09/17
fren
Partager
  • twitter share button

Octobre 2011

C’estmaintenant

Dublin Contemporary 2011
Dublin s’offre une légitimité artistique avec la première édition de Dublin Contemporary. Première grande exposition d’art contemporain en Irlande, la manifestation se tient à Earlsfort Terrace jusqu’à fin octobre. Exposées dans un ancien bâtiment victorien du XVIIIe siècle, les installations et pièces répondent à un décor laissé un peu décrépit pour leur donner une âme, et leur permettre d’échapper aux traditionnels « cubes blancs » affectionnés par les musées, fondations et galeries. Relayant la manifestation placée sous le commissariat de Jota Castro et Christian Viveros-Fauné, quatre autres institutions – parmi les plus grandes galeries de la capitale – se sont également prises au jeu : la National Gallery of Ireland, la Douglas Hyde Gallery, la Dublin City Gallery The Hugh Lane, et la Royal Hibernian Academy. Explorant la thématique « Terrible Beauty : Art, Crisis, Change & The Office of Non-Compliance », cette première édition présente le travail de plus de 110 artistes irlandais et internationaux. Avec eux, Dublin prend une assise créative internationale. Jusqu’au 31 octobre 2011. Thomas Hirschhorn, The Green Coffin, 2006, wood, spray paint, polystyrene, hands made of synthetic resin and ceramic, watches, tape, print, cardboard, fabric, chess pieces, chess boards, crustaceans made of plastic, sculpture photocopies, handbags, Courtesy of galleria Alfonso Atiaco. Photo DR . Texte Marie Le Fort .www.dublincontemporary.ie

 


Mumok à Vienne– Musée des Désirs
Pierre anguleuse en basalte du fameux MQ (Museum Quarter), le MUMOK a ré-ouvert à la rentrée pour accueillir, à l’occasion de son dixième anniversaire, le Museum der Wünsche – ou Musée des Désirs. Une exposition qui s’ouvre sur La Vedova Blu, l’araignée bleue poilue de Pino Pascali (1968), et met en exergue la richesse de sa collection moderne et contemporaine à travers des toiles de Paul Klee ou Gerhard Richter, des installations de Sol Lewitt ou Dan Flavin, une œuvre murale de Cindy Sherman et de nombreuses sculptures et photographies. Une référence en la matière. Jusqu’au 8 janvier 2012. Texte Marie Le Fort
www.mumok.at

 

Abstractions picturales à Bilbao
Avec l’exposition « Abstractions picturales, 1949-69 : œuvres choisies des collections Guggenheim », le Guggenheim Bilbao se penche sur la tendance à l’abstraction qui emmena la création artistique en Europe et Amérique du Nord pendant les deux décennies d’après-guerre. En réponse au chaos provoqué par la Seconde Guerre Mondiale et sous le couvert de la philosophie existentialiste, de nombreux artistes européens eurent en effet recours à l’hybridation et à la synthèse, et évoluèrent de l’expressionnisme abstrait vers l’art informel pour échapper au joug des tyrannies politiques et des codes esthétiques. Dans leur sillage, l’histoire de l’art s’écrivit au contact du talent de Jean Dubuffet, Marc Rothko, Pierre Alechinsky, Lucio Fontana, Frank Stella, Victor Vasarely… Jusqu’au 8 janvier 2012.
Texte Marie Le Fort
Kenneth Noland, Changement de transmission (Trans Shift ), 1964, Acrylique sur toile, 254 x 288,3 cm, Solomon R. Guggenheim Museum, New York. Acquise grâce aux fonds apportés par Elaine et Werner Dannheisser et The Dannheisser Foundation 81.2812.
www.guggenheim-bilbao.es

 

« Irving Penn and Issey Miyake: Visual Dialogue »
Orchestrant une rencontre entre deux génies, le Design Sight de Tokyo crée un dialogue visuel entre les photographies d’Irving Penn et les coupes du créateur Issey Miyake. Et comme le grand photographe dit du créateur japonais en 1988 : « Il puise son inspiration des formes de la nature – des coquillages, des algues, des galets – et des matériaux naturels – papier, soie, coton, bambou – en leur ajoutant des airs mystérieux de mythologie ou de folklore. Ses créations ne sont pas « à la mode’ », mais donnent aux femmes qui les portent une richesse qui les rend plus belles encore ». A découvrir jusqu’au 29 janvier 2012.
Texte Marie Le Fort www.2121designsight.jp

 

Entre force et fragilité.
Jean-Michel Othoniel au Leeum Samsung Museum of Art à Séoul. Après le Centre Pompidou à Paris, la rétrospective de Jean-Michel Othoniel « My Way » est présentée, en ce moment, en Corée du Sud, à la galerie Plateau du Leeum Samsung Museum of Art de Séoul, jusqu’au 27 novembre 2011. A travers des mondes imaginaires, des inspirations mythologiques, des métaphores oniriques et des expériences personnelles, la soixantaine d’œuvres en sulfure, phosphate, verre soufflé et cire de l’artiste français, d’apparence fragile et naïve, racontent la sexualité, l’ambivalence du monde, une certaine tension entre la beauté et la répulsion. Un hommage de l’artiste au surréalisme et à la culture populaire. La rétrospective sera ensuite installée au Hara Museum à Tokyo et au Brooklyn Museum à New York (17 août – 9 novembre 2012). La galerie Plateau (ancienne Rodin Gallery) a réouvert en mai 2011 et expose de façon permanente les chefs d’œuvre du maître, Les Bourgeois de Calais et les Portes de l’Enfer. Jean-Michel Othoniel. Vue de la rétrospective « My Way », Leeum Samsung Museum of Art / Plateau (8 septembre – 27 novembre 2011). ©Adagp, Paris, 2011. Courtesy Galerie Perrotin, Paris. PLATEAU
. 150 Taepyeongno 2-ga
Jung-gu, Seoul 100-716 Korea. Texte PLUME www.plateau.or.kr

 


  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page