12/17
fren
Partager
  • twitter share button

26 Décembre 2014

La Résidence Tunis. Courtesy La Résidence Tunis

Résidence Tunis
Le livre d’or d’une jeune légende

par Cécile Sepulchre

C’était hier…L’hôtel Résidence, flambant neuf avait convié en Tunisie une ribambelle de star.  Un jet affrété par Pierre Balmain, était arrivé la veille, déversant les happy few dans le palace  brillant de mille feux.

  • Un cortège un brin surréaliste

    Le soir, dans les salons cosy du palace, les invités se réunissaient sans façon. Stéphane Audran évoquait les vertus du spa, Gérard Depardieu et Catherine Deneuve, commentaient leur expédition du jour auprès des familles nécessiteuses. Un long cortège de limousines, fendant la poussière tunisienne,  avait accompagné les deux stars dans un cortège un brin surréaliste jusqu’à un minuscule hameau oublié de tous. Au terme de trois jours de festivités,  une grande soirée et un défilé caritatif réunissait le tout Paris médiatique dans une ambiance surexcitée. Ce week-end là, il fallait être au Résidence.

  • Un précieux document

    Depuis sa création en 1996, les célébrités de tous bords ce sont  en effet succédés avec constance dans le plus bel hôtel de Tunis, griffant des mots doux au fil de leurs passages, sur le  livre d’or. Un précieux document sorti des coulisses en exclusivité pour Plume voyage.

  • Des visites officielles toujours minutées

    Pour Jacques Chirac, ce fut un mot vigoureux et plein d’aisance, fermement souligné. A coté, plus effacés, les mots de Bernadette et de Maryvonne Pinault. Sobrissime, Nelson Mandela, se contenta d’apposer une simple signature discrète, datée du  26 mars 2004. La relique occupe une pleine page du livre. Entre Kofi Annan, Albert de Monaco, Stéphane Hessel remercie pour une magnifique soirée. Hillary Clinton a juste signé un mot dactylographié, s’émerveillant de la belle vue sur la mer, depuis sa suite. « On l’a à peine aperçue. Elle courrait tout le temps d’un rendez vous à l’autre comme la plupart des personnalités politiques. Les visites officielles sont toujours minutées » regrette une masseuse du spa. Philippe Séguin, un habitué  adorait en revanche venir se faire masser. Fidèle jusqu’au bout, il était encore là 15 jours avant sa disparition. Et puis revoici encore un mot Hillary, manuscrit cette fois ci. L’Américaine est repassée une autre fois à un mois d’écart. Toujours en courant… 

  • Visites de politiques

    Si les politiques apprécient ce lieu excentré de la capitale, c’est aussi pour des raisons de sécurités. « Ils sont tranquilles ici, ils évitent la foule » commente David Sierra, le directeur général. Les équipes des chefs d’Etats arrivent couramment avec une quinzaine de voitures et leurs équipes de sécurité investissent les alentours de l’hôtel. Ils peuvent louer jusqu’à 80 chambres. Pour Sarkozy, en 2009 il fallut prévoir une soixantaine de chambre. Le Français venait souvent à titre privé, avant d’être élu.

  • Les stars de cinéma

    Plus légères, les stars de cinéma débarquent parfois quasi incognito. Les clients de l’hôtel se sont un jour frotté les yeux, en découvrant Angelina Jolie, toute discrète dans un fauteuil du bar, consultant ses mails en attendant le déjeuner. Si belle et si gentille… Claudia Cardinale venait plutôt après le déjeuner, car elle raffolait du  café.  « J’aimerais être résidence surveillé pour la vie «  écrit, enthousiaste Jean Claude Brialy en 97. « Il va falloir que je trouve très vite la possibilité de revenir «  renchérit Marlène Jobert. Guy Bedos, venu en famille arrive à la même conclusion.

  • Un vrai repère de play boys

    Les sportifs se repèrent davantage du coté du golf, un vrai repère de play boys. « Hugh Grant est venu trois jours avec son père. J’ai joué une fois avec lui. Avec ses yeux tombants, quand il joue il est attendrissant. C’est un bon joueur » commente le responsable du club. Yannick Noah pour sa part a assisté à un tournoi, puis a gentiment accepté de remettre le prix au débotté. Plus insolite, Madame Soleil a aussi pris ses aises au Résidence, émettant  une prédiction chaque jour, avec une précision de métronome. Mais aucune ne concernait l’hôtel. Dommage.

  • Farandole étoilée

    Les musiciens ne sont pas en reste, dans cette farandole étoilée.  C’est même l’un d’entre eux,  Gilbert Bécaud, qui fut le tout premier client de l’hôtel un 7 décembre 1996, avant même son ouverture  officielle. «Il était venu pour un concert.  C’était le seul client puisque les réservations n’étaient pas encore ouvertes. Il est resté tout seul dans sa suite pendant trois nuits, avec la totalité du personnel à sa disposition. Une situation étrange, car un hôtel avant son ouverture est un drôle d’objet. Comme une scène de théâtre sans spectateur. « Un grand séjour d’amitié et de joie » conclut le crooner le jour de son départ.

  • D’autres anonymes célèbres

    Puis il y en eut bien d’autres, de James Brown, à Enrico Mathias ou Sting, venu en concert, accompagné de sa femme ou encore Adamo « tellement agréable » venu deux fois, en reparti lyrique et enthousiasmé par « le « soleil de votre accueil »… Il y eut encore bien d’autres anonymes célèbres. Ils ont griffonné des signatures illisibles et on ne sait plus qui c’est. « Ce « bisou » de Lara, c’est Lara Fabian ?  » « Sans doute.. Des stars il y en a eu tellement vous savez ».

  • Adresse incontournable de la jet set

    Dix huit ans après son ouverture, le Résidence reste l’adresse incontournable de la jet set. Malgré tout… Le palace a traversé les soubresauts du printemps arabe sans rien perdre de sa superbe. « Pendant le couvre feu, c’était compliqué pour le personnel. Il était aussi difficile de s’approvisionner, et l’atmosphère était tendue. Personne ne savait ce qu’il adviendrait le jour même» Commente David Sierra.

  • Hôtel en pleine renaissance

    Peu à peu, la situation a pourtant fini par s’arranger et le pays, au lendemain des élections,  semble retrouver sérénité et optimisme. L’hôtel est en pleine renaissance et un spa magnifiquement rénové vient d’ouvrir ses portes. Le bar du Résidence est ainsi redevenu le lieu où se retrouvent  hôtes de marques, entrepreneurs et décideurs locaux. Peu à peu, le palace a pu reprendre le fil glamour de son existence.  « Il faut du temps pour qu’un hôtel se patine, mais au bout de 18 ans, il finit par acquérir une âme », conclut le maitre de maison, en refermant son livre d’or… 
    www.cenizaro.com/theresidence

  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page