10/17
fren
Partager
  • twitter share button

04 Décembre 2015

Lyon en pleine lumière !

La belle ville de Lyon ne se résume plus à son patrimoine classé à l’Unesco, sa gastronomie bourgeoise et son passé industriel glorieux. Non, la Capitale des Gaules assume désormais d’être une capitale européenne et plus uniquement une halte estivale sur la route des vacances. Lyon ne se cache plus !

La ville ose, innove, prend des risques et s’expose aux yeux du monde entier étonné de voir émerger une cité plus moderne que jamais. Cette ouverture sur le monde est manifeste si l’on assiste à la Fête des lumières, devenue une destination incontournable en décembre. Une fête qui a été annulée cette année à la suite des attentats parisiens du 13 novembre, par mesure de précaution la foule étant si nombreuse qu’il est difficile de sécuriser les rues. Reste que ce rendez-vous touristique majeur est désormais connu dans le monde entier. Et qu’il y aura quand même beaucoup de Lyonnais dans les rues ce 8 décembre.
 
Lyon


Par Ludovic Bischoff

 
Lyon a aussi investi le marché de l’art avec la Biennale d’art contemporain, actuellement en cours, qui rivalise sans complexe avec la Fiac parisienne.

Une fierté et un dynamisme qui s’impose également avec le quartier Confluence et ses immeubles design qui font de Lyon la ville européenne conduisant le plus grand chantier urbain…

Trois exemples du scintillement de Lyon que nous vous proposons de découvrir cette semaine.

Et trois hôtels nouveaux et tendances pour découvrir de l’intérieur une ville qui a décidé de s’exposer en pleine lumière !

 
 
 
 

  • Lyon fête les lumières avec éclat

    C’était une fête locale. Une cérémonie en l’honneur de la Vierge Marie que seuls les lyonnais célébraient en déposant sur le rebord de leur fenêtre une chandelle ou une petite bougie. La Fête des Lumières est longtemps restée un événement 100% lyonnais que l’on pratiquait, le 8 décembre, dans une intimité… toute lyonnaise. Mais depuis quelques années, ce rendez-vous est devenu l’occasion d’une grande fête populaire qui attire désormais des millions de visiteurs, venus du monde entier ! Aujourd’hui, la fête s’étend tout un week-end. Cette année, cela devait être du 5 au 8 décembre en 2015. Après les attentats parisiens du 13 novembre, la ville a annulé la flopée d’illuminations prévues. Nous avons tout de même décidé de vous parler de cet événement et de vous montrer les images que vous auriez du voir en vous baladant à Lyon ce week-end. Pour vous donner envie d’y aller l’année prochaine car il ne fait nul doute que la Fête des Lumières reviendra !
    On aime y admirer les ponts et bâtiments publics tous éclairés de manière originale et spectaculaire. Et de nombreux artistes qui égrènent dans les rues et places de la ville leurs œuvres lumineuses.
    Vous ne verrez pas les « lianes lumineuses » qu’Erik Barray voulait faire pousser place Louis Pradel. Ni la passerelle Abbé Couturier transformée en bateau de lumière. Ou le Parc de la tête d’or qui scintille de boules lumineuses. Mais la fresque de l’artiste Daniel Knipper sera tout de même visible, la ville ayant décidé de la maintenir. Sur les quais de Saône et sur la colline de Fourvière, les gros plans des visages de personnages célèbres de la peinture seront projetés sur les bâtiments. Ils seront accompagnés des prénoms des victimes parisiennes des attentats. Et, le 8 décembre, plus de 200 000 lumignons illumineront les fenêtres des lyonnais pour une Fête des lumières plus authentique et humaine que jamais…

    www.fetedeslumieres.lyon.fr

  • L'art contemporain brille entre Rhône et Saône

    La Biennale d’art contemporain de Lyon s’est imposée comme l’autre rendez-vous majeur des amoureux d’arts, après la Fiac parisienne. Tous les deux ans, la cité classée au patrimoine mondial de l’Unesco, accueille donc en son sein la crème des artistes contemporains qui s’amusent à interloquer, choquer, interroger et surprendre les visiteurs à travers leur travail toujours très iconoclaste. Cette année, une soixantaine d’artistes de 30 nationalités se pressent à la Biennale. Ils sont principalement exposées à la Sucrière, cet ancien entrepôt de sucre, sur les quais de Saône, dans le quartier de La Confluence, qui offre ses immenses salles et silos à l’installation d’oeuvres particulièrement bien mises en scène dans cet écrin de béton brut. Mais la Biennale est aussi présente au MAC Lyon et dans la Salle 15 du Musée des Confluences. Le thème retenu par cette 13eme édition est « la vie moderne ». Autant dire que les artistes sélectionnés s’en donnent à cœur joie pour exprimer leur vision de notre monde actuel ! La Biennale de Lyon se termine le 3 janvier 2016.

