10/17
fren
Partager
  • twitter share button

14 Novembre 2014

Une Balade dans Berlin, 25 ans après la chute du mur…

Alors que la ville de Berlin vient de célébrer les 25 ans de la chute du mur, Plume Voyage magazine vous propose Une Balade à Berlin pour (re)découvrir la ville avec un parcours dans les quartiers mythiques de la capitale allemande qui ont fait sa réputation de ville underground et alternative.

Que sont devenus Mitte, Kreuzberg et Friedrichshain ?

Où faut-il trainer désormais pour côtoyer les berlinois branchés ?

Et si c’était à Berlin Ouest que ça se passait maintenant ?

Suivez-nous dans le Berlin d’après le mur…

 

L'Autre Guide Berlin écrit par Elodie Benchereau
Par Ludovic Bischoff

Berlin
Population : 3,5 millions
Langue : allemand, mais Berlin est tellement internationale que l’on peut y vivre en parlant anglais seulement !
Emblème : un ours et non pas le « Ampelmann » ce petit bonhomme rouge et vert des feux de circulation comme beaucoup de touristes le pensent…
Spécialités culinaires : les fameuses « curry wurst », soit des saucisses saupoudrées de curry que l’on mange debout dans la rue. Mais aussi une très large scène world food, notamment vietnamienne.

Pour découvrir un Berlin hors des sentiers battus, procurez-vous le guide L’Autre Guide Berlin écrit par Elodie Benchereau. Cette jeune française installée depuis des années à Berlin propose des balades alternatives dans sa ville. Edition La Ville Brule.

  • Il y a 25 ans, un mur tombait...

    Un quart de siècle. Une génération, déjà. Le 9 novembre 1989, le mur de Berlin s’effondrait après avoir coupé en deux, durant des décennies, une ville devenue symbole de la guerre froide. Pour célébrer cet anniversaire, la ville a organisé des cérémonies particulièrement inspirées durant le week-end du 7 au 9 novembre.
    Outre un grand concert sur la Potsdamer Platz, 8000 ballons illuminés étaient disposés sur le tracé de l’ancien mur. Sur près de 15 kilomètres, ils dessinaient un ruban blanc symbolique. Le dimanche soir, lorsqu’ils ont été relâchés et se sont élevés dans la nuit Berlinoise, leur envol a symbolisé cette chute historique. Outre ces célébrations, il est possible de se faire une bonne idée du mur avant et après sa destruction en visitant deux lieux emblématiques.
    Le Berlin Wall Memorial, sur Bernauer Strass, offre une vision assez réaliste du Mur en 1989. Des pans entiers de murs, gris et tristes, vous plongent dans le Berlin Est austère et autoritaire d’alors. Au pied du Mur, on ressent physiquement le même sentiment de désespoir et d’enfermement que des milliers d’allemands fuyant la RDA. A l’opposée, la East Side Gallery, le long de la rivière Spree, offre une vision plus colorée du Mur. Sur plus d’un kilomètre, 118 street artistes de 21 pays ont recouvert ce qui reste la plus longue partie du Mur encore debout. C’est festif et joyeux, parfois mordant et politique. Et en se promenant dans cette galerie à ciel ouvert, on saisit aussi les effets de la réunification qui a transformé cette ville coupée du monde en capitale internationale, attirant toujours plus de visiteurs…

    Plus d’info sur le site : www.mauer.visitberlin.de/en/
    et sur www.eastsidegallery-berlin.de

  • Kreuzberg et Friedrichshain : deux quartiers alternatifs devenus sages

    Lorsque le mur de Berlin est tombé, les habitants qui vivaient à sa proximité immédiate ont été les plus impactés. Les quartiers de Kreuzberg, à l’ouest et de Friedrichshain, à l’est, étaient séparés par le mur. La dernière trace de cette cicatrice est visible via la East Side Gallery qui marque toujours la frontière entre ces « villages », peuplés par la frange la plus contestataire et marginale des deux Allemagnes. A Friedrichshain, comme à Kreuzberg, les bobos ont aujourd’hui remplacés les squatteurs d’après la chute du mur. Dans l’ancienne brasserie, Kulturbrauerei, on trouve désormais des restaurants et des théâtres dans une atmosphère très Brooklyn qui n’a plus grand chose à voir avec le quartier hyper alternatif qu’était Friedrichshain dans les années 90 ! A cette époque, les bars clandestins et les clubs d’électro donnaient du son toute la nuit. Désormais, des familles de hipster ont envahis les beaux immeubles restaurés et chassées les clubs devenus trop bruyants.
    Seul subsiste le RAW Tempel, un ancien entrepôt ferroviaire abritant d’innombrables clubs, bars et restaurants qui permettent d’avoir un vision du Friedrichshain alternatif des années 90. Désormais fréquentés par les touristes aussi…
    En comparaison, Kreuzberg conserve encore un peu de son caractère marginal bien que les bobos se soient aussi installés en tribus. Alors qu’Oranien Strasse était la rue la plus sauvage du quartier, les habitués n’en reviennent toujours pas d’y trouver aujourd’hui un institut de beauté et des boutiques de vêtements branchées !
    Un très bon restaurant, baptisé Kantine Kohlmann, vient d’ouvrir et propose des « german tapas » et une cuisine traditionnelle revisitée dans une salle bohème chic qui reflète bien l’embourgeoisement de Kreuzberg.
    Mais les vieux punks et les queer rangés des fêtes à paillettes se rassurent en constatant que le SO36 est toujours là. Ce club mythique, ouvert en 1978, a vu passer tout ce que la scène musicale berlinoise comptait de groupes émergents, pointus et agités. Et c’est là encore que l’on est assuré d’écouter ce qui se fait d’alternatif à Berlin.

