01/18
fren
Partager
  • twitter share button
novembre 2017
Retour à l'article

Pour réaliser des portraits existentiels, il faut pousser le modèle au delà de ses limites.

IRVING PENN AU GRAND PALAIS. PLUMEVOYAGE @plumevoyagemagazine © IRVING PENN

En 1947, Irving Penn invente un décor en angle où il « coince » son modèle.

« Le fait de prendre des stars et de les mettre dans un coin, c’est quand même incroyable ! » s’exclame Jerôme Neutres. « Au fond, c’est une sorte de provocateur. Il change tous les codes parce que c’est un créateur de monde. Le portrait en coin n’est pas seulement un artifice. C’est très graphique, très dessiné, très géométrique. Mais cela permet surtout de pousser le modèle dans ses retranchements. C’est pour cela qu’il faisait de longues poses, qui parfois énervait ses modèles. Il parlait même de fêlure derrière la façade que l’on montre de soi-même. Irving Penn allait chercher quelque chose de l’ordre de l’intime, ce qui pour lui, était la beauté : la vérité d’un personnage ».

  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page