10/17
fren
Partager
  • twitter share button
Juin 2015
C’est Maintenant

Béatrice Delamotte

Chaque semaine, le magazine PLUME VOYAGE vous propose un choix de news culturelles et d’expositions internationales. Pour terminer ce mois de juin, nous vous proposons une plongée dans la collection impressionniste de Paul Durant-Ruel à Philadelphie à moins de découvrir le travail de la sculptrice anglais Barbara Hepworth à la Tate Britain ou la critique douce-amère du luxembourgeois Markiewicz à la Biennale de Venise et le travail d’André Putman pour le CAPC de Bordeaux. Nous vous proposons également une escapade en Bretagne pour découvrir les œuvres d’Alberto Giacometti, un voyage à Amsterdam à la découverte des précurseurs des magazines de mode et de leurs illustrateurs, à moins de préférer aller à Lens pour s’émerveiller devant les œuvres d’or et d’ivoire du Moyen-Age. Et pour les amoureux de design, direction l’Allemagne pour plonger au cœur du design contemporain africain, « Europe, The Future of History » au Kunsthaus à Zürich, « American Moments » à la Phillips Collection àWashington DC, « Jardins de voyageurs » à la Saline royale Arc-et-Senan et « Dolce vita ? Du Liberty au design italien » au musée d’Orsay à Paris, le travail de l’artiste belge Lili Dujourie à Gand et de la français Valérie Jouve à Paris, de suivre les chemins des migrants au Frac Lorraine ou encore de découvrir les œuvres d’artistes chinois à BerlinAllez-y, C’est maintenant !

  • « Barbara Hepworth : Sculpture for a Modern World » à la Tate Britain, Londres.

    Pour la première rétrospective londonienne consacrée à la sculptrice Barbara Hepworth (disparue en 1975), la Tate Britain met en lumière le rôle de plan que l’artiste a joué au sein du monde international de l’art tout au long de sa carrière.

    Avec plus de 70 œuvres, l’exposition rassemble des œuvres majeures en pierre ou en bronze, des pièces moins connues et celles d’autres artistes. L’occasion de s’intéresser au travail de cette figure de proue, dès les années 1930, de l’art moderne au Royaume-Uni et qui sera mondialement reconnu dans les années 1950-1960. B.D. www.tate.org.uk

  • « Discovering the Impressionists : Paul Durand-Ruel and the New Painting »

    au Philadelphia Museum of Art, Philadelphie.

    Le marchand d’art parisien Paul Durand-Ruel a eu un rôle prépondérant dans la renommée des Impressionnistes. Il a participé aux premières luttes et au triomphe de ces artistes qui ont révolutionné la peinture contemporaine. Après avoir été présentée au musée du Luxembourg, à Paris, l’exposition s’installe à Philadelphie. L’occasion de revoir de nombreux chefs-d’œuvre des figures de proue du mouvement : Manet, Monet, Degas, Renoir, Pissarro ou encore Marie Cassatt. La diversité et la qualité des œuvres présentées témoignent de l’étroite relation qui unissait Durand-Ruel aux plus grands artistes de son temps, de sa foi inébranlable dans la peinture contemporaine… et son sens des affaires. Jusqu’au 13 septembre. B.D. www.philamuseum.org

  • « L’éternel dans l’instant – Andrée Putman » au CAPC, Bordeaux.

    Andrée Putman a fait sienne cette définition de la modernité empruntée à Charles Baudelaire : « l’éternel dans l’instant ».

    La designer rappelle ainsi que pour le poète, la modernité « ce n’est jamais de nier le passé, mais c’est le revoir autrement. » Pour le CAPC, musée d’art contemporain de Bordeaux, Andrée Putman a conçu, de 1983 à 1990, l’ensemble de l’aménagement intérieur et du mobilier de l’Entrepôt Lainé, un ancien bâtiment industriel. Imaginée comme une parade, l’exposition propose une déambulation dans ce riche univers où rigueur, élégance et émotion caractérisent la réalisation de cette figure éminente du design.
    Jusqu’au 10 janvier. B.D.
    www.capc-bordeaux.fr

  • « Paradiso Lussemburgo par Filip Markiewicz » à la Ca’ del Duca, Venise.

    Plasticien, performer, vidéaste, musicien, les créations de Filip Markiewicz mixent genres et médiums pour révéler la violence du réel dans la politique et la morale.