    www.kantine-kohlmann.de
    www.so36.de
    www.raw-tempel.de

  • Mitte : le Soho à la berlinoise

    Mitte est à Berlin ce que Soho est à New-York. Ce quartier concentrait la vie underground et festive de Berlin. Il y a 10 ans encore, c’est ici qu’il fallait aller danser et boire. On peste devant les façades ripolinées et l’on déplore que l’esprit underground soit parti ailleurs. Mais on y revient toujours attiré par le charme certain qui s’en dégage. Le quartier de Mitte a beaucoup contribué à la renommée internationale de Berlin. Oranienburger Strasse étaient alors la rue des bars et des clubs. Evidemment, le quartier n’a pas échappé à l’embourgeoisement généralisé de la ville. Le mythique squat d’artistes Tacheles a fermé ses portes en 2012. Pour autant, Mitte reste le centre névralgique de la ville car il a su se réinventer. L’art est partout dans des galeries ou des musées à la pointe comme la Me Collectors Room. Dans l’ancienne école de jeunes filles juives de August Strasse vient de s’installer la collection Kennedy qui fait revivre le célèbre discours « Ich Bin Ein Berliner ». On y trouve aussi une épicerie-traiteur « Brooklyn style » aux savoureux sandwich pastrami (Mogg&Melzer) et un restaurant gastronomique tout juste étoilé Michelin (Pauly Saal). Une chose inconcevable dans Mitte il y a quelques années encore ! Les berlinois au top de la branchitude, eux, se sont déplacés quelques rues au nord de Oranienburger Strasse. Leur nouveau fief est l’avenue Tor Strasse qui ne paye pas de mine mais qui aligne les adresses les plus en vue.
    Le Mani est un boutique hôtel chic et, en face, Hotel Ultra, une toute nouvelle boutique d’objets design présentés dans un faux hall… d’hôtel ! La marque de vêtements rock The Dudes a son flagship dans cette rue. Et l’asian food de Dudu ou Toca Rouge affole les gastronomes branchés. Tout comme Shiso Burger un peu plus bas dans Mitte qui sert des burgers « à la japonaise » ultra savoureux. Pour boire un verre, n’hésitez pas à pousser la porte de cette fausse galerie d’art qui cache un bar clandestin, le Buck & Breck. Bref, pour sortir, c’est toujours à Mitte qu’il fait se rendre. Mais plus dans des squats d’artistes !

    www.me-berlin.com
    www.moggandmelzer.com
    paulysaal.com
    www.shisoburger.de
    www.buckandbreck.com
    www.dudes-factory.com

  • Wedding et Neukolln : là où l'underground vit encore ?

    Où est passé le fameux esprit underground de Berlin ? Voilà la question qui étreint le visiteur dans cette ville qui a construit son image pop avec ses murs tagués et ses bars clandestins. Alors, où est l’underground punk et électro aujourd’hui ? Nulle part.
    Et un peu partout à la fois.
    Neukolln est le quartier, au sud de Kreuzberg, qui a le vent en poupe chez les plus jeunes, en raison des loyers bas. Mais si de nombreux bars ont éclos, on ne peut pas encore parler de scène nocturne évidente. Pour autant, ne ratez pas le marché « turc » qui se tient en plein air deux fois par semaine sur les rives de l’Urbanhafen. Et profitez-en pour déguster de succulentes ramen dans un décor nippon très soigné chez Cocolo Ramen. Dans Wedding, au nord de Mitte, quelques endroits encore émergeant méritent, eux, leur étiquette alternative. La Stattbad, par exemple. Il s’agit d’une ancienne piscine dans laquelle des soirées électro sont organisées. On y danse toute la nuit dans le bassin vide ou dans la salle des machines. L’immeuble étant situé loin du centre de Berlin, on est certain d’y rencontrer une majorité de berlinois. Dans le même coin, caché au fond de l’arrière-cour d’un immeuble pas encore rénové, on trouve Panke. Un bar et club de musique ouvert il y a moins de trois ans par Justas Rudzianskas, un lituanien qui goutte peu à la musique techno. Chez lui, passent plutôt des groupes hip-hop et R’nB. Le portrait de Notorius BIG trône dans une pièce pour rappeler qu’ici, on donne dans le hardcore aux racines blues. Le Panke est l’un des rares endroits à Berlin où la musique électronique n’a pas son droit d’entrée. Ce qui en fait, de facto, une adresse hors des sentiers battus ! Enfin, Volta est la nouvelle table de Stephan Hentschel, l’ancien chef du célèbre Cookies Cream, qui fait parler en ce moment. Un snack populaire de quartier transformé en « place to be » pour food addict. Une cuisine ludique et savoureuse.

