09/17
fren
Partager
  • twitter share button

Juin 2013

C’est maintenant

Exposition « L’estuaire de l’impressionnisme » au Point de Vue, Deauville : © Christoph Grill La plage du Havre (photo 2)

« L’estuaire de l’impression-
nisme » au Point de Vue, Deauville.

Deauville a passé commande au photographe autrichien Christoph Grill pour retourner sur les sites et plages où hier Boudin, Courbet et Monet posèrent leur chevalet.

Ce double regard – tableaux d’hier et photographies d’aujourd’hui – constitue une exposition qui associe, sous forme de diptyques, 22 reproductions de tableaux avec des photographies contemporaines.

Hier, comme aujourd’hui, l’estuaire de la Seine s’affirme au cœur de la thématique de l’eau, choisie comme fil rouge 2013 par le festival Normandie impressionnisme.
Jusqu’au 29 septembre
www.deauville.fr

Exposition « Les nouvelles folies françaises » au Domaine national, Saint-Germain-en-Laye : Photo 2 : Une Saine Scène de N. Triboi © P. Kanitzer

« Les nouvelles folies françaises » au Domaine national, Saint-Germain-en-Laye.

Clou de la saison culturelle du musée de Saint-Germain-en-Laye, l’exposition rend hommage à André Le Nôtre dont on fête le 400e anniversaire de la naissance cette année.

Par ses grandes et multiples créations que sont Vaux-le-Vicomte, Chantilly et Versailles, Le Nôtre a acquis sa renommée. Il a également dessiné les parterres de Saint-Germain-en-Laye, avec sa Grande terrasse et sa perspective déviée.

Pour rendre hommage à ce génie, l’exposition vise à recréer de « nouvelles folies » contemporaines dans le Domaine national. En sollicitant des artistes internationaux de renom, les jardins du Domaine s’ouvriront à la création d’œuvres éphémères (ou pérennes) et de sculptures végétales « in natura » qui habilleront le jardin, ses allées, sa terrasse. Il s’agit également de construire un espace ludique propice à la promenade et à la liberté d’imagination, destinés à tous les publics.
Jusqu’au 14 octobre.
www.musee-archeologienationale.fr

Exposition « Lorna Simpson » au Jeu de Paume, Paris : © Lorna Simpson

« Lorna Simpson » au Jeu de Paume, Paris.

Rendue célèbre dans les années 1980 et 1990, l’artiste afro-américaine née à Brooklyn Lorna Simpson aborde la représentation complexe du corps noir,

à travers différents médiums tandis que ses textes donne une signification toujours ouverte à l’imagination du spectateur. Cette rétrospective révèle les continuités de ses recherches conceptuelles et performatives. Dans ses œuvres alliant photographie et texte,

ainsi que dans ses installations vidéo, elle intègre, tout en les bouleversant, les genres de l’image fixe et de l’image en mouvement et s’en sert pour poser la question de l’identité, de l’histoire, de la réalité et de la fiction. Elle introduit de la complexité dans l’utilisation qu’elle fait de la photographie et du cinéma, dans les objets trouvés qu’elle exploite, dans les processus qu’elle élabore pour relever les défis qu’elle lance à elle-même et aux spectateurs.
Jusqu’au 1er septembre.
www.jeudepaume.org

Festival « Art, villes & paysages / Art, cities & landscape », à Amiens et King’s Lynn : Photo 1:  "Le Park" - Antoine Nessi - © Paul Kanitzer / Photo 2 : BANLIEUE collectif (Uncommon) © Gaël Clariana

« Art, villes & paysages / Art, cities & landscape », à Amiens et King’s Lynn.

Pour sa 4e édition le festival « Art, villes & paysage » convie la scène anglaise et donne la paroles aux jeunes plasticiens et paysagistes d’outre-Manche et de Belgique.

Ainsi à Amiens, vingt-neuf projets seront à découvrir dans les hortillonnages, tandis qu’à King’s Lynn, six projets de plasticiens et paysagistes français seront installés dans cette ville portuaire du Norfolk. Fragments de terre suspendus, jardin anglais,

« floating delights », cabine hydrophone ou plantation de waide, cette édition propose une immersion artistique dans le paysage incroyable des hortillonnages, entre terre et eau. A découvrir en barque, à pied ou à vélo.
29 et 30 juin
www.maisondelaculture-amiens.com

Exposition « Modigliani et l’école de Paris » à la Fondation Pierre Gianadda, Martigny : © Modigliani Kisling Femme au chale polonais

« Modigliani
et l’école de Paris » à la Fondation Pierre Gianadda, Martigny.

En collaboration avec le Centre Pompidou et les collections des musées suisses

l’exposition rassemble environ 80 œuvres. Parmi elles, dont plusieurs ne sortent jamais

ou très rarement de l’institution, sont présentés à la fois les emblématiques portraits et nus de Modigliani, mais aussi des œuvres des figures principales de l’école de Paris qui furent ses amis et parfois ses inspirateurs. Retraçant la trajectoire d’Amedeo Modigliani, l’exposition met son évolution esthétique singulière en vis-à-vis des œuvres des artistes qui lui sont le plus proches. Elle développe une thèse originale, présentant l’œuvre de Modigliani comme la synthèse de deux cultures et deux univers formels à l’articulation desquels il évolue. D’une part la tradition du portrait, maintenue vivace par les artistes cosmopolites de l’école de Paris, et d’autre part la révolution esthétique du cubisme.
Jusqu’au 24 novembre
www.gianadda.ch

Manifestation artistique « Nouvelles vagues » au Palais de Tokyo, Paris : 21 jeunes curateurs ou groupes de curateurs internationaux, sélectionnés parmi plus de 500 candidatures

« Nouvelles vagues » au Palais de Tokyo, Paris.

Grande manifestation composée de 21 jeunes curateurs ou groupes de curateurs internationaux,

sélectionnés parmi plus de 500 candidatures, l’exposition transforme le Palais de Tