12/17
fren
Partager
  • twitter share button
Janvier 2014
C’est Maintenant

Chaque semaine, le magazine PLUME VOYAGE vous fait une sélection de news culturelles et d’expositions internationales. Allez y C’est Maintenant !

Pour poursuivre le mois de janvier, nous vous invitons à participer à la Fête du graphisme à la Cité de la mode et du design, à découvrir la Russie d’avant la Révolution au musée Zadkine et l’art étrusque au Louvre Lens, ou encore « Les peintres du paysage provençal » à l’Atelier Grognard à Rueil-Malmaison, et enfin « Maison & Objet » à Paris Nord Villepinte.

  • « Maison & Objet » à Paris Nord Villepinte.

    Pour sa nouvelle édition, le salon Maison & Objet offre à six signatures de la création turque un espace d'expression.

    Le salon de la création, du design et des nouvelles tendances présente pour sa nouvelle session le travail de créateurs turcs, en partenariat avec Tasarim Publishing Group. Réunis au sein du hall 7, Burcu Büyükünal, Deniz Buru, Sule Koç, Ceren Basgöze, Meriç Kara et Umut Demirel y présenteront leurs dernières productions. Design industriel, architecture d’intérieur, mobilier… autant de terrains d’expérimentation et d’innovation qui prouvent le talent créateur de la nouvelle génération turque et toujours les tendances proposées par Elizabeth Leriche, François Bernard et Vincent Grégoire qui développent ici le thème de l’ « ailleurs », un « ailleurs dans la nature » pour Elizabeth Leriche.
    Du 24 au 28 janvier
    www.maison-objet.com

  • « 1ère Fête du graphisme » à la Cité de la mode et du design, Paris.

    Pour la première fois, la Cité de la mode et du design organise une grande manifestation nationale entièrement dédiée à la promotion des arts graphiques sous toutes leurs formes.

    Cette première édition sera l’occasion d’ouvrir le champ du graphisme à tous les publics à travers expositions, projections, rencontres et fêtes. La manifestation s’organise autour de quatre expositions : Paris invite le monde (345 affiches d’artistes internationaux),

    un tour de France des jeunes designers, Gig posters (150 affiches contemporaines) et le film hommage « Galerie Anatome, 50 expositions » qui retrace l’histoire du seul lieu permanent en France dédié au graphisme contemporain.
    Du 30 janvier au 2 février
    www.citemodedesign.fr

  • « Voyage dans l’ancienne Russie » au musée Zadkine, Paris.

    Grâce à cette exposition, on s’immerge dans un monde que l’on croyait à jamais perdu, celui de la Russie d’avant la Révolution.

    Les images réalisées entre 1909 et 1916 par Sergueï Mikhailovitch Procoudine-Gorsky témoignent du quotidien des Russes avec une fraîcheur et une tendresse particulière. Sorties de Russie en 1918, les photos réalisées sur quelque 200 plaques de verre furent acquises par la bibliothèque du Congrès de Washington en 1948. Aujourd’hui numérisées, les images étonnamment contemporaines restituent une époque révolue. Fascinant. Jusqu’au 13 avril
    Musee.zadkine@paris.fr

  • « Les Etrusques et la Méditerranée » au Louvre-Lens.

    Pour sa première exposition archéologique, le Louvre-Lens présente la civilisation étrusque à travers le portrait d’une cité, Cerveteri, la plus connue et l’une des principales de la Méditerranée antique.<

    Le riche patrimoine archéologique, culturel et artistique de la ville se découvre au fil des siècles.

    Plus de 400 pièces, issues des principales collections d’Europe, sont ainsi réunies dont le Sarcophage des Epoux, fleuron des collections étrusques du musée du Louvre, exposé pour la première fois hors de Paris. Une confrontation qui permet de dresser pour la première fois le portrait d’une cité qui joua en Méditerranée antique un rôle comparable à celui d’Athènes, Carthage ou Rome.
    Jusqu’au 10 mars
    www.louvrelens.fr

  • « Les peintres du paysage provençal »

    à l’Atelier Grognard, Rueil-Malmaison.

    Après les peintres de Pont-Aven, début 2013, l’Atelier Grognard offre, à travers le regard de plusieurs générations de peintres régionaux

    et parisiens, de revenir sur le paysage provençal. Avec l’Ecole marseillaise, tout d’abord, véritable déclencheur du style provençal. Ces peintres vont dépeindre ce paysage unique avec le souci de transcrire sur le motif le Provence à laquelle ils sont si attachés. Par la suite, grâce à des échanges avec les cercles artistiques de la capitale, d’autres artistes essaieront de capter sur la toile cette lumière incomparable. La Provence devient ainsi un véritable objet de recherche picturale et accompagne toute la créativité liée à cette époque.
    Jusqu’au 17 mars
    www.rueil-malmaison.fr

  • « Sarkis, Au commencement le blanc » à la Galerie Nathalie Obadia, Paris.