    http://www.kuchi.de
    http://www.stattbad.net/
    http://www.pankeculture.com/
    https://www.facebook.com/v4volta

  • West Berlin : the futur place to be ?

    Go west, young boy ! Et si c’était à Berlin Ouest qu’il fallait se diriger pour trouver le nouveau Berlin qui bouge et qui innove ? Il y a quelques années encore, c’était inimaginable tant ce quartier bourgeois était ennuyeux. Mais aujourd’hui, le Kurfurstendamm, le grand boulevard du quartier de Charlottenburg, souvent comparé aux « Champs-Elysées » berlinois, devient à nouveau séduisant. On y trouve un lieu mythique, le Schwarzes Café, ouvert 24h/24. On y prend un copieux petit-déjeuner ou un snack à 5h du mat avec une faune haute en couleur. Quant au Delphi, c’est un vieux cinéma d’art et d’essais des années 20, charmant. Le seul en ville dont les affiches des films sont peintes à la main, comme au bon vieux temps… Allez faire un rapide tour au mythique Kadewe, sorte de Galeries Lafayette locales au « food court » imposant. Mais arrêtez vous plus longtemps au Bikini Berlin, le petit frère plus cool et funky qui a ouvert ses portes cette année. Un shopping center pour urban people qui aligne les boutiques des créateurs mode ou design dans un bâtiment élégant qui surplombe le zoo de Berlin. On prend un café devant la grande baie vitrée pour admirer les babouins qui jouent dehors. Puis l’on explore les 19 « box » louées par des jeunes créateurs. Ce sont des incubateurs loués de 3 mois à 1 an maximum pour leur permettre de se lancer sans investir lourdement dans une boutique… Côté grandes enseignes, Gestalten est un must pour trouver objets branchés et malins. Et dans Supermarket, le concept store ultra cool créé à Belgrade il y a quelques années, on mange très bien au milieu d’une sorte de Conran Shop new look. Sans oublier l’hôtel 25 Hours, antre de la branchitude allemande, qui vient se nicher à côté du Bikini. Ambiance « Urban Jungle » dans le Monkey Bar qui offre une superbe vue sur le quartier et le zoo… Bref, Kurfurstendamm est de plus en plus attrayant. La preuve, CO Berlin, le centre de la photographie contemporaine local vient de s’y installer, à deux pas du Bikini Center. CO Berlin a quitté Mitte pour l’ouest de la ville. Voilà qui devrait convaincre les derniers sceptiques que c’est bien le quartier qu’il faut suivre du coin de l’oeil…

    www.schwarzescafe-berlin.de
    www.delphi-filmpalast.de
    www.bikiniberlin.de
    www.co-berlin.org
    www.25hours-hotels.com

  • Où dormir à Berlin ? L'hôtel Michel Berger

    Situé entre Kreuzberg et Friedrichshain, l’hôtel Michel Berger occupe une place stratégique. Ce n’est pas un hôtel dédié à l’oeuvre du chanteur éponyme mais il est situé à côté du QG d’Universal Music et beaucoup d’artistes en ont fait leur résidence secondaire. Atmosphère détendue, chambres en duplex et concerts live… Le Michel Berger est un lieu très attachant où l’on rencontre une foule de voyageurs cool et branchés. Une sorte de Mama Shelter local pour se délecter de l’atmosphère bohème du Berlin jeune et créatif. Un très bon rapport qualité/prix pour une adresse qui rock très fort !

    www.michelbergerhotel.com

  • Sofitel Berlin Kurfurstendamm

    A l’ouest, dans Charlottenburg, le Sofitel Berlin Kurfurstendamm vient d’être rénové. L’enseigne Sofitel a repris en main l’immeuble de 17 étages début 2014. L’imposante façade abrite 311 chambres toutes immenses et ouvertes sur la ville. Le restaurant Le Faubourg sert une cuisine française inspirée des traditions culinaires locales dans un cadre cosy et intimiste. Tout le savoir-faire de Sofitel se retrouve dans cet hôtel qui rend subtilement hommage aux grandes figures de la ville, comme avec ce portrait façon art cinétique de Marlène Dietrich que l’on découvre dans le hall. Bref, pour vivre confortablement le renouveau de Berlin ouest, ce Sofitel s’impose naturellement…

    www.sofitel.com

  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page