10/17
fren
Partager
  • twitter share button

Décembre 2015

News Parisiennes

Béatrice Delamotte

Pour bien terminer 2015, Plume Voyage vous invite à vous envolez depuis Orly Sud, dont la façade a été décorée par Jean-Charles de Castelbajac, à goûter la cuisine chinoise au nouveau Taokan rive droite, à voir les œuvres d’artistes en collaboration avec Daum ou encore à découvrir la nouvelle adresse du chef argentin De Torneso. Et pourquoi ne pas en profiter pour choisir une bûche ultra chic, comme celles imaginées par les chefs pâtissiers de quelques-uns des plus grands palaces parisiens ? Un peu de luxe et de douceur pour ces fêtes… A moins de préférer s’initier à l’art ancestral chinois du papier découpé chez Shang Xia. Mais également, Street-food dans le XIe arrondissement, la renaissance du Moulin de la Galette et du Café de l’Homme, l’ouverture d’un restaurant dédié aux guydons japonais ou encore un dessert plissé couture au Stay Faubourg, l’ambiance de Noël qui se précise avec les Sofitel qui se mettent dans l’ambiance et une jolie mallette cadeau pour enfant. Mais également les créations artistiques et gourmandes de Patrick Roger, un tea-time lillois à l’hôtel Baume, un menu de chasse au Lancaster, une exposition de photos dans le cadre de la COP21, une terrasse scandinave au Westin Paris-Vendôme, un pop-up store 100 % berlinois… Mais aussi un goûter caritatif au Café de la Paix ou une nouvelle adresse gourmande à Saint-Cloud… Happy Paris et Happy New Year !

  • L’aéroport d’Orly s’habille en Castelbajac

    Aéroports de Paris s’est associé à Jean-Charles de Castelbajac pour transformer, en dessins XXL, des histoires vécues – retrouvailles, séparations, anniversaires, demandes en mariage… – par des passagers, des partenaires et des salariés de Paris-Orly. Ces croquis sont désormais affichés sur la façade du terminal Sud de l’aéroport. Une belle façon de magnifier l’aérogare sud chargée d’émotions depuis sa construction à la fin des années 1950. B.D.
    www.aeroportsdeparis.fr

  • Prolongation de l’exposition « Daum variations d’artistes »

    Devant son succès, l’Espace Dali prolonge jusqu’au 14 février consacrée aux collaborations entre Daum et de nombreux artistes. Pour raviver un « savoir-faire généralement cantonné à la production d’objets utilitaires ou décoratifs », Daum s’est aussi risque à laisser César, le Cellini de la ferraille, et Arman, homme de colères, redoutés pour leur indocilité et leur anticonformisme tourmenter la pâte de cristal. Et de poursuivre avec Bernard Séchas, Mesnager, qu’on n’attendait pas forcément aux arts décoratifs. Le résultat : ils sculptent des corps hyalins, découpent les icônes en tranches en magnifiant la fêlure, la coulure, encouragent l’imprévisible. B.D
    www.daliparis.com

  • Biondi, la nouvelle adresse de Fermando De Torneso

    Déjà à la tête de La Pulperia, le chef argetin Fernando De Tomaso vient d’ouvrir Biondi, une pétite gourmande qui propose une carte saisonnière, vive et inventive, où produits nobles et trouvailles du marché se marient au gré des envies du jeune chef. Formé auprès de grands chefs (Jean-François Piège, Alain Passard…), De Tomaso propose ici une joyeuse noce entre festin argentin et jeune cuisine française. Une cuisine enjouée qui s’apprécie au lunch, pour un apéritif savoureux ou au dîner dans un lieu chaleureux qui marie pierre, bois et bougies. B.D.
    www.facebook.com/restaurantbiondi

  • Taokan s’installe rive droite

    Installé dans le VIe arrondissement depuis trois ans, Taokan franchit la Seine et s’installe rue du Mont Thabor. Cette adresse design consacrée à la cuisine chinoise vient donc d’ouvrir et propose toujours des plats inspirés du meilleur de la gastronomie de l’Empire du Milieu, sans les habituels poncifs et en version plus light. Christophe Daine, le fondateur de Taokan, a ainsi rapporté des années passées à Hong Kong une vision revisitée des grands classiques, interprétés par son chef exécutif Tien-Dat Au, ancien chef de chez Madame Ly. Ici, poissons et fruits de mer sont à l’honneur, mais aussi dim sum, bœuf mi-cuit au poivre et tout un assortiment de légumes parfaitement réalisés. Un nouveau spot à ne pas manquer. B.D
    www.taokan.fr

  • Artic Chic au Four Seasons George V

    Avant même l’annonce du succès de la COP21 sur le climat, le chef pâtissier du George V, Stéphane Tranchet, a mis au point une délicieuse « Banquise », accordée au thème des illuminations du palace parisien réalisées par Jeff Leatham, directeur artistique de l’hôtel. Pour cette bûche immaculée, à l’image de dandys attachants, une famille de petits pingouins apportent leur élégance à ce dessert de luxe, qui marie calisson, orange et chocolat sous un nappage en chocolat blanc. B.D.

