11/17
fren
Partager
  • twitter share button

Mai 2013

C’est maintenant

.
Manifestation « Jardins, Jardin » aux Tuileries, Paris : 10ème édition de « Jardins, Jardin » sur le thème de « Nouvelles perspective(s) »

10e anniversaire de « Jardins, Jardin » aux Tuileries, Paris.

Créée à l’initiative de l’association Jardins, Jardin en partenariat avec le musée du Louvre, la manifestation s’est imposée comme référence des tendances du jardin urbain.

Pour sa dixième édition, « Jardins, Jardin » a choisi « Nouvelles perspective(s) » comme thème central. Une année particulièrement riche en événements puisqu’elle coïncide avec le 400e anniversaire de la naissance de Le Nôtre, jardinier de Louis XIV. Au programme, la redécouverte du jardin des Tuileries grâce à un parcours signalétique.
En regard, « Jardins, Jardin » interroge cette année les acteurs du jardin sur les « nouvelles perspectives urbaines » à travers la présentation d’une vingtaine de jardins, terrasses et balcons pédagogiques réalisés par des paysagistes et entreprises spécialisées. Trois autres événements marquent également ce 10e anniversaire : le baptême de la rose Jardins, Jardin par le créateur Philippe Starck, le potager du Carré du Sanglier, au cœur des Tuileries et le baptême de l’orchidée André Le Nôtre de la maison Vacherot & Lecoufle.
Jusqu’au 2 juin
www.jardinsjardin.com

Manifestation d'art contemporain : Les giardini et le lido de la Cité des Doges accueillent la 55e édition de la Biennale

55e Biennale de Venise.

Les giardini et le lido de la Cité des Doges accueillent, jusqu’au 24 novembre, la 55e édition de la Biennale d’art contemporain.

Théâtre, architecture, cinéma, danse, musique, installations et sculptures sont au programme de l’événement.

Pendant cinq mois, Venise accueille une des principales manifestations mondiales dédiée à toutes les expressions artistiques avec une programmation particulièrement chargée cette année, placée sous le signe du « Palais encyclopédique ». A l’Arsenal et dans les jardins sestiere de Castello, les pavillons de 88 pays exposants composent un parcours qui se veut interactif. Pour Massimiliano Gioni, conservateur de la Biennale, cette édition veut mettre l’accent sur la relation entre l’œuvre et le visiteur. Non pas pour présenter une liste stérile d’œuvres contemporaines, mais de mettre en perspectives les liens et les relations entre les inspirations passées et présentes des 150 artistes présents. Aux œuvres récentes, telles les cosmographies de Guo Fengyi, les icônes religieuses de Jean-Frédéric Schnyder ou les vidéos d’Artur Zmijewski, s’ajouteront des productions artistiques du début du XXe siècle comme celles d’Hilma af Klint ou d’Augustin Lesage.
Jusqu’au 24 novembre
www.labiennale.org

Exposition « Max Ernst » à la Fondation Beyeler, Riehen : © Ernst, Au premier mot limpide, Kunstammlung Nordrhein-Westfalen, Düsseldorf Photo Walter Klein, Düsseldorf  2013 Pro Litteris, Zurich

« Max Ernst » à la Fondation Beyeler, Riehen.

Avec plus de 180 peintures, collages, dessins, sculptures et livres illustrés, cette grande rétrospective présente toutes les phases de la création de l’artiste.

Depuis sa mort en 1976, ce sera la première fois que les visiteurs auront l’occasion de découvrir toute la richesse et la diversité de l’œuvre d’un artiste qui a profondément marqué son siècle. Inventant constamment des figures, des formes et des techniques novatrices, telles que le frottage, le grattage, la décalcomanie et l’oscillation, Max Ernst n’a cessé d’explorer des orientations nouvelles. Il a ainsi donné naissance à une œuvre singulière, qui se dérobe à toute définition stylistique limpide et dont l’évolution a également été marquée par la vie mouvementée et les lieux de résidence changeants de l’artiste en Europe et en Amérique.
Jusqu’au 8 septembre
www.fondationbeyeler.ch

Exposition « Emmet Gowin » à la Fondation Mapfre, Madrid : Photo 1 Nancy, Danville, Virginia, 1969 Gelatin silver print © Emmet Gowin, courtesy Pace/MacGill Gallery - Photo 2 Old Hanford City Site and the Columbia River, Hanford Nuclear Reservation, near Richland, Washington, 1986 Gelatin silver print © Emmet Gowin, courtesy Pace/MacGill Gallery, New York

« Emmet Gowin » à la Fondation Mapfre, Madrid.