    Troisième collaboration de l’artiste avec la galerie, après « Opus 2 » et « Aura d’après Vaudou », l’exposition rassemble une large sélection d’œuvres inédites et de pièces antérieures de Sarkis, autour du blanc.

    En agençant les œuvres comme des sons, il module les intonations à travers l’accrochage et la participation du spectateur. En invitant le spectateur à toucher les vitraux,

    à consulter les dessins dans un présentoir métallique ou à manipuler les rideaux de soie ancienne, Sarkis prête la responsabilité tactile et corporelle d’une interaction agissante avec les œuvres.
    Du 9 janvier au 1er mars
    www.galerie-obadia.com

  • « Claude Lévêque, Here I rest – Mon repos au Château »

    à l’Institut Culturel Bernard Magrez, Bordeaux.

    Après avoir exposé au Jardin des Tuileries, investi le Pavillon français de la Biennale de Venise (2009), illuminé des hangars et même des moulins, Claude Lévêque propose un parcours inédit d’œuvres visuelles et sonores.

    Pour la première fois, une douzaine d’œuvres sont rassemblées dans le contexte singulier du Château Labottière. En adaptant des œuvres in situ, l’artiste amène le spectateur à redécouvrir l’espace qu’il investit, à saisir les nuances des jeux de lumière. Il invite également à un parcours personnel et universel, celui de son enfance, qui se décline comme une méditation poétique et mécanique.
    Jusqu’au 26 janvier
    www.institut-bernard-magrez.com

  • « Decorum, tapis et tapisseries d’artistes » au musée d’Art moderne, Paris.

    Le musée d’Art moderne de la ville de Paris met l’art textile en lumière avec l’exposition d’une centaine de tapis et tapisseries signés par des artistes modernes.

    Decorum permet de découvrir les œuvres tissées, souvent insoupçonnées, d’artistes injustement méconnus.

    Des pièces anonymes de différentes époques et régions sont également exposées afin de déceler les influences et d’engager des confrontations. Objets à la fois visuels et tactiles, esthétiques et fonctionnels, facilement transportables, tapis et tapisseries transcendent les habituelles frontières des arts décoratifs et du design.
    Jusqu’au 9 février
    www.mam.paris.fr

  • « Donation Florence et Daniel Guerlain » au Centre Pompidou, Paris.

    Le Centre Pompidou consacre une exposition à l’exceptionnelle donation d’œuvres sur papier consentie par Florence et Daniel Guerlain.

    Cette présentation inédite de quelques trois cents dessins choisis parmi l’ensemble de 1200 œuvres que compte la donation Guerlain dresse un panorama de la création sur papier. Cette collection de référence pour l’art sur papier contemporain réunie pour l’essentiel depuis 1990, rassemble plus de deux cents artistes d’une trentaine de nationalités différentes.
    Jusqu’au 31 mars
    www.centrepompidou.fr

  • « Bon voyage » chez merci, Paris.

    A l’occasion du salon Maison & Objet (du 24 au 28 janvier), merci organise une exposition qui illustre l’art de voyager aujourd’hui.

    Depuis que l’homme bouge, les objets de voyage sont le reflet de l’évolution de la société. Aujourd’hui, ils traduisent notre besoin de confort, la légèreté, de praticité et de créativité. Bien loin des coffres du Moyen-Age

    ou des malles cabines empilables nées avec les transatlantiques, les objets de voyage s’adaptent à nos besoin comme en témoignent les produits présentés ici.
    Du 22 janvier au 8 février
    www.merci-merci.com

  • « Chu Teh-Chun, les chemins de l’abstraction » à la Pinacothèque, Paris.

    Troisième volet de la trilogie consacrée aux artistes témoins de leur temps, l’exposition fait basculer dans le monde abstrait.

    Jamais présentée comme l’un des facteurs importants ayant permis la naissance de l’abstraction, la photographie affranchit pourtant l’artiste qui peut donner libre cours à son imagination, sans s’attacher au sujet réel. Pour illustrer cette analyse, le choix de Chu Teh-Chu s’est imposé. Inspiré de l’art de Goya, l’artiste chinois moins connu que son contemporain Zao Wou-Ki, montre que la nature, même libérée de la figuration, reste le témoin de son temps. Le travail de Chu Teh-Chu prend comme point de départ la nature, où seul compte le mouvement, la perpétuelle évolution des couleurs et des formes.
    Jusqu’au 16 mars
    www.pinacotheque.com

  • « David Lynch, Small Stories » à la Maison européenne de la photographie, Paris.

    Cinéaste de renom, David Lynch est aussi plasticien, designer et musicien. Pour la MEP qui lui a donné carte blanche, il a imaginé l’exposition.

    Autour d’une quarantaine de photographies en noir et blanc, créées spécialement pour l’occasion, David Lynch raconte de petites histoires.

    Des images oniriques, troublantes, habitées… dans lesquelles le visiteur retrouvera les motifs récurrent de l’univers de David Lynch.
    Du 15 janvier au 16 mars
    www.mep-fr.org

  • « Laurent Craste, Transforme/pose /figure » au musée des Beaux-Arts, Montréal.

    Artiste d’origine française travaillant à Montréal depuis le début des années 1990, Laurent Craste présente une exposition originale et contemporaine,

    mettant en avant son travail sur la porcelaine qui combine savoir-faire artisanal et exploration conceptuelle. Des archétypes tirés du répertoire des principales manufactures françaises de porcelaine du XVIIIe et XIXe siècles, Laurent Craste détourne la forme et l’iconographie par l’altération, la déformation voire la destruction et questionne le statut de l’objet décoratif. Il explore ainsi plusieurs thèmes : le fétichisme, la trahison et la violence, aussi bien que l’ornementation, particulièrement les motifs floraux et la représentation de la figure humaine.
    Jusqu’au 30 mars
    www.mbam.qc.ca

  • « Hommage à Nelson Mandela » au musée Dapper, Paris.

    Espace dédié aux arts et cultures d’Afrique, des Caraïbes et leurs diasporas,

    le musée Dapper rend un double hommage au leader Sud-Africain.

    Deux temps forts célèbreront l’homme qui fut le premier président de l’Afrique du Sud post-apartheid. Une soirée lecture permettra de faire entendre la voix intime, parfois colérique, mais toujours résistante du combattant Madiba, futur prix Nobel de la Paix. Conversations avec moi-même, son recueil de pensées préfacé par Barack Obama, et Un long chemin vers la liberté, récit de souvenirs de sa captivité, fourniront la matière et les mots de cette mise en voix. Par ailleurs, la projection du film de Clint Eastwood, Invictus, permettra de revenir un match de rugby qui a été une des premières étapes de la création de la « nation-arc-en-ciel » encore balbutiante.
    Les 17 et 18 janvier
    www.dapper.fr

  • « Mira Schendel » à la Tate Modern, Londres.

    Mira Schendel fut l’un des artistes d’après-guerre les plus importants

    et les plus prolifiques d’Amérique Latine. Avec ses contemporains Lygia Clark et Hélio Oiticica, Schendel réinvente le langage du modernisme européen au Brésil. La Tate Modern organise la première grande rétrospective internationale dédiée à l’artiste. L’exposition révèle le dialogue de Schendel a entretenu avec les philosophes et penseurs de son époque, ainsi que son engagement avec les idées universelles de foi, de compréhension de soi et de l’existence. Avec plus de 250 œuvres, dessins et sculptures, cette exposition présente aussi des œuvres qui n’ont encore jamais été exposées. Jusqu’au 19 janvier
    www.tate.org.uk

  • « Devant l’horizon »

    à la Fondation Mirò, Barcelone.

    La ligne d’horizon est un élément du paysage que nous avons tous au moins une fois admirée.

    C’est également le cas pour les artistes. L’attrait du pouvoir de l’horizon est l’axe central de l’exposition. Grâce à des peintures, des photographies et des sculptures allant du romantisme et de l’impressionnisme à nos jours, Devant l’horizon explore la dualité énigmatique de l’horizon, en revisitant la nature changeante de sa présentation et en s’interrogeant sur son rôle de miroir paradoxal des mutations de l’histoire et de la culture. Jusqu’au 16 février
    www.fundaciomiro-bcn.org

  • « Pouet ! » au musée du Cinquantenaire, Bruxelles.

    Bien sûr, dans la famille des jouets en caoutchouc dits « couineurs », « à cris », il y a Sophie la Girafe.

    Mais c’est loin d’être le seul exemple comme le démontre cette exposition ludique qui plonge le visiteur dans la culture populaire enfantine du XXe siècle. Les quelque 600 pièces présentées dévoilent aussi les habitudes les modes et même les designs parfois surprenant du passé. Des premiers « pouets » en caoutchouc des années 1930 jusqu’à leur fabrication industrielle intensive aux quatre coins du monde, « Pouet ! » passionnera aussi bien les plus jeunes que les connaisseurs qui apprécieront des pièces très rares.
    Jusqu’au 15 juin 2014
    www.kmkg-mrah.be


  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page