02/17
fren
Partager
  • twitter share button

23 septembre 2016

5 bonnes raisons de coincer la bulle à Sanary-sur-Mer

On aime d’emblée Sanary-sur-mer pour la courbe harmonieuse de son port arqué comme une palme sous le Mistral et la flèche fière de son clocher d’église dominant la Méditerranée. Le village aux murs orangers capture le soleil dans ses ruelles et en distille la chaleur envoûtante tout au long de l’année.

Dans ce cocon protecteur, d’illustres écrivains allemands, ardents opposants à l’idéologie totalitaire, avaient trouvé refuge avant la guerre. De leur prestigieuse présence, il reste des hommages lisibles sur des plaques en plexiglas aux murs de leurs résidences et, dans leurs écrits, une immense tendresse pour Sanary qui fut leur refuge heureux. Thomas Mann, Alma Mahler, Ludwig Marcuse, Stefan Zweig…entre les années 1933 et 1944, le petit village de pêcheurs devint la capitale secrète de la littérature allemande qui se retrouvait au café, sur la terrasse de la Marine ou du Nautique, en face du port.
 
Le village a redécouvert et valorisé cette facette de son passé que des touristes allemands viennent chaque année plus nombreux revisiter. C’est l’une des curiosités de Sanary-sur-mer qui jour après jour, ne cesse de surprendre.

 
 
Sanary sur mer

Sanary sur Mer Port Issol
Texte et photographies Françoise Spiekermeier

 

Hôtels
Hôtel de la Tour : www.sanary-hoteldelatour.com
Hôtel pension Beauséjour : www.hotel-beausejour.fr
Hôtel spa La Farandole 4* (plage de la Gorguette) www.hostellerielafarandole.com
Location de bateaux : www.sanary-location-bateau.fr
Restaus
Le Provençal : 23 avenue Jean Jaurès :Tel. 04 94 74 11 93
La Ptite FabriK : 16 quai du General de Gaulle
Muscade : 28 quai Marie Esménard
Le Galli (chez Octavie) : 41 ruelle de l’Enclos
464 Harbor : 460 avenue du Prado
Le Mac Sym’s : 10 quai du Général de Gaulle
Felicetta : 12 place Albert Cavet
Les Coulisses : 31 rue Siat Marcelin
Gio !: 7 avenue Galliéni
Cafés
La Gavroche : 21 rue Jean Jaures
La Marine : 8 quai du général de Gaulle
Le Café de Lyon : 2 quai du général de Gaulle
Le Nautique : 6 quai du General de Gaulle
Le Ritz : 35 avenue Jean Jaurès
Le National : 9 place Albert Cavet
Le bar des Sports : 13 Quai Charles de Gaulle
 
  
 
 
 

  • Bulle numéro 1 : la plage de Portissol

    La plus jolie façon d’entrer en matière est de commencer par la visite de Portissol (du provençal « pourtissou » : portail) devenu l’une des plus belles plages du village. Au milieu de l’anse, un rocher soulève des rouleaux pris d’assaut par quelques surfers en recherche de sensations. Le fond de la crique est une plage de sable naturel encadré par des rochers, ocres coté ouest, noirs coté est. C’est là que la planète entière vient séjourner, les pieds dans l’eau, dans un ancien cabanon de plage transformé en hôtel restaurant rebaptisé O Petit Monde. C’est si vrai : Port-Issol est un microcosme coupé du reste du monde. Les cinq chambres « hors catégorie » du Petit Monde ne désemplissent pas car ici, tout le monde le dit, c’est le Paradis. Le restaurant du Petit Monde sert une cuisine italienne et française dans un décor tendance vintage. Juste en face, de l’autre coté de la baie, Kima Plage s’agrippe à la corniche et traverse les années sans prendre une ride: une jetée qui résiste à l’assaut des vagues, une dalle étroite où l’on grille à la plancha sur des matelas confortables en sirotant le rosé du coin et trois terrasses sous les pins surplombant les fonds turquoise.

  • Bulle numéro 2 : les noms célèbres sur le chemin de la Colline

    Par où passer pour rejoindre le village ? Par l’avenue de Verdun en rattrapant ensuite le chemin des Collines qui court sur le rebord de la falaise. Dans ce quartier résidentiel très recherché, les villas d’avant guerre décaties par les embruns sont relookées en résidences rétro-futuristes. D’autres restent dans leur jus tel le « Moulin gris » se dressant au bord du précipice : l’ancienne résidence d’Alma Mahler et de son troisième époux le poète Franz Werfel. A l’époque, on avait percé des fenêtres sur son pourtour, ce qui lui donnait l’allure d’un observatoire ou d’un phare, sûrement une pièce idéale pour écrire. Passé la chapelle de la Pitié aux murs tapissés d’ex-voto gravés dans le marbre ou peints sur toile par des pêcheurs sauvés du naufrage, on passe devant « le Baobab », la maison du commandant Cousteau donnant directement sur la rade de Sanary happée vers le large : son fils Jean-Michel Cousteau y habite toujours et cultive des activités liées au monde sous-marin aux Etats-Unis.
    A l’instar des exilés allemands, Jacques-Yves Cousteau vint à Sanary pour se cacher des nazis afin de continuer la mise au point de son appareil respiratoire en eaux profondes qu’il créait avec Philippe Tailliez, et qu’ils testèrent pour la première fois sur la commune voisine de Bandol. Au moment où le biopic de Cousteau incarné par Lambert Wilson sort au cinéma, on est curieux de savoir si cet épisode crucial dans sa vie et de l’histoire de la plongée sous-marine a été filmé à Sanary !