  • Casse-tête gourmand au Prince de Galles

    Hommage à l’architecte André Arfvidson, qui a conçu l’hôtel Prince de Galles en pleine période Art Déco et commandé la mosaïque du patio, la bûche 1928 de l’équipe de pâtisserie de Stéphanie Le Quellec reprend le caractère contemporain et graphique de l’œuvre. Cette bûche est composée de huit parts aux formes géométriques qui s’emboitent les unes dans les autres afin de créer une mosaïque gourmande, loin des codes habituels de Noël, enchâssée dans un élégant coffret en bois numéroté et griffé Prince de Galles. B.D.

  • Velours version salé au Royal Monceau Raffles Paris

    Qui a dit que la bûche se devait d’être sucrée ? Certainement pas le chef exécutif du Royal Monceau Laurent André ni Didier Faustino, directeur artistique de l’hôtel. « L’Eclair de velour » est une proposition gourmande et subtile qui associe le foie gras de canard aux figues confites, préalablement mariné dans des épices de spéculoos. Un ravissement pour les papilles, mais aussi un spectacle pour les yeux : toute de chocolat revêtue, elle s’orne de fines feuilles de chocolat noir formant un sapin de Noël. A déguster en entrée. B.D.

  • Cadeaux gourmand pour Guy Martin…

    On ne présente plus le chef doublement étoilé du Grand Véfour. A la hauteur de cette adresse d’exception, il a voulu avec son chef pâtissier, Mourad Rachdi, retranscrire toute la magie d’un moment unique : celui du dessert de Noël, qui précède la messe de minuit, l’ouverture des cadeaux au pied du sapin… et annonce une année gourmande. « La bûche doit être harmonieuse et on doit avoir autant de plaisir à l’offrir à qu’à la déguster. C’est un moment de partage dans la fête », résume Guy Martin. B.D.

  • … et pour le Westin Paris-Vendôme

    Ken Thomas, le jeune chef pâtissier du Westin Paris-Vendôme, a lui aussi voulu rendre hommage à ce moment de partage avec sa bûche « Le Cadeau ». Imaginée comme la pièce centrale d’une grande table de banquet, un sapin en chocolat noir de Tanzanie trône en son centre, chaque branche pouvant se croquer à sa guise. Autour une mousse légère aux amandes, griotte et riz au lait à la vanille de Tahiti lui fait comme un écrin, emballé dans un nœud de pâte d’amande et de sucre. B.D.

  • Décorations magiques

    Pour son premier Noël, La Réserve Paris rend hommage à ce qui symbolise la magie de Noël : le plaisir d’accrocher les premières boules au sapin familial. Le chef Jérôme Banctel et son équipe de pâtissiers ont donc imaginé une bûche élégante qui évoque un coffret contenant six boules, comme échappées de l’arbre pour réjouir les gourmands. Idéal à partager, ce dessert allie textures craquantes et légères, saveurs chocolatées ou plus exotiques pour faire plaisir à tous. B.D.

  • S’initier à l’art chinois du papier découpé

    La maison de luxe Shang Xia propose de découvrir l’art du papier découpé ou Jianzhi, un art présent depuis des milliers d’années en Chine et qui reste aujourd’hui une pratique vivante, un art décoratif indépendant avec ses motifs figuratifs appartenant à l’imagerie populaire. Pour ce weekend d’avant Noël, Shang Xia accueille dans sa boutique une artiste qui illustrera par ses découpages variés, liés à l’univers de la maison, les secrets de cet art folklorique ancestral. Chacun repartira avec un souvenir de ce moment exclusif. B.D.
    www.shang-xia.com

  • Le Café de l’Homme rouvre ses portes

    C’est un lieu totalement rénové et repensé qui rouvre ses portes au sein du Palais de Chaillot, quelques semaines après l’inauguration du nouveau Musée de l’Homme. Bien sûr, la vue spectaculaire sur la tour Eiffel est toujours là, ainsi que l’atmosphère chaleureuse qui a fait le succès du restaurant. Mais le décor imaginé par Gilles & Boissier donne une nouvelle vie à ce lieu unique, en reprenant les codes Art déco du Palais de Chaillot. En plus de la carte habituelle, qui joue la carte d’une brasserie parisienne contemporaine et élégante, des chefs en résidence, venus du monde entier, viendront l’enrichir de leurs plats-signatures. B.D.
    www.cafedelhomme.com

  • Le Moulin de la Galette renaît

    Le cabinet de décoration Régis Conseil a réinventé le Moulin de la Galette avec un seul objectif : faire se télescoper les styles. Béton brut exposé aux regards, dialogue entre boiseries murales laquées ivoire et chêne des marais, références au style directoire, l’ensemble se complète et s’embellot. Un mobilier généreux et digne, vecteur de confort et de maintien, accueille hôte et spectateur dans un mélange des genres, des styles et références aux époques. B.D.
    www.lemoulindelagalette.com

  • Oïshinoya, la maison du gyudon

    On ne présente plus le chef Shinichi Sato, étoilé au Passage 53 en plein cœur du passage des Panoramas. Voici sa nouvelle adresse dédiée au guydon, plat mijoté servi avec du riz chaud, qui se sert à tous les coins de rue au Japon. Oïshinoya sont donc des guydons (bœuf), mais aussi des butadons (porc) avec de la viande d’Hugo Desnoyer, des tufodon (todu bio) et encore d’exceptionnels Waguyodon (à base de boeuf wagyu bio). De quoi plonger avec délices dans la cuisine japonaise, souvent méconnue. B.D.
    www.oishinoya.com

  • Les Sofitel se mettent à « l’Art de Noël »

    Raviver l’esprit de Noël avec audace, tout en combinant la magie inhérente à cette fête traditionnelle, son sapin emblématique et son art de vivre à la Française… C’est tout l’ambition de la marque hôtelière avec la thématique « Art de Noël ». Pour la deuxième année consécutive, c’est l’art de la table et de la gastronomie qui sont ainsi mis à l’honneur. Dans le monde entier, les établissements Sofitel se plongent dans une ambiance féérique et s’allient avec les meilleurs artisans dans leur domaine pour proposer un moment magique, tout particulièrement avec Bernardaud. Les quatre établissements de Paris et de la couronne participent bien sûr à cette opération. B.D.
    www.sofitel.com

  • Une jolie mallette cadeau signée CdeC

    En panne d’idée cadeau ? L’hôtel InterContinental Paris Le Grand s’associe à la marque de prêt-à-porter pour enfant CdeCe, du nom de sa fondatrice Cordelia de Castellane, pour propose une jolie mallette. A l’intérieur, un petit ours en peluche, mascotte de l’hôtel, et un puzzle à reconstituer représentant la célèbre verrière. Imaginée pour les enfants de passage à l’InterContinental, cette mallette est disponible en édition très limitée pour ceux qui ont envie de faire un cadeau très parisien. B.D.
    www.igh.com

  • Yannick Alléno lance les plissés pâtissiers au Stay Faubourg

    Le chef triplement étoilé du Pavillon Ledoyen et Sylvain Pétrel, chef pâtissier du Stay Faubourg, rendent hommage au savoir-faire de la Maison Lognon, créatrice de plissés destinés aux grandes maisons de couture, de cinéma et d’opéra. C’est à partir des formes d’un modèle de cette maison française au savoir-faire d’exception que le chef pâtissier a imaginé une nouvelle collection de desserts, « les plissés pâtissiers du Stay Faubourg » qui se déclineront au fil des saisons, à l’instar des collections de haute couture. Pour cet hiver, il s’agit d’une délicate feuille transparente et sucrée et d’une onctueuse crème brûlée vanillée. Les éléments du dessert sont emprisonnés dans un moule spécialement conçu grâce au patron de la Maison Lognon, ce qui lui confère cette forme spécifique. B.D.
    www.stay-faubourg.com

  • La rue de Nazareth s’ouvre à la street-food

    Longtemps éteinte, la rue de Nazareth s’offre son premier événement gourmand. Restaurants et commerces de bouche s’allient pour offrir un véritable renouveau à cette rue du IIIe arrondissement. Jusqu’au 19 décembre, galeries d’art, concepts stores, disquaires, libraires et commerces permettent de retrouver l’esprit de village et s’anime pour une semaine de plaisirs. B.D.
    www.Facebook/NDNfoodstreet

  • Patrick Roger s’expose à la Galerie Nikki Diana Marquardt

    On ne présente plus le chocolatier Patrick Roger dont les créations ravissent les palais les plus exigeants. En revanche, on connaît moins une autre facette de son talent : celle de sculpteur et pas en chocolat cette fois-ci. Du 10 au 31 décembre, il transforme l’espace de la galerie Nikki Diana Marquardt et invite à plonger dans une expérience « arty » gourmande. Dans cet atelier repensé, sculpture et goût seront à l’honneur. Vanités, portraits, abstractions, en tout une cinquantaine d’œuvres envahiront le lieu. Le chocolat ne sera pas loin avec des blocs d’une tonne, qui sous les coups de maillet deviendront à leur tour sculptures. De l’infiniment petit au structures géantes, c’est le travail d’une vie qui va s’exposer pendant quelques jours. B.D.
    www.patrickroger.com

