09/17
fren
Partager
  • twitter share button
Mars 2015
C’est Maintenant

Chaque mois, le magazine PLUME VOYAGE vous propose un choix de news culturelles et d’expositions internationales. Pour terminer ce mois de mars, nous vous proposons d’aller à la découverte des savoir-faire des métiers des arts décoratifs au quai d’Orsay ou encore de s’émerveiller devant le talents des artisans des métiers d’art un peu partout en France et en Europe. A moins que vous ne préfériez retrouver la magie des toiles de Degas à Giverny ou de parcourir les œuvres des nouveaux talents du dessin contemporain. Nous vous invitons à plonger dans l’univers magiques des toiles de Paul Gauguin, à découvrir le travail de l’artiste thaïlandais Arin Rungjang, à admirer la création britannique contemporaine en matière de bijoux ou encore l’exceptionnelle collection de boutons présentée au musée des Arts décoratifs. Et alors que la Fashion Week de Paris vient de se terminer, nous vous proposons d’aller à Londres, à la rencontrer d’Alexander McQueen. A moins de préférer s’intéresser à la notion même de paysage à Graz, en Autriche ou de redécouvrir la Victoire de Samothrace au Louvre. Ou d’aller encore plus loin, à Brisbane, s’immerger dans l’univers de David Lynch. Nous vous invitons également à deux séances de rattrapage : après Paris, l’exposition consacrée à Garry Winogrand s’installe à Madrid et celle autour de David Bowie, qui a rencontré un incroyable succès à Londres, vient à Paris. A moins que vous ne préfériez célébrer la journée de la Femme ou encore découvrir la première exposition consacrée aux photos réalisées avec un téléphone mobile. Allez-y, C’est maintenant !

  • « AD Collections » au ministère des Affaires étrangères, Paris.

    Le magazine AD organise sa nouvelle d’exposition de mobilier au quai d’Orsay.

    Désireux de mettre en avant les arts décoratifs, une spécificité française, le magazine met en scène le talent d’architectes d’intérieur d’exception. « AD Collections » présente objets et meubles de haute facture traités dans des matériaux nobles et édités en petites séries. Artisans, décorateurs ou encore designers oeuvrant pour de grandes maisons de luxe, les 50 talents sélectionnés par la rédaction présentent chacun trois pièces inédites et significatives de leur univers.
    Jusqu’au 5 avril
    www.admagazine.fr

  • « L’esprit et la main » à la Manufacture des Gobelins, Paris.

    Depuis plus de dix ans, les Journées européennes des métiers d’art mettent en relief la diversité et le dynamisme des métiers d’art dans treize pays européens.

    Cette année, près de 6000 événements – rencontres, démonstrations de savoir-faire, ateliers-découverte, visites guidées etc. – se tiennent en France dans les ateliers d’artisans, musées et centres de formation. Cette neuvième édition se décline sur le thème des « Territoires de l’innovation » et vise à faire découvrir comment les ambassadeurs des savoir-faire d’excellence réinventent leurs métiers, repoussent les limites de la création et relèvent le défi d’un développement économique et culturel durable. La Manufacture des Gobelins présente ainsi, pour la première fois, une exposition relative à ses ateliers de restauration, espace très particulier et toujours fermé au public. Une occasion unique d’effectuer une percée dans les coulisses d’une institution séculaire, le Garde-meuble royal, impérial et républicain, aujourd’hui nommé Mobilier national.
    Les 27, 28 et 29 mars
    www.journeesdesmetiersdart.fr

  • Au musée des Impressionnismes à Giverny

    « Degas, un peintre impressionniste ? » Si Edgar Degas est aujourd’hui considéré comme l’un des grands artistes impressionnistes, il entretint un rapport complexe avec ses camarades et la peinture de plein-air,

    caractéristique du moment impressionniste dans la carrière de nombreux artistes. L’exposition, organisée en partenariat avec le musée d’Orsay, présente quatre-vingts œuvres – peintures, sculptures, pastels, monotypes et dessins – pour explorer les différentes facettes de l’œuvre de Degas. Jusqu’au 17 juillet
    www.mdig.fr

  • « DDessin (15) » à l’Atelier Richelieu, Paris.

    Pour sa troisième édition, DDessin, cabinet de dessins contemporains, rassemble une vingtaine de galeries françaises et étrangères, mettant à nouveau à l’honneur le dessin sous toutes ses formes, à travers des travaux d’artistes émergents ou plus établis.

    Des projets spécifiques viennent ponctuer ce parcours intimiste, propice à la déambulation. Carte blanche est donnée à Denis Croisat et Didier Beaumelle, collectionneurs d’art contemporain, afin de découvrir, pour la première fois, une partie de leurs trésors.
    Du 27 au 29 mars
    www.ddessinparis.com

  • « Paul Gauguin » à la Fondation Beyeler, Bâle.

    Cette grande rétrospective, la plus importante consacrée à Paul Gauguin depuis soixante ans en Suisse,

    montre aussi bien les autoportraits très divers de l’artiste que les tableaux visionnaires et d’empreinte spirituelle datant de son séjour en Bretagne. Mais surtout, elle accorde une place prépondérante aux toiles connues dans le monde entier que Gauguin a réalisées à Tahiti. L’artiste y célèbre un idéal d’un monde exotique intact liant nature et culture, mysticisme et érotisme, rêve et réalité dans une parfaite harmonie. En complément à ces toiles, l’exposition présente également une sélection de mystérieuses sculptures de Gauguin, qui font revivre l’art largement disparu des mers du Sud.
    Jusqu’au 28 juin
    www.fondationbeyeler.ch

  • « Arin Rungjang, Mongkut » à la Maison d’art Bernard Anthonioz, Nogent-sur-Marne.

    S’intéressant plus particulièrement à certains aspects méconnus de l’histoire thaïlandaise et à leurs rapports avec le présent dans les sites et les contextes où il déploie sa pratique artistique,

    Arin Rungjang focalise son travail sur des objets susceptibles de réunir des événements distants les uns des autres dans le temps et l’espace. Avec Mongkut, l’artiste axe sa recherche sur une forme symbolique vénérée par les Thaïlandais. Il y évoque les relations franco-siamoises qui se sont nouées pendant les règnes parallèles du roi Rama IV (1851-1868) et de l’empereur Napoléon III (1852-1870). Une période marquée par l’expansion colonialiste européenne dans la majeure partie de l’actuel Sud-Est asiatique.
    Jusqu’au 17 mai
    http://maba.fnagp.fr

  • « Britain 2015 » à la Galerie Elsa Vanier, Paris.

    La Galerie Elsa Vanier hisse à nouveau l’Union Jack pour présenter la création contemporaine britannique.

    Le souhaite réitéré de la galerie d’illustrer la diversité des styles de l’art du bijou Outre-Manche anime cette exposition qui met en avant neuf talents très différents. Les créateurs, souvent primés et de renommée internationale, proposent tout autant des pièces « rock » ou « gothiques » que des bijoux précieux à l’originalité discrète.
    Jusqu’au 8 mai
    www.elsa-vannier.fr

  • « Déboutonner la mode » au musée des Arts décoratifs, Paris.

    L’exposition est l’occasion de dévoiler une collection unique au monde de plus de 3000 boutons

    avec une sélection de plus de 100 vêtements et accessoires de mode féminine et masculine choisis parmi les couturiers les plus emblématiques tels que Paul Poiret, Elsa Schiaparelli, Christian Dior, Jean-Paul Gaultier ou encore Patrick Kelly. Datés du XVIIIe au XXe siècle, ces boutons sont de véritables objets d’art par la préciosité des matériaux et techniques qui entre dans leur fabrication. Réalisés par des artisans issus de disciplines diverses (passementiers, brodeurs, orfèvres, verriers, céramistes…), ils cristallisent à eux seuls la mémoire et l’évolution des savoir-faire. Acquise en 2012, cette collection a reçu le statut d’œuvre d’intérêt patrimonial majeur par la commission consultative des Trésors nationaux.
    Jusqu’au 19 juillet
    www.lesartsdecoratifs.fr

  • « Landscape in Motion » au Kunsthaus Graz, Graz.

    Les limites de la surface de la terre ont été révélées par les premières photographies prises depuis l’espace.

    Cette prise de conscience a induit une compréhension différente de notre interaction avec la terre, le paysage. Alors que nous vivons dans l’anthropocène, période dans laquelle l’humanité est prépondérante, la notion de paysage change. Considéré comme infini, il nous apparaît de plus en plus comme fini. L’exposition propose un aperçu historique de la perception du paysage, en s’appuyant sur le développement des photos du genre à la fin des années 60.
    Jusqu’au 26 octobre
    www.museum-joanneum.at

  • « David Lynch : Between two Worlds » à la Gallery of Modern Art, Brisbane.

    Pour la première fois en Australie, la création artistique et cinématographique de David Lynch est présentée à travers une rétrospective qui considère la pratique de l’artiste dans tous les médias.

    Depuis des peintures et des dessins des années 1960 aux peintures récentes, l’exposition dresse un portrait de David Lynch touche à tout, brillant et immensément créatif, quel que soit le média utilisé. Peintre, photographe, cinéaste, toutes les facettes du personnage sont explorées et illustrées par des œuvres pour certaines rarement exposées.
    Jusqu’au 7 juin
    www.qagoma.qld.gov.au

  • « Alexander McQueen : Savage Beauty » au Victoria & Albert Museum, Londres.

    Alexander McQuenn, créateur de mode visionnaire et parmi

    les plus innovants de sa génération, a été célébré pour son extraordinaire talent. Il a su marier une profonde compréhension de la couture à des influences éclectiques, contestant ainsi en permanence les frontières entre art et mode. L’exposition, seule grande rétrospective consacré à McQueen en Europe, met en vedette plus de 200 créations, dont quelques pièces rares prêtées par des particuliers et des collectionneurs privés. Un cabinet de curiosités présente également des dessins réalisés par McQueen en collaboration avec le joaillier Shaun Leane et le modiste Philip Treacy.
    Jusqu’au 2 août
    www.vam.ac.uk

  • « La Victoire de Samothrace, redécouvrir un chef-d’œuvre » au musée du Louvre, Paris.

    Après un an de restauration, la silhouette de l’un des plus célèbres monuments du musée du Louvre s’offre de nouveau aux regards des visiteurs.

    Offert aux grands dieux de Samothrace suite à une victoire navale, le monument de la Victoire de Samothrace, composé d’une statue de déesse ailée – la messagère de la victoire – et d’une base en forme de proue de bateau posée sur un socle bas, a été découvert en 1863 dans le sanctuaire de Samothrace, au nord de la mer Egée. Depuis son arrivée au Louvre, le monument n’a cessé d’évoluer au fil des restaurations permettant de mieux le comprendre. Sa dernière grande restauration dévoile la splendeur des teintes du marbre et permet de découvrir pour la première fois les fragments du bras et de l’aile droits, jusqu’à présent conservés en réserve.
    Jusqu’au 15 juin
    www.louvre.fr

  • « Garry Winogrand » à la Fondation Mapfre, Madrid.

    Si vous avez raté l’exposition dédiée au photographe américain, foncez à Madrid !

    Défini, à l’époque, par le directeur de la photographie du MoMA John Szarkowski, comme « l’artiste central de sa génération », Garry Winogrand s’est imposé comme l’un des photographes les plus importants et les plus influents du XXe siècle, au même titre que Walker Evans ou Lee Friedlander. Ce parcours de plus de 200 photos témoigne de la réalité de ces Etats-Unis effervescents de la deuxième moitié du XXe siècle, ce qui valut au photographe le titre de « chroniqueur de l’Amérique ».
    Jusqu’au 3 mai
    www.fundacionmapfre.org

  • « Femmes du monde » aux Maisons du Voyage, Paris.

    A l’occasion de la journée de la Femme, le 8 mars, les Maisons du voyage fêtent les femmes à travers une exposition qui se déploie sur trois sites, autour de la place Saint-Sulpice.

    Célèbres ou anonymes, ces femmes ont en commun d’avoir marqué leur époque par une prise de position ou un geste qui changea à tout jamais le cours de l’histoire. Qu’elles soient élégantes, passionnées, insoumises, combattantes, militantes inlassables, adulées ou parfois sacrifiées, elles ont fait le choix d’aller à l’encontre de leur époque et su poser sur leur temps un regard critique. Tels sont les portraits peints par Fabrizio Ruggiero. D’autres, simples anonymes aussi ordinaires qu’extraordinaires, ont été photographiées aux quatre coins de la planète par Marc Riboud, Floriane de Lassée.
    Jusqu’au 6 juin
    www.lesmaisonsduvoyage.com

  • « Mobile Photo Now » au Colombus Museum of Art, Columbus.

    Pour la première grande exposition jamais consacrée par un musée aux photos réalisées avec un telephone mobile, le Colombus Museum of Art (CMA) s’intéresse à cet art émergent et au pouvoir des médias sociaux.

    Pour réaliser cette exposition, le CMA et #JJ Community, une des communautés de photographes les plus actives dans le monde, se sont associées pour présenter 320 photos prises par 240 photographes de 40 pays.
    Jusqu’au 22 mars
    www.colombusmuseum.org

  • « David Bowie is » à la Philarmonie, Paris.

    Après le Victoria & Albert Museum de Londres, la Philarmonie de Paris accueille la grande exposition consacrée à David Bowie et se penche sur le processus créatif de l’icône de la musique pop.

    Véritable expérience visuelle et sonore, « David Bowie is » revient sur le style sans cesse changeant et en perpétuelle réinvention du chanteur, sur une période de cinq décennies. Elle témoigne du parcours hors normes et de l’influence sur la culture populaire d’un artiste unique et inclassable. Un itinéraire riche et passionnant qui entraine de Londres à Paris, de New York à Berlin.
    Jusqu’au 31 mai
    www.philarmoniedeparis.fr

  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page