09/17
fren
Partager
  • twitter share button

09 Octobre 2015

Baumanière © DR

Prendre le temps à Baumanière

Par PLUME

D’abord il y a la lumière, cette lumière fidèle à la Provence et attirante quelque soit la saison. Et puis il y a les Baux de Provence, son paysage sauvage, ses mouvements rocheux, masses blanches escarpées, entourant le village aux ruelles pavées, l’un des plus beaux de France. Ses falaises qui exacerbent de leur blancheur cette luminosité, son château fort et ses ruines, marquisat donné à la famille du prince Grimaldi, semblent protéger ce qui est en contrebas.
C’est là au cœur du massif des Alpilles que se niche Baumanière les Baux de Provence.

  • Cette année le domaine fête ses 70 ans !

    Pour fêter leur soixante dix ans, le domaine a réuni cette année sous un seul nom et un seul ensemble hôtelier, l’Oustau de Baumanière et la Cabro d’Or, les deux établissements principaux, membres des Relais et Châteaux de France et les autres maisons acquises au fur et à mesure des décennies comme le Manoir et son jardin de roses à l’ombre des arbres centenaires, La Grigou, un petit mas aussi accueillant qu’une maison familiale, et Carita et Flora les derniers écrins rénovés, près du jardin potager. Jardin potager qui fournit la table des deux restaurants du domaine qui ont gardé les noms d’ « Oustau » et « Cabro d’or » et continuent de nourrir la réputation internationale de ce lieu à part.

  • Un domaine mythique en France

    C’est un domaine mythique en France, fruit du travail de quatre générations. On aurait pu dire de père en fils mais depuis 2012, Marie Noélie, la fille de Jean André Charial, petit fils du fondateur Raymond Thuilier a rejoint l’entreprise familiale. C’est après avoir voyagé de son côté et fait ses propres expériences, (notamment chef au restaurant Européa de Montréal et officié avec Gérald Passédat en 2006) que la jeune femme a finalement décidé naturellement de rejoindre son père et perpétuer le goût du beau dans le domaine et du bon dans l’assiette.

  • D’abord un vieux mas abandonné au cœur des Alpilles

    D’un vieux mas abandonné au cœur de ces Alpilles, chères à Jean Cocteau qui y tourna son film « Le testament d’Orphée », son arrière grand père Raymond Thuillier, tombé amoureux du lieu a érigé là un cocon protégé, charmant, hors du temps, inauguré par Georges Pompidou en 1945, l’année de naissance de Pierre André Charial, son père. De la reine d’Angleterre, à Maurice Druon, Frédéric Dard, Marcel Pagnol, Picasso ou encore Luciano Pavarotti à Charles Aznavour et Daniel Auteuil, nombre de personnalités ont goûté au charme intemporel de ce lieu unique. Car à Baumanière, à l’ombre des arbres sans âge, dans les jardins, sous les tonnelles croulant de roses de Ronsard, en suivant le parfum des chèvrefeuilles ou sur le chemin qui mène à pied au village, le temps s’arrête, les yeux se remplissent de la beauté naturelle des paysages, et lorsque l’on passe à table sous les mûriers parasols, les papilles sont en émoi.

  • L’Oustau, le restaurant aux deux étoiles

    Là les maîtres d’hôtels vous présentent les petits farcis « à (la) façon » de Jean-André Charial, les fleurs de courgettes du jardin biologique ou encore tranchent d’un beau geste précis des feuilletés de ris de veau ou d’un gigot d’agneau rôti aux anchois accompagné d’un « Affectif » rouge, le vin du domaine. Affectifs comme les propriétaires du lieu qui transmettent une belle idée de l’hospitalité et rendent magiques ce lieu éclairé et rayonnant. « 70 ans sous une bonne étoile » comme dit la famille. Longue vie à Baumanière !


  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page