Plus grande exposition monographique du photographe américain, cette rétrospective comprend environ 200 œuvres.

La recherche artistique d’Emmet Gowin est clairement

influencée par son éducation et ses origines. Né dans une famille profondément religieuse, en Virginie, il a été largement influencé par de grandes signatures, telles que Robert Frank, Henri Cartier-Bresson, Eugène Atget ou Walker Evans. Après avoir adopté les appareils grand format, les images d’Emmet Gowin prennent une réalité mystérieuse et secrète. Renouant avec son amour pour la nature, il réalisé d’incroyables reportages sur des éruptions volcaniques ou sur l’exploitation humain du territoire, avant de se concentrer sur les insectes. Enfin, il y a quelques mois, Emmet Gowin a souhaité pointer son objectif sur les terres andalouses, produisant certaines des photographies aériennes de l’exposition, produites exclusivement pour l’occcasion.
Jusqu’au 1er septembre
www.exposicionesmapfrearte.com

Exposition « Paul Rebeyrolles» au Château Lynch-Bages, Pauillac : © Paul Rebeyrolles Le Sac De MadameTellikdjian

« Paul Rebeyrolles » au Château Lynch-Bages, Pauillac.

Après Di Rosa, Tàpies et Emilio Perez, les anciens chais du château Lynch-Bages accueillent une sélection de peintures et de sculptures de l’artiste rebelle.

Incontournable du XXe siècle et témoin de son époque, Paul Rebeyrolles était un homme passionné et libre. Un peintre et sculpteur engagé qui accusa la violence du monde. Peintre de l’excès, il admirait la puissance des œuvres de Rubens, Courbet, Géricault, Caravage et son œuvre s’inscrit dans leur lignée. Dans ses grands formats, la rage exprimée n’a d’égale

que la richesse des matériaux utilisés : tissus, grillages, paille, crin, cartons, colle, bois insufflent un relief vivant, mouvant aux toiles immenses.
Jusqu’au 31 octobre
www.lynchbages.com

Exposition « Last Train » de Ron Arad au Palazzo Cavalli, Venise / représentation de la vision de l’artiste israélien autour des diamants Steinmetz

« Last Train » de Ron Arad au Palazzo Cavalli, Venise.

Ce « dernier train » est une représentation émouvante et puissante de la vision de l’artiste israélien autour des diamants Steinmetz.

Le poing armé d’une bague ornée d’un diamant pique à travers un drap noir, trace des lignes lumineuses sur une vitre dans une performance mystérieuse. Comme Ron Arad ne voulait pas être le seul artiste à regarder à travers ces raies, il a invité un certains nombres d’autres artistes à prendre le rôle. Cette exposition est une réponse de Ron Arad au souhait de Steinmetz de créer une œuvre de diamant incorporant l’art. La pièce imaginée par l’artiste exprime plus la solidité de la matière première que sa symbolique de valeur et de parure. A l’instar de la reine Elizabeth I qui gravait des vœux d’amour sur les bouteilles avec son « anneau de gribouillage » à Robert Burns qui traçait des poèmes sur les vitres des trains. Avec « Last Train », Ron Arad inaugure une série de collaborations avec la maison Steinmetz. L’exposition s’inscrit dans le cadre de la 55e biennale de Venise.
Jusqu’au 24 novembre

Exposition « Valeur refuge » à la Cité de la céramique, Sèvres : Brancusi Barn with Ladder © Robert Winokur

« Valeur refuge » à la Cité de la céramique, Sèvres.

Cette exposition réunit dans les galeries modernes et contemporaines huit artistes, américains et européens, dont la plupart n’ont jamais été présentés en France.

