pêche dans leur pirogue à balancier, les moteurs s’ébrouent, le fonctionnaire hisse le drapeau national indonésien à deux pas de l’église (les Papous étant majoritairement Chrétiens et animistes).
A un jet de sarbacane, au large, se trouve un spot qui fait rêver plus d’un plongeur : un petit récif corallien où les raies manta effleurent la surface de leurs ailes gracieuses. C’est aussi le matin que l’on peut avec un masque et un tuba, se mêler à leur ballet majestueux.
Le clou du spectacle provient de la géologie du côté de l’île de Painemu: Bentangalam Kars, un archipel karstique de toute beauté dont les couleurs font pâlir les logiciels de retouche chromatique : la nature a fait mieux que l’informatique dans la saturation des turquoises et des verts qui semble irréelle, presque virtuelle. Au pied des pains de sucre volcaniques couverts de végétation aride, un ponton d’accostage se prête aux plongeons dans l’eau verte et chaude.

  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • haut de page