  • Bulle numéro 3 : l’Hôtel de la Tour sur le port

    Le chemin de la Colline redescend en pente raide sur le village ouvrant sur un panorama de rêve. Le petit port déploie ses façades provençales caressées par l’ombre des palmiers. Dans l’angle nord-ouest, la tour du XIVème siècle domine, drapée dans son écrin accueillant qu’est l’Hôtel de la Tour construit comme un manteau autour de ses murs. Géraldine Chatelet-Mercier, la petite fille de Lucien Mercier, son acquéreur dans les années 30, cultive la mémoire de son grand-père qui fut le premier à accueillir les exilés allemands et gardait la porte de sa cuisine ouverte pour les nécessiteux. La chambre 17 est un must absolu avec sa hauteur sous plafond et sa salle de bains dont la baignoire bénéficie d’une vue plongeante sur le bassin du port possédant la plus belle collection de pointus de pêche de la Côte d’Azur. C’est au restaurant de l’hôtel que l’on déguste la bouillabaisse (sur commande) ou le denti en croûte de sel, l’un des plus savoureux poissons de Méditerranée. Picasso avait dessiné sur ses nappes mais les oeuvres glissées dans le premier livre d’Or disparurent lorsqu’il fut dérobé pendant la guerre.

  • Bulle numéro 4 : les ruelles arty

    Le goût pour l’art et les belles choses est gravé dans les murs du village qui cultive leur présence : du théatre Galli, cœur culturel sanaryen, partent une multitude de festivals (Photomed, festival de la photographie méditerranéenne, Ciné Grand Large, festival de cinéma avec des masterclass professionnelles, Just Rosé, la grand messe de dégustation des vins de Bandol et de Provence –pendant trois jours, les viviteurs voient la vie en rose !). Parmi les nombreuses galeries du village, la rue Lucien Guerard, derrière l’église, concentre des ateliers d’artistes posant leur chevalet sur le pavé, et des galeries parmi lesquelles l’Atelier des Artistes, bel espace municipal dédié aux artistes invités en résidence. Le port se transforme volontiers en espace d’exposition pour des artistes souvent inspirés par les reflets colorés des coques de pointus dans l’eau.

  • Bulle numéro 5 : les pointus de pêche

    Sanary possède sûrement la plus belle flotte de bateaux de pêche traditionnels que le Maire Ferdinand Bernhard a contribué à sauver de la disparition -en offrant il y a une quinzaine d’années un anneau gratuit au port de Sanary à tous les passionnés qui les restaureraient. Une initiative patrimoniale imitée par de nombreux villages de la côte varoise, jusqu’à Saint-Tropez…Ici, le pointu rythme la vie du village à travers les « embarquements immédiats » d’avril à septembre : les « pescadous » (propriétaires des barquettes en polo marin et canotier) invitent les estivants à partager les joies de la navigation à la voile latine. La Mairie a acquis le Calou, un ancien bateau construit en 1965 par le charpentier de marine Jean-Baptiste Gabriel, une ancienne figure du coin bien connu des pêcheurs et premiers plaisanciers qui lui commandaient des navires. Buller sur le pointu, c’est partir à la recherche d’une calanque ou d’une crique, trouver le mouillage idylique, bronzer sur le pont en bois, plonger dans un banc de girelles multicolores puis sêcher au soleil pendant que le poisson mord à l’hameçon !

  • Et last but not least...

    L’art de buller  c’est aussi l’art de faire terrasse. De la plus petite comme les trois tables de La Gavroche, le bar de quartier mythique et incontournable où se retrouvent les « authentiques » Sanaryens…aux plus vastes comme celle du bar des Sports ou de la Marine, celles des restaurants Le Provençal chez Marc Ranucci, La Muscade sous les arcades ou la Ptite Fabrik sur le port jouxtant la Maison Flotte, autre lieu emblématique du Sanary arty, difficile d’échapper à ce tropisme. Car faire terrasse à Sanary, « ça n’a rien »… à voir avec ce qu’on connaît. « L’air était imprégné d’idées originales, d’indiscrétions et de querelles » écrivait Ludwig Marcuse dans « Mon Vingtième Siècle ». Rien n’a bougé.

    www.sanarysurmer.com/Decouvrir-la-ville/Tourisme

    Cadeaux
    Rando Lab : sanary.com/randolab
    Gourmanlyne, épicerie de terroir et art de la table www.gourmanlyne.com
    Toiles de Michèle Troullier : m.troullier@gmail.com
    Toiles de Guy Turpin : rue Lucien Guerard, gtplumart.free.fr
    Claude Ferrito : sculpteur et architecte de pointus miniatures claudius8@laposte.net
    L’ampoule bleue, déco mode concept store: www.lampoulebleue.fr
    Livres sur les Pointus de Sanary : Ann Villier Collomb : annevillier@hotmail.com


  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • PLUME VOYAGE magazine, le luxe d’un voyage léger et immobile – C’est Maintenant

    PLUME VOYAGE magazine, le luxe d’un voyage léger et immobile - C'est Maintenant

    PLUME VOYAGE magazine, le luxe d’un voyage léger et immobile - C'est Maintenant

  • PLUME VOYAGE magazine, le luxe d’un voyage léger et immobile – Brèves de Voyages

    PLUME VOYAGE magazine, le luxe d’un voyage léger et immobile - Brèves de Voyages

    PLUME VOYAGE magazine, le luxe d’un voyage léger et immobile - Brèves de Voyages

  • Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

  • PUBLINEWS PARTENAIRES

    Plume Voyage magazine PUBLINEWS PARTENAIRES

    PUBLINEWS PARTENAIRES

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page