Révélatrices d’une tendance profonde de l’art contemporain, du design et de la décoration actuelle à concevoir des formes archétypales imprégnées de références au monde rural ou aux premiers temps de l’industrie, leurs sculptures, mobiliers ou objets d’usage constituent une évocation d’un foyer domestique débarrassé de tout détail inutile, à la recherche d’un confort plus juste. De nombreux trompe-l’œil, évoquant admirablement la patine du temps, accordent à la céramique l’apparence du métal et de la rouille, la rudesse primordiale du minéral. Beauté et humilité sont au rendez-vous pour une exposition toute en force et en apaisement.
Jusqu’au 23 septembre
www.sevresciteceramique.fr

Manifestation « Rendez-vous aux jardins », partout en France : Découvrez pendant 3 jours les parcs et jardins publics et privés

« Rendez-vous aux jardins », partout en France.

Pendant trois jours, dans toute la France, la manifestation invite le public à parcourir parcs et jardins publics et privés, pour en découvrir les richesses et profiter des animations qui lui seront réservées.

Cette onzième édition de la manifestation explorera plus spécifiquement le thème du Jardin et ses créateurs. Plus de 2000 jardins seront exceptionnellement ouverts à cette occasion et proposeront de nombreuses animations autour de visites guidées,

démonstrations de savoir-faire, expositions, jeux et concours, promenades musicales, lectures, animations théâtrales, mises en lumière etc.
31 mai, 1et et 2 juin
www.culturecommunication.gouv.fr

Exposition « New Lighting Designs by Paola Petrobelli » à la Gallery Libby Sellers, Londres

« New Lighting Designs by Paola Petrobelli » à la Gallery Libby Sellers, Londres.

L’artiste d’origine italienne et basée à Londres Paola Petrobelli présent ses dernières créations de luminaires.

Grâce à sa collaboration avec le même maître verrier de Murano depuis la fin des années 1990, l’artiste a développé une collection de pièces caractérisées par une grande exigence formelle qui accentue le caractère architectural des verres colorés. Evitant le décoratif, elle favorise le fonctionnel dans une expression pure et sophistiquée.

Pour sa nouvelle collection, baptisée « 24 », Paola Petrobelli utilise un système de construction modulaire, tel un Meccano, comme source d’inspiration. Les formes géométriques moulées ont été conçues pour s’empiler les uns sur les autres. Chaque couche crée ainsi différentes formes et élargit la palette de couleurs à l’infini.
Jusqu’au 14 juin
www.libbysellers.com

Exposition « Nuage » au musée Réattu, Arles : Nuage Françoise Coutant Promenoir à nuages, 2003 Courtesy Galerie Dix9 Paris Photo DR

« Nuage » au musée Réattu, Arles.

Dans le cadre de Marseille-Provence 2013, le musée Réattu d’Arles propose une rêverie artistique autour du nuage.

Manifestation, subtile ou grandiose, du cycle de la vie, spectacle naturel inépuisable, constamment renouvelé et toujours différent, le nuage est un objet de fascination sans fin. Il concentre tous les attributs du merveilleux : l’insaisissable, la métamorphose et, par dessus tout, l’apesanteur. Il est d’emblée le plus efficace des ascenseurs d’imaginaire, celui qui nous permet de se défaire de la gravité. Phénomène naturel, doté d’une matière paradoxale, combinaison de contraires et d’extrêmes (masse, transparence, opacité, inconstance…), le nuage apparaît dans toutes les cultures comme une manifestation hors norme, éternellement branchée sur l’infini. C’est l’objet métaphysique par excellence, mais aussi le plus humain des corps célestes. Extraordinairement ambivalent, à la fois charnel et immatériel, le nuage entre ciel et terre se vit comme un messager.
Jusqu’au 31 octobre
www.museereattu.arles.fr

Exposition « Jardins à la française » aux marchés Paul Bert & Serpette, Saint-Ouen : Affiche de l'exposition

« Jardins à la française » aux marchés Paul Bert & Serpette, Saint-Ouen.

Sous la thématique « l’art de vivre au jardin », les deux marchés star des Puces de Saint-Ouen, le plus grand marché d’antiquités au monde, invitent à une exposition exceptionnelle dans la nouvelle Galerie des Puces.

Le paysagiste et collectionneur Olivier Riols, co-fondateur de « Jardins, Jardin aux Tuileries », qui célèbre avec le Louvre l’anniversaire des 400 ans de la naissance de l’architecte-paysagiste André Le Nôtre, est le directeur artistique de l’exposition. Près de quatre siècles d’histoire de l’art de vivre au jardin sont évoqués au travers d’une centaine de pièces de mobilier, vasques, jardinières, sculptures, tableaux, jardins d’hiver, tapisseries, objets de curiosité… sélectionnés et chinés spécialement auprès des antiquaires des marchés Paul Bert & Serpette. Jusqu’au 29 juillet
www.paulbert-serpette.com

Exposition « The Olfactive Project » au Laboratoire, Paris : Le Laboratoire © Lehanneur / © Baptiste VIALA-Le Laboratoire

« The Olfactive Project » au Laboratoire, Paris.

Plus qu’une exposition, c’est à une véritable exploration sensorielle que convie David Edwards à mi-chemin entre sciences, arts, design et gastronomie.

Ce parcours initiatique, en quatre étapes, propose de découvrir et comprendre, à travers l’expérience du café, en quoi notre troisième sens peut être le vecteur d’un nouveau langage sensoriel. La première expérience fait découvrir quatre odeurs fragmentées, composant l’ADN olfactif du café. Ryan Spinoglio, invité du Laboratoire, a travaillé sur la création de quatre expériences exceptionnelles : un nuage de café (le Whaf), une étonnante capsule intégrée au nouvel objet de design culinaire de David Edwards (l’AeroChef) à travers lequel on peut « respirer et manger » le café et, enfin, de manière traditionnelle, une groupe dégustation avec le Siphon et l’Expresso.
Jusqu’au 15 septembre
www.lelaboratoire.org

Exposition « L’Europe de Rubens » au Louvre-Lens : Les voies du génie Pierre Paul Rubbens Autoportrait © Collectiebeleid

« L’Europe de Rubens » au Louvre-Lens.

Pour sa première exposition internationale, le Louvre-Lens entend éclairer l’époque de Rubens à travers plus de 170 œuvres de l’artiste,

de ses modèles et de quelques uns de ses contemporains, issues des collections du Louvre et de prestigieux musées européens et américains. Evoquant la culture artistique européenne qui compta pour Rubens, l’exposition tente de restituer le dynamisme de la création rubénienne

et traduit le caractère spectaculaire de son inspiration. Elle offre aussi des moments intimes, dévoilant un Rubens plus personnels.
Du 22 mai au 23 septembre
www.louvrelens.fr

Exposition « Paris mon amour, Enoc Perez » à la Galerie Nathalie Obadia, Paris : © EP Montmartre Miami Beach

« Paris mon amour, Enoc Perez » à la Galerie Nathalie Obadia, Paris.

Troisième exposition de l’artiste, « Paris mon amour » exprime son art à travers de ses sculptures.

Après sa participation à Cher Peintre… Peintures figuratives depuis l’ultime Picabia, au Centre Pompidou en 2012, Enoc Perez revient avec ses volumes. Il continue ainsi d’explorer les thèmes de l’architecture moderniste, la nostalgie et la culture de Porto-Rico dont il est originaire et qui est sa source d’inspiration dans son travail pictural. Les sculptures revisitent les atmosphères des hôtels dans les Caraïbes, une thématique qui est également présente dans les peintures des années 2000. Des architectures plus abstraites qui définissent, à travers une palette de couleurs très subtiles et plus austères, des constructions encore modernes mais déjà en passe de devenir des vestiges d’une Amérique et de son histoire.
Jusqu’au 27 juillet
www.galerie-obadia.com

Exposition « Momentané, Ronan et Erwan Bouroullec » au musée des Arts décoratifs, Paris : Bouroullec © Studio Bouroullec / Bouroullec Installation dans la nef © Studio Bouroullec

« Momentané, Ronan et Erwan Bouroullec » au musée des Arts décoratifs, Paris.

Ronan et Erwan Bouroullec revisitent quinze ans de leur création dans la grande nef.

Conçue comme une gigantesque installation, alliant le spectaculaire et l’intime, cette exposition couvre l’ensemble de leur carrière. Toutes les facettes de leur production sont abordées : de l’objet à l’espace, de la série limitée à la pièce industrielle, du mobilier public au meuble à usage domestique, du dessin à la vidéo, en passant par la photographie. La nef et ses deux bas-côtés permettent aux designers trois approches de leur travail. Au centre, la mise en œuvre d’une installation dans un très vaste espace architectural. Côté jardin, la réflexion autour du bureau et de l’espace de travail. Enfin, côté Rivoli,

une approche plus intimiste intégrant le processus de création.
Jusqu’au 1er septembre
www.lesartsdecoratifs.fr

Exposition « N°5 Culture Chanel » au Palais de Tokyo, Paris : Affiche de l'exposition

« N°5 Culture Chanel » au Palais de Tokyo, Paris.

Parfum mythique, le N°5 de Chanel se découvre au fil de cette exposition exceptionnelle.

« Le N°5 est un parfum qui vient de loin. Il traverse des pays, des jardins, des livres, des poèmes, des mouvements artistiques où chaque fois il prend la source de la modernité de sa composition. C’est un parfum qui naît d’une histoire d’amour que sa note de fond, très subtilement, pourrait évoquer à l’instant même où le temps le saisit et le déporte jusqu’à nous, si proche et jamais fugitif ; révélateur de nos manques souvent les plus secrets », déclare Jean-Louis Froment, commissaire de l’exposition. Œuvres d’art, photographies, films, archives et objets rendent compte des multiples inspirations qui ont nourri l’univers et l’imaginaire de Mademoiselle Chanel, faisant écho à sa propre réflexion et donnant naissance à ce parfum unique qu’il s’agisse de ses lieux de prédilection ou des créations de ses amis artistes. Centrée sur la permanence des liens entre Chanel et les arts, « N°5 Culture Chanel » révèle l’essence artistique, intemporelle et iconique du parfum. Jusqu’au 5 juin
www.palaisdetokyo.com

Exposition « Paris haute couture » à l’Hôtel de Ville de Paris : © VIONNET 1932

« Paris haute couture » à l’Hôtel de Ville, Paris.

Réalisée entre autres avec les collections du musée Galliera, l’exposition est l’occasion d’admirer pour la première fois à Paris des modèles d’exception.

« Paris haute couture » invite à contempler les mythiques robes de Chanel, Balenciaga, Vionnet, Courrèges et bien d’autres choisies parmi les plus belles pièces des collections du musée Galliera, ainsi que des prêts d’institutions et des maisons de couture les plus renommées. Sont ainsi réunies pour la première fois à l’Hôteld e Ville, plus d’une centaine de créations retraçant 150 d’histoire de la mode. Une occasion unique de découvrir des chefs d’œuvre pour la plupart jamais dévoilés. Ces tenues sont accompagnées de documents, photographies, dessins, revues mettant en lumière les talents et savoir-faire inestimables. De quoi se glisser dans les coulisses d’ateliers célèbres dans le monde entier et d’assister à la naissance de ces œuvres, de leur conception jusqu’à l’achèvement. Jusqu’au 6 juillet
www.paris.fr

Exposition « Soulages XXIe siècle » à la Villa Médicis, Rome : © Pierre Soulages

« Soulages XXIe siècle » à la Villa Médicis, Rome.

L’Académie de France à Rome organise l’extraordinaire exposition consacrée au plus grand peintre français vivant.

« Soulages XXIe siècle » montre comment cet artiste reconnu internationalement depuis la fin des années 1940 est aujourd’hui un artiste pleinement contemporain à travers une sélection de tableaux et d’œuvres sur papier réalisées depuis le début de notre siècle. Sans tenir lieu de rétrospective, l’exposition dévoile plusieurs espaces qui scandent les différentes étapes de l’œuvre de l’artiste.
Jusqu’au 16 juin
www.villamedici.it

Exposition « Impressions Dior » organisée dans le cadre du festival Normandie Impressionniste 2013 au musée Christian Dior de Granville : © Dior Robe Tulipe

« Impressions Dior » au musée Christian Dior, Granville.

Organisée dans le cadre du festival Normandie Impressionniste 2013, cette exposition témoigne des liens permanents unissant la Maison Dior au mouvement impressionnistes.

Des premières créations de Monsieur Dior, en 1947, jusqu’à celles de Raf Simons, en 2012. Pour cette occasion, le musée Christian Dior fait dialoguer plus de 70 robes avec une sélection de chefs d’œuvre des maîtres impressionnistes, de Monet à Degas, de Renoir à Berthe Morisot…

grâce à un ensemble exceptionnel de prêts issus notamment des collections du musée d’Orsay et du musée Marmottan.
Jusqu’au 22 septembre
www.musee-dior-granville.com

Exposition « David Bowie Is » au Victoria & Albert Museum, Londres : Rétrospective unique consacrée à David Bowie par le V&A Museum

« David Bowie Is » au Victoria & Albert Museum, Londres.

C’est une rétrospective d’une ampleur unique que consacre le V&A à David Bowie.

S’il partage le même lieu (Londres) et la même date de naissance (l’immédiat après-guerre) que de nombreuses rocks stars, Bowie est le seul dont la carrière puisse se prêter à une exposition d’une telle ampleur. En tout, 300 objets ont été sélectionnés parmi les 75.000 stockés dans les archives personnelles de l’artiste.

Manuscrits de chansons, costumes de scène, photographies, films, clips musicaux et décors de scène racontent une carrière parmi les plus spectaculaires de la pop.
Jusqu’au 11 août
www.vam.ac.uk

Exposition « Ron Mueck » à la Fondation Cartier, Paris : Drift, 2009 © Ron Mueck, Photo courtesy Anthony d’Offay, Londres et Hauser & Wirth

« Ron Mueck » à la Fondation Cartier, Paris.

Le sculpteur australien Ron Mueck présente ses œuvres émouvantes et troublantes, marquant son grand retour institutionnel en Europe.

Après le succès de 2005 à la Fondation Cartier, cette nouvelle exposition personnelle est la plus complète et la plus actuelle de la production de l’artiste. Elle dévoile notamment, ouvre six œuvres récentes, trois sculptures réalisées spécialement pour l’occasion. Il émane de sculptures une spiritualité et un profond humanisme suggéré par les sujets en apparence si ordinaires, suscitant une compassion inévitable du spectateur. Au-delà de toute intention portraitiste, Ron Mueck nous confronte à l’inquiétant étrangeté du rapport au corps et à l’existence.

Ces œuvres, révélées dans l’intimité de leur création à travers un film inédit, réaffirment toute la modernité d’un art à fleur de peau, aussi puissant qu’évocateur.
Jusqu’au 29 septembre

L'exposition « Brasilia, un demi-siècle de la capitale du Brésil » à Paris, rend hommage à l’architecte brésilien Oscar Niemeyer : © Fabio Colombini Palais de l’Itamaraty (Ministère des Affaires étrangères), 2010 / © Fabio Colombini Cathédrale Métropolitaine N. Sra. Aparecida, 2010 / © Marcel Gautherot Esplanade des Ministères en construction, 1958

« Brasilia, un demi-siècle de la capitale du Brésil », Paris.

Pour la première fois en France, une exposition exceptionnelle rend hommage à l’architecte brésilien Oscar Niemeyer, à travers l’histoire de la construction de Brasilia, son œuvre maitresse.

Depuis la grande plaine désertique du Planalto Central à son inauguration en 1960 puis à son inscription au Patrimoine de l’humanité en 1987, c’est toute l’histoire de cette cité utopique et futuriste qui est racontée. Chef d’œuvre de l’architecte Oscar Niemeyer, de l’urbaniste Lucio Costa et du paysagiste Roberto Burle Marx, Brasilia représente l’un des dix événements architecturaux majeurs du XXe siècle. A travers un ensemble inédit d’objets rares, photographies historiques et maquettes, l’exposition témoigne de la pensée moderniste de ses bâtisseurs. Jusqu’au 15 juin
www.brasilia50.info


  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page