    www.biennaledelyon.com

  • La Confluence rayonne aux yeux du monde entier

    C’était le quartier des usines, des prisons et du marché de gros. Bref, c’était la partie sud de la presqu’ile de Lyon que l’on avait condamnée et abandonnée. Mais ça, c’était avant ! Désormais, toute la partie située en dessous de la gare de Lyon Perrache est en ébullition. Un nouveau quartier, que l’on nomme La Confluence, sort de terre. Et c’est ici que la ville de Lyon a donné carte blanche aux plus grands architectes internationaux pour qu’ils y exposent leur art. Résultat, sur les quais de Saône, sur le site de l’ancien port fluvial de marchandises, les immeubles les plus étonnants se succèdent. Jakob + MacFarlane ont posé deux cubes verts et orange tout droit sortis d’un film de science-fiction. Odile Decq, l’architecte rock’n roll gothique, s’est fendu d’un « dark point » sombre pour le siège du groupe GL Events. Et elle vient même d’ouvrir sa propre école d’architecture à côté. Christian de Portzamparc a signé l’Hôtel de région. Rudy Ricciotti termine son building et Jean Nouvel attaqua sa tour d’habitations. Une promenade archi qui se termine avec un centre commercial hyper moderne ouvert sur un plan d’eau artificiel. Un nouveau quartier qui sera terminé en 2030 et qui promet encore bien des surprises, comme ces deux tours de 40 étages qui doivent surplomber l’autre pièce maitresse du coin, le déjà iconique Musée des Confluences. Un vaisseau de verre et d’acier, biscornu et épique, qui renferme un musée des sciences et civilisations unique au monde. Bref, dans le quartier de la Confluence se dessine jour après jours le nouveau visage de Lyon qui a décidé, plus que jamais, de s’exposer comme la capitale européenne qu’elle est !

  • Trois hôtels pour séjourner à Lyon : Le Mama Shelter pour faire la fête entre amis

    Une fois de plus Mama Shelter réussi le tour de force d’ouvrir un hôtel qui devient immédiatement un lieu de vie et de rencontre pour lyonnais comme pour touristes de passage. C’est la force des Mama : le bar et le resto sont toujours des lieux de vie hyper animés où l’on croise la jeunesse locale. Parfait pour se sentir comme chez soi et rencontrer ceux qui font bouger la ville. Les chambres (à partir de 70 euros) sont petites mais disposent d’Imac avec internet et VOD gratuite. Et la literie est top ! De toute façon, lorsque l’on séjourne dans un Mama Shelter, on ne reste pas dans sa chambre et l’on descend au bar. Ici une rangée de « bouées canards » vous accueillent pour un verre ou un repas dans le resto ouvert sur le grand espace vibrant de vie. Le Mama Shelter est le premier hôtel un peu « roch’n roll » à faire twister Lyon !

    www.mamashelter.com

  • L'hôtel Okko pour un séjour business cocoon

    L’hôtel Okko Lyon a ouvert il y a 1 an dans l’ancien bâtiment de la préfecture de Police de Lyon, sur les quais du Rhône. Un emplacement stratégique face à la Presqu’ile, soit le centre-ville lyonnais. On aime le concept du « tout compris » qui donne accès à un Club ouvert 24h/24 du petit déjeuner à l’apéritivo du soir. On peut à toute heure descendre y prendre un verre ou grignoter quelque chose tout en consultant ses mails sur les Mac en accès libre. Aucun frais supplémentaire, tout est compris dans le prix de la chambre (à partir de 120 euros). Un nouveau concept d’hôtels d’affaires qui ne vous donne surtout pas l’impression d’être dans un hôtel d’affaires ! Cette nouvelle petite chaine d’hôtels « quatre étoiles et aucun nuage » n’a pas chois Lyon par hasard pour y ouvrir son second établissement, après Nantes. Elle a détecté le potentiel de cette ville longtemps en sommeil qui est aujourd’hui avide de nouveaux concepts. D’emblée, l’Okko s’est imposé comme un hôtel iconoclaste, très bien situé, qui fait bouger les codes.

    www.okkohotels.com

  • Le Fourvière Hôtel, pour un week-end en amoureux

    Le Fourvière Hôtel vient juste d’ouvrir ses portes sur « la colline qui prie » (Fourvière) dans un ancien couvent du 19eme siècle. Une adresse confidentielle qui domine la ville. 75 chambres toutes illustrées par une figure historique lyonnaise (à partir de 150 euros). Il offre un spa et une petite piscine extérieure chauffée sous les platanes, un restaurant gastro et un « mini bouchon ». Mais c’est le lobby situé dans une splendide chapelle qui coupe le souffle et donne envie de poser ses valises pour un week-end en amoureux… Tout ici a été conçu avec goût et charme. L’artiste franco-argentin Pablo Reinoso a été sollicité pour égayer de son art les espaces communs. Les chambres, sobres et meublées à la mode scandinave matinée de récup chic et de couleurs franches, invitent à un repos feutré. Nous sommes au sommet de Fourvière, la colline qui domine Lyon. Nager dans la petite piscine chauffée extérieure après un soin au spa est déjà un must à Lyon qui se découvre une nouvelle adresse cosy et luxe, en hauteur, mais jamais très loin du centre-ville…

    www.fourviere-hotel.com

  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page