12/17
fren
Partager
  • twitter share button

Mai 2011A Paris, Mathias Kiss, architecte de l’abstrait

A Paris, Mathias Kiss,
architecte de l’abstrait

PLUME

Artiste, architecte, créateur, sculpteur d’espace, embellisseur d’instant, magicien du plein et du vide, maquilleur de surface, Mathias Kiss est un fabricant de formes pour les émotions… Il a de l’or au bout des doigts quoiqu’il fasse. Issu des Compagnons, fondateur d’Attilalou avec son ami Olivier Piel, il donne dans chaque œuvre peinte, chaque installation, chaque projet, chaque objet un vibrant hommage aux Arts Décoratifs et leurs traditions. Pour mieux les décoder et les inciter à sortir de leur classicisme.

La corniche sort du plafond. Elle devient moulure, court le long du mur, tourne en angle droit, serpente ainsi, démesurée, dorée. Elle habille un mur entier. Présente. Elle sort de sa fonction, devient œuvre d’art. Elle structure la pièce autrement, elle bouscule les codes. Elle n’est plus la même et pourtant. Faite en plâtre moulé à l’ancienne, elle s’échappe du dessin traditionnel et se donne une liberté de mouvements, un nouveau rythme… C’est la dernière œuvre de Mathias Kiss. Apprenti-peintre à onze ans, rentré à treize ans chez les Compagnons, il a peint des ciels, restauré des moulures, recouvert de feuilles d’or des corniches pendant dix ans. Il a côtoyé le plus beau du classicisme dans des musées, des ministères, des ambassades et des palaces… Depuis, il a créé Attilalou en 2002 avec Olivier Piel, pour donner corps à ses propres visions et sortir du moule.

Ses clients lui laissent carte blanche, comme le musicien Nicolas Godin du groupe Air, le créateur Stefano Pilati, les architectes India Madhavi ou Gilles&Boissier. Pour le propriétaire de la galerie Teisso, à Paris, il a imaginé Banquise (photo couverture), une sculpture-peinture, incurvée, transparente comme une projection lumineuse. L’œuvre commence sur le mur, se déverse sur le parquet, ils sont la structure même de la sculpture. Il n’y a plus de frontière. Une expression faite de plein et de vide, entre l’existant et l’inexistant.

Pour un autre client, il développe le canapé Igloo comme une évolution de Banquise. Ils font partie de la même famille. Le miroir Plis aussi. Exploit technique entre origami et papier froissé, le miroir est une histoire d’angles, de pointes, de vides et de rythme. Une véritable architecture. A la manière d’un morceau de musique, le miroir déplie des rythmes différents, uniques. Comme si Mathias Kiss avait écrit une partition musicale et concrétisé le son en 3D. Il crée ce qui n’existe pas, matérialise ce qui ne se voit pas. Et continue de peindre des ciels, mais sur des murs entiers, des malles, des meubles ou pendant des happenings. Un passé composé au présent.

www.attilalou.com


  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page