  • Tea-time à la lilloise à l’hôtel Baume

    Situé au cœur du VIe arrondissement, l’hôtel Baume fait redécouvrir, le temps d’une pause gourmande, la fameuse gaufre lilloise Méert. Cette maison emblématique de la capitale nordiste existe depuis 1761, mais c’est en 1849 que M. Méert la rachète. D’origine flamande, il innove avec une recette de gaufre plate fourrée au sucre, au beurre et à la vanille de Madagascar. Aujourd’hui, cette gourmandise dont la recette reste inchangée est toujours fabriquée à l’identique de manière artisanale. A déguster sans modération dans l’espace tea-time de l’hôtel Baume, que l’on préfère le coin cosy, les tables sous la verrière ou dans le patio. B.D.
    www.baume-hotel-paris.com

  • « Mind The Earth » à la Maison du Danemark

    Conçue par l’urbaniste Kasper Brejnholt Bak en coopération avec le Danish Culture Centre, l’exposition s’attache à montrer les impacts du réchauffement climatique sur notre environnement. Basée sur des images de Google Earth, « Mind the Earth » insiste sur les changements de notre planète. « Les images satellites ne mentent pas et nous permettent de comprendre que nous faisons tous partie d’un tableau complexe, explique Kasper Brejnholt Bak. En voyant les traces très réelles et très importantes que nous laissons sur la planète, nous nous rendons compte qu’elle nous appartient vraiment et que c’est aussi à nous qu’il revient de la protéger. » De quoi alimenter les débats pendant la COP21. B.D.
    www.maisondudanemark.dk

  • Menu de chasse à la Table du Lancaster

    Le chef doublement étoilé Julien Roucheteau propose cet automne un superbe « menu de chasse » à la Table du Lancaster. Au menu, il a sélectionné tous les produits qui font le bonheur des amateurs de produits des sous-bois : cèpes, pâté en croûte de canard sauvage et foie gras, perdreau sauvage sans oublier un superbe lièvre à la Royale. Et surtout un génial soufflé aux cèpes et à la vanille, accompagné d’un sorbet aux myrtilles. A découvrir absolument. B.D.
    www.hotel-lancaster.com

  • Terrasse scandinave au Westin Paris-Vendôme

    Cheminée, boiseries, peaux de bêtes et bougies… Bienvenue au sein du cocon nordique installé sur la terrasse du Westin Paris-Vendôme. Une alcôve chaleureuse et intimiste, idéale pour cocooner en plein hiver. De la décoration aux mets et cocktails inspirés par la gastronomie d’Europe du Nord, tout a été conçu pour une invitation au bien-être et à la relaxation. Et pour que l’expérience soit totale, laissez-vous porter par la playlist relaxante et offrez- vous un soin Konfort au spa Six Senses de l’hôtel. B.D.
    www.westinparis.com

  • Berlin s’installe à Paris

    VisitBerlin et beBerlin ouvrent un pop-up store à Paris, du 7 au 12 décembre dans le quartier de Beaubourg. Durant toute la semaine, les visiteurs pourront faire leur shopping de Noël parmi les produits berlinois les plus tendances du moment. Cette initiative a pour objectif de promouvoir la capitale allemande et son dynamisme effervescent au travers de marques et start-ups innovantes et tendance dans le secteur de la mode, du design, de la beauté, des loisirs et des nouvelles technologies. B.D.
    www.popinto.berlin

  • Le Haras, nouvelle adresse gourmande au Renaissance Paris Hippodrome de Saint-Cloud

    Au cœur du Paris Country Club, le Renaissance Paris Hippodrome propose une halte originale, à quelques encablures de Paris. Dans un cadre verdoyant, l’élégant bâtiment de style anglo-normand accueille une nouvelle adresse gourmande avec le restaurant Le Haras. La salle est lumineuse, bordée par de larges baies vitrées qui offrent une vue apaisante sur les terrasses et le parc de l’hippodrome. Le dépaysement à dix minutes de la capitale. B.D.
    www.renaissanceparissaintcloud.com

  • Les « Goûters du Cœur » reviennent au Café de la Paix

    Il vous reste encore quelques jours pour déguster un goûter gourmand au Café de la Paix et soutenir ainsi l’association Mécénat chirurgie cardiaque. Pour la cinquième année consécutive, Inès de la Fressange, marraine de l’opération, et l’association se mobilisent qui va permettre de récolter des fonds pour aider les enfants atteints de malformations cardiaques venant de pays défavorisés à se faire opérer en France. Tous les jours, jusqu’au 18 décembre, pour chaque goûter à emporter acheté, l’intégralité des recettes sera reversée à Mécénat chirurgie cardiaque et le Café de la Paix doublera la mise. B.D.
    www.cafedelapaix.fr


  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page