    Dans le cadre de la Biennale de Venise, il expose à la Ca’ del Duca l’équivalent d’un « portrait » documentaire, critique et sentimental de son pays, le Luxembourg. L’œuvre prend la forme d’un vaste théâtre tout à la fois musée, laboratoire de création, lieu de divertissement culturel. « Paradiso Lussemburgo » met en scène le Luxembourg, dans le contexte européen et mondial, comme un échantillon national où se mélangent de nombreuses nationalités et cultures qui constituent l’identité même du pays.
    Jusqu’au 22 novembre. B.D. www.mudam.lu

  • « Alberto Giacometti » à la Fondation Hélène & Edouard Leclerc, Landerneau.

    Ce projet rassemble plus de 150 œuvres, réunies en partenariat avec la Fondation Giacometti à Paris.

    Ce très large ensemble de sculptures, peintures, dessins et lithographies permet d’embrasser toute la diversité du travail de l’artiste. Des œuvres de la période présurréaliste et surréaliste à celles de la maturité, jusqu’aux œuvres ultimes, l’exposition déroule l’ensemble d’une carrière artistique prolifique, produite dans l’espace mythique de l’atelier de Giacometti à Montparnasse.
    Jusqu’au 25 octobre. B.D. www.fonds-culturel-leclerc.fr

  • « The origin of fashion magazines » au Rijksmuseum, Amsterdam.

    Les éditeurs de gravures de mode ont tout fait pour rendre leur produit plus attrayant possible.

    Ils ont attirés des illustrateurs renommés à cet effet, et certains sont même devenus des spécialistes de la description des modèles en respectant le plus fidèlement possible les modèles, avec un grand sens de l’élégance. Le graveur était chargé de transférer l’esquisse et un coloriste ajoutait les couleurs. L’exposition présente des illustrations réalisées, entre autres, pour Paul Poiret. Le concept de « la mode est un art » a marqué le début d’une nouvelle ère. Les illustrations de ses modèles ont inspiré bon nombre de magazines actuels.
    Jusqu’au 27 septembre. B.D. www.rijksmuseum.nl

  • « D’or et d’ivoire » au Louvre, Lens.

    Bien que très courte, la période 1250-1320 est marquée par des évolutions décisives en Europe, tant sur le plan politique, économique et social qu’intellectuel et artistique.

    Le renouveau de la pensée modifie la compréhension du monde et donc les manières de le représenter. Parallèlement, les arts connaissent d’importantes innovations technologiques et l’émergence de très grandes personnalités. Progressivement, les créateurs ne sont plus simplement considérés comme des artisans au service de l’Eglise, mais comme des artistes oeuvrant pour la société. La seconde moitié du XIIIe siècle occupe ainsi une place à part dans l’histoire de l’art : celle d’un complexe apogée, très différent selon les perspectives où l’on se place.
    Jusqu’au 28 septembre. B.D. www.louvrelens.fr

  • « American Moments » à la Phillips Collection, Washington DC.

    A travers plus de 130 photographies tirées des collections permanentes, la Phillips Collection propose un portrait de l’Amérique.

    Plus de trente artistes renommés sont représentés dont Bruce Davidson, Louis Faurer ou encore Arnold Newman. L’exposition met en valeur la force et la variété des points de vue via cette sélection d’images exceptionnelles datant de la moitié du XXe siècle. Des dons récents permettent aussi de découvrir la place qu’a pris la ville dans la représentation de l’Amérique. L’abstraction des bâtiments et les compositions modernistes témoignent de l’importance croissante de l’industrie dans la vie quotidienne des Américains.
    Jusqu’au 13 septembre. B.D. www.phillipscollection.org

  • « Europe, The Future of History » au Kunsthaus, Zürich.

    Quelle image symbolise l’Europe ? La chute du mur de Berlin ?

    Les droits universels de l’Homme, le championnat d’Europe de football ou le Grand prix Eurovision de la chanson ? Depuis l’Antiquité, il n’existe plus d’image au singulier de l’Europe, devenue une mosaïque aux multiples facettes. Telle est la thèse que cette exposition développe sous forme d’explorations artistiques les plus diverses. A travers utopies, rêves et réalités, elle tente de véhiculer des formes de représentation de cette vision qui peut sembler abstraite : celle d’une Europe pacifique. Du XIXe au XXIe siècle, l’exposition se concentre sur la période allant de la construction des Etats-nations à l’interdépendance post-nationale qui caractérise notre présent.
    Jusqu’au 6 septembre. B.D. www.kunsthaus.ch

  • « Making Africa, un continent de design contemporain » au Vitra Design Museum, Weil-am-Rhein.

    Il est temps de laisser la parole au « continent noir ». L’exposition jette une lumière nouvelle sur le design contemporain en Afrique.

    Sur la base de nombreux exemples, « Making Africa » montre comment le design accompagne le changement économique et politique sur le continent et l’engagement étroit entre disciplines connexes telles que les beaux-arts, le graphisme, l’illustration, le cinéma, la photographie, l’architecture et l’urbanisme. Sur cette scène en pleine effervescence, les nouveaux médias ont largement participé à de changement de perspective .
    Jusqu’au 13 septembre. B.D. www.design-museum.de

  • « Jardins de voyageurs » à la Saline royale, Arc-et-Senan.

    Les années 1775-1779, au cours desquelles la Saline royale est construite, correspondent à l’époque exceptionnelle des grands voyageurs, pénétrés de cette soif de découvrir et d’apprendre, de posséder le savoir et de le faire partager afin de concourir au progrès et au bonheur de l’Homme.

    Dans le cadre du 15e Festival des jardins, ce sont donc douze parcelles qui déclinent des thèmes tels les voyages imaginaires, l’Orient des écrivains, le paradis spirituel, le voyage immobile ou encore la quête de l’Eden terrestre.
    Jusqu’au 18 octobre. B.D. www.salineroyale.com

  • « Dolce vita ? Du Liberty au design italien » au musée d’Orsay, Paris.

    Dans l’Italie du début du XXe siècle, les arts décoratifs sont les héritiers d’une grande tradition artisanale et artistique, et ils se font les interprètes du désir de progrès d’une nation venant de trouver son unité.

    Ebénistes, céramistes, maîtres verriers travaillent souvent en collaboration avec les plus grands artistes, créant ainsi un véritable « style italien » destiné à influence la naissance même du design moderne. Il s’agit là d’une période d’ « optimisme paradoxal » dont l’objectif est de mettre en avant ces décennies d’intense créativité sur fond d’une société en profonde mutation, qui connaîtra le traumatisme de la première guerre mondiale et l’issue tragique du régime mussolinien.
    Jusqu’au 13 septembre. B.D. www.musee-orsay.fr

  • « Lili Dujourie, Folds in Time » au Mu.Zee | S.M.A.K, Gand.

    Depuis la fin des années 60, l’œuvre de l’artiste belge louvoie entre la peinture et la sculpture.

    Après ses débuts caractérisés par des objets en acier et colorés, sa pratique évolue vers la photographie figée et la vidéo. Par ces nouveaux médias, Lili Dujourie ne s’intéresse pas seulement aux questions picturales et sculpturales, mais également aux questions actuelles de l’époque sur le genre et l’identité. Elle transforme les spécificités physiques et culturelles des matériaux. Les motifs de l’art, de la littérature et de la musique constituent une source cruciale pour la pratique artistique de Dujourie.
    Du 6 juin au 4 octobre. B.D. www.muzee.be

  • « Tous les chemins mènent à Schengen » au FRAC Lorraine, Metz.

    L’exposition questionne, par le biais de propositions d’artistes et d’archives, sur les liens entre notre société sédentaire, repliée sur elle-même, et les mouvements de population qui, pour différentes raisons, souhaitent rejoindre l’Europe.

    Centrée sur la figure de l’éternel marcheur – depuis le Juif errant jusqu’aux migrants de Calais en passant par la communauté des gens du voyage -, cette exposition articulée autour des œuvres de dix artistes contemporains et d’une large sélection d’archives historiques se prolonge par de nombreuses marches organisées entre Metz et Schengen.
    Jusqu’au 4 octobre. B.D. www.fraclorraine.org

  • « From a Poem to the Sunset » à la Daimler Contemporary, Berlin.

    En 2013, la collection d’art Daimler a fait l’acquisition d’œuvres d’artistes chinois.

    Ce sont ces œuvres ainsi que des acquisitions plus récentes qui sont présentées ici. Représentants des tendances abstraites et conceptuelles, des nouveaux médias, ils forment un mouvement culturellement distinctif. Ces tendances actuelles dans l’art contemporain chinois se confrontent à des artistes occidentaux à l’occasion de conférences et de spectacles.
    Jusqu’au 30 août. B.D. http://art.daimler.com

  • « Valérie Jouve » au Jeu de Paume, Paris.

    Au croisement de l’art et du documentaire, du politique et du poétique, la démarche de Valérie Jouve tient de la volonté d’affirmer la résistance des individus face à la normalisation sociale et urbaine.

    Depuis la fin des années 1980, ses photos explorent inlassablement le rapport que nous entretenons à la ville et aux manières d’habiter l’espace. Les deux sujets classiques du paysage et du portrait sont associés de telle sorte que, dans la densité de situations urbaines, prennent place des scènes hautement chorégraphiées.
    Jusqu’au 27 septembre. B.D. www.jeudepaume.org


  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page