06/17
fren
Partager
  • twitter share button
Mai 2016
C’est Maintenant

Béatrice Delamotte

Nous restons en Europe pour terminer ce mois de mai avec quatre expositions très différentes. L’une consacrée à Mona Hatoum à la Tate Modern à Londres, l’autre à LaToya Ruby Frazier à Bordeaux. A moins de préférer les couleurs des œuvres de Turner à Aix-en-Provence ou une exposition collective d’œuvres de la collection Pinault à Venise. Mais également, l’exposition consacrée à l’Ecole de Paris au musée Guggenheim de Bilbao, celle de la photographe allemande Kiki Kausch à St Barth, la rétrospective organisée par le Château Lynch-Bages à Pauillac ou encore la très belle exposition sur la céramique à l’aéroport de Roissy. Mais aussi, un petit tour d’Europe culturel de Londres à Berlin, en passant par Metz et Rome. De l’influence de la peinture sur la photographie notamment chez les pré-Raphaëlites aux trésors artistiques maya, de l’importance de la musique dans la création abstraite aux sculptures arachnéennes de Barbara Salvucci, encore plein de belles oeuvres à découvrir, deux expositions en Bretagne consacrées au réalisateur de films d’animation irlandais Tomm Moore et le début du chantier de réhabilitation de la Bibliothèque humaniste de Sélestat par Rudy Ricciotti. Sinon, nous vous proposons également une grande exposition consacrée à l’art italien des années 60 à Venise ou encore une rétrospective dédiée au sculpteur espagnol Miguel Blay à Madrid.
Chaque semaine, le magazine PLUME VOYAGE vous propose un choix de news culturelles et d’expositions internationales. Allez-y, C’est maintenant !

  • « Mona Hatoum » à la Tate Modern, Londres.

    Née à Beyrouth dans une famille palestinienne,

    Mona Hatoum est connue pour ses installations à grande échelle et ses sculptures qui remettent en question les langages officiels du minimalisme et du surréalisme pour exposer un monde caractérisé par les conflits et les contradictions. Dès ses débuts, dans les années 1980, elle a intégré la vidéo et les performances dans des œuvres qui expriment une réalité divisée, assiégée par le contrôle politique et social. Ainsi dans une vidéo, elle documente une performance dans laquelle elle marche pieds nus dans les rue de Brixton avec une paire de Dr. Martens attachée aux chevilles. Cette exposition retrace 35 ans de carrière, de façon de penser à la fois poétique et radicale à travers un large éventail d’œuvres.
    Jusqu’au 21 août. www.tate.org.uk

  • « LaToya Ruby Frazier – Performing social Landscapes » au CAPC, Bordeaux.

    Les photos de LaToya Ruby Frazier ont pour sujet sa ville natale, Braddock en Pennsylvanie, ou plus exactement les habitants de cetet ville.

    C’est la banlieue ouvrière de Pittsburgh où était située une importante aciérie. Depuis plusieurs années, elle poursuit un travail sur ses proches en les prenant comme des témoins de la crise économique. Son travail s’inscrit dans une longue lignée de photographes engagés comme Dorothea Lange, Walker Evans et Gordon Parks. Dans cette exposition, elle s’intéresse à trois générations de femmes : sa grand-mère, sa mère et l’artiste elle-même via des autoportraits. Dépassant le cadre de la photographie documentaire, LaToya Ruby Frazier réalise des compositions complexes qui utilisent plusieurs cadrages et mises en abyme en ayant recours au geste performatif.
    Jusqu’au 13 octobre. www.capc-bordeaux.fr

  • « Accrochage » à la Punta della Dogana, Venise.

    L’exposition rassemble près de soixante-dix œuvres n’ayant jamais été exposées

    depuis leur entrée dans la collection Pinault. Plus des deux tiers des artistes sont présentés pour la première fois dans le cadre d’une exposition de la collection. Conçue spécifiquement pour les espaces de Punta della Dogana, elle occupera l’ensemble du musée. Pour élaborer cette exposition collective, le choix a été fait de suivre des lignes directrices, telles les règles d’un jeu, plutôt que de se concentrer sur un thème, une période ou un mouvement artistique. Bien que toutes très différentes, ces créations ont en commun une certaine simplicité, une certaine ouverture qui ont pour effet d’élargir la place de l’autre, celle du visiteur.
    Jusqu’au 6 novembre. www.palazzograssi.it

  • « Turner et la couleur » à l’Hôtel de Caumont Centre d’art, Aix-en-Provence

    Plaçant au cœur de son parcours la couleur, essence même de la création de Turner, cette exposition invite à redécouvrir la vie et l’œuvre de ce grand artiste sous un jour nouveau, jusqu’à présent inexploré dans les rétrospectives qui lui ont été dédiées.

    Riche de plus de cent aquarelles, gouaches et huiles sur toile, provenant de prestigieux musées, cette grande monographie est également l’occasion de découvrir des œuvres inédites appartenant à des collections particulières, ainsi que des ensembles d’aquarelles réunis pour la première fois.
    Jusqu’au 18 septembre. www.caumont-centredart.com

  • « Panoramas de la ville – L’Ecole de Paris,

    1900-1945 » au musée Guggenheim, Bilbao

    A l’orée du XXe siècle, Paris est la capitale de l’avant-garde. Des artistes du monde entier se pressent la Ville Lumière où ils inventent de nouvelles formes d’art et de littérature en réponse aux rapides mutations qui transforment la vie urbaine. Du Cubisme à l’Orphisme et au Surréalisme, ainsi que les artistes inscrits dans la mouvance de l’Ecole de Paris, cette vaste exposition présente quelques-unes des peintures et sculptures les plus influentes du siècle dernier, œuvres de créateurs tels que Brancusi, Braque, Delaunay, Modigliani ou Picasso. Quels que soit leur style ou leur démarche, les artistes représentés dans cette exposition partagent la même volonté de rejeter les esthétiques conventionnelles et de transformer la perception de la vie quotidienne dans la ville moderne.
    Jusqu’au 23 octobre. www.guggenheim-bilbao.es

  • « Kiki Kausch – de Berlin à St Barths » à la Galerie Eden Rock, Saint-Barth

    Quand Kiki Kausch visite St Barts en 2015 pour la première fois, elle sait immédiatement qu’elle va revenir.

    Pour cette exposition, dix œuvres de la série « Follow the red Bag » sont présentées. Elles racontent l’histoire d’une jeune femme mystérieuse qui voyage dans les endroits les plus glamours de la planète avec son fameux sac rouge. Un récit plein de poésie et de charme.
    Jusqu’au 15 juillet. www.edenrockhotel.com

  • «Rétrospective» au Château Lynch-Bages, Pauillac.

    Amatrice d’art contemporain, la famille Cazes invite chaque année depuis 1989,

    grâce à la coopération de la Galerie Lelong, un artiste de renommée internationale à exposer son travail au Château Lynch-Bages. Cette année, la propriété accueille une grande rétrospective réunissant, dans le cuvier historique, des œuvres remarquables de ces artistes. Au total, vingt-cinq œuvres de quatorze artistes – dont Alechinsky, Ernest Pignon-Ernest, Rebeyrolle, Tapiès ou Jean Le Gac – sont mises à l’honneur à cette occasion.
    Jusqu’au 31 octobre. www.jmcazes.com

  • « Réinventer l’ailleurs » à l’aéroport Paris-Charles de Gaulle.

    La sixième exposition d’Espaces Musées, en partenariat avec Sèvres-Cité de la céramique, présente au public international de Roissy Charles de Gaulle (terminal 2E, hall M)

    la passionnante aventure de la céramique : un savoir-faire à la fois millénaire et toujours contemporain. Des premières terres cuites à la découverte de la porcelaine, des premiers artisans aux plus grands artistes internationaux, l’exposition rassemble une soixantaine d’œuvres issues des collections du Musée national de Sèvres. Ces céramiques illustrent l’évolution des goûts et des techniques ; elles dialoguent avec le temps et l’espace et témoignent de l’importance des échanges culturels dont elles font l’objet, aujourd’hui encore.
    Jusqu’au 31 décembre. www.espacesmusees.com

  • « Painting whith Light : Art and Photography from the Pre-Raphaelites

    to the Modern Age » à la Tate Britain, Londres

    L’aube de la photographie a coïncidé avec une vague d’idée révolutionnaires dans les arts et d’interrogations sur comment les images doivent être créées et vues. La photographie s’est alors inspirée de l’art des anciens maîtres qui ont formé nombre de photographes de l’époque. Turner a ainsi inspiré les premières images panoramiques de paysages. L’exposition présente ainsi de nombreux exemples de ces inspirations telles que la nostalgie de Millais ou de John Brett. Plus tard dans le siècle, les photos de la vie rurale d’Emerson et Goodall semblent inspirées par la peinture impressionniste, tandis que Whistler et Langdon Coburn ont réalisé des nocturnes de la Tamise à la fois en photo et sur toile. L’exposition célèbre également le rôle de plusieurs femmes photographes.
    Jusqu’au 25 septembre. www.tate.org.uk

  • « Musicircus » au Centre Pompidou, Metz.

    Dans la continuité du parcours Phares, l’exposition met en valeur une quarantaine d’œuvres majeures de la collection du Centre Pompidou.

    Elle interroge la pratique d’artistes célèbres, musiciens amateurs (Vassily Kandinsky jouait du violon) ou mélomanes (Sol LeWitt possédait des centaines d’enregistrements dans sa collection) dont l’œuvre a été influencée par la musique. Le projet met en lumière le caractère primordial des notions de rythmes dans la naissance de l’abstraction ainsi que les correspondances entre écritures plastiques et musicales, à l’aube du minimalisme.
    Jusqu’au 17 juillet. www.centrepompidou-metz.fr

  • « Barbara Salvucci – INK » au musée Carlo Bilotti, Rome.

    Après une première exposition solo à l’Académie de Hongrie à Rome,

    l’artiste romaine Barbara Salvucci poursuit ses recherches en traitant un matériau résistant qu’elle manipule pour le rendre malléable. Dans cette nouvelle exposition, Barbara Salvucci aborde toujours le thème de la transformation avec son « île de zinc » à la magie puissante. La résine devient ici l’un des principaux éléments de la création et transforme la sculpture en objet aérien.
    Jusqu’au 26 juin. www.museocarlobilotti.it

  • « Les Maya – le langage de la beauté » au Martin-Gropius Bau, Berlin.

    Les Maya sont une des plus anciennes cultures du monde et cette exposition s’attache à montrer la magnificence et la diversité de l’expression artistique maya.

    Avec près de 300 œuvres, dont de nombreux trésors nationaux mexicains, elle rappelle que le corps et l’apparence physique sont centraux dans l’art pré-hispanique. Les Maya présentent ainsi leur vision de la vie en utilisant divers matériaux et techniques pour décrire leurs relations avec les divinités, parler de leur vie quotidienne, mais aussi de littérature, d’astronomie, de musique et de danse. Il ressort de ces créations non seulement une idée de l’homme, mais surtout un idéal de beauté et de spiritualité, inscrite dans un ensemble cosmique plus complexe.
    Jusqu’au 7 août. www.gropiusbau.de

  • Tomm Moore au Château de la Hunaudaye

    et au musée de Landévennec.

    Deux sites emblématiques du patrimoine breton, l’ancienne abbaye de Landévennec et le château de la Hunaudaye, organisent ensemble un parcours régional composé de deux expositions autour de l’œuvre deTomm Moore et du studio de films d’animation Cartoon Sallon. Les films du réalisateur irlandais s’enracine dans la culture de son pays. La mer comme les grandes forêts du passé, les plus beaux monuments nationaux ou les merveilleux manuscrits enluminés, tous sont mobilisés pour raconter de belles histoires certes irlandais, mais surtout universelles. Sa patte graphique est aussi reconnaissable, notamment par l’hommage vibrant rendu à l’enluminure médiévale.
    Jusqu’au 31 octobre. www.la-hunaudaye.com et www.musee-abbaye-landevennec.fr

  • « Imagine – New Imagery in Italian Art, 1960-1969 » à la Peggy Guggenheim Collection, Venise.

    Dans l’Italie des années 1960, à l’apogée du boom économique, l’expérimentation artistique connaît une intensité et un rythme sans précédent.

    Les buts alors recherchés sont de créer un nouveau vocabulaire de signes et d’images à même de traduire la vitalité de la société et de la culture contemporaines. L’exposition offre une approche nouvelle sur la richesse de la production artistique italienne de la période. Le thème principal, le fil rouge, de l’exposition réside dans la façon dont l’image figurée, transitoire et métamorphosée, en se libérant du monochrome, sert à construire un nouveau système de représentation durant un laps de temps très court de l’histoire de l’art italien.
    Jusqu’au 19 septembre. www.guggenheim-venice.it

  • Pose de la première pierre de la Bibliothèque humaniste de Délestât.

    Projet phare de la ville de Délestât,

    la Bibliothèque humaniste est au cœur d’un vaste chantier qui permettra à la fois d’assurer la conservation du patrimoine exceptionnel qu’elle abrite, dont la bibliothèque personnelle du savant Beatus Rhenanus inscrite au Registre de la mémoire du monde de l’Unesco, mais aussi d’accueillir du public pour assurer la transmission de ce patrimoine universel aux générations futures. Le projet architectural, imaginé par Rudy Ricciotti, entend renforcer l’enracinement de ce précieux équipement patrimonial dans le tissu des rues et places du centre-ville de Sélestat. La qualité architecturale de l’extension, habillée de grès rose et marquée par une série de piliers jouant sur des effets de transparence et de lumière constitue un bel équilibre entre héritage et modernité. Rendez-vous en 2018 pour l’inauguration…
    www.bibliotheque-humaniste.fr

  • « Solidity and Beauty – Miguel Blay » au musée du Prado, Madrid.

    A l’occasion du 150e anniversaire de la naissance de Miguel Blay (1866-1936), un des plus importants sculpteurs espagnols de la fin du XIXe siècle, le musée du Prado présente un ensemble exceptionnel de dessins, médailles, notes manuscrites et œuvres clés du travail de l’artiste.

    le musée du Prado présente un ensemble exceptionnel de dessins, médailles, notes manuscrites et œuvres clés du travail de l’artiste. Autant d’éléments qui permettent d’avoir une vue d’ensemble des différentes phases créatives de Miguel Blay tout au long de sa carrière et de l’évolution de son art de traduire les émotions, la sincérité et la beauté d’une façon sereine.
    Jusqu’au 2 octobre. www.museodelprado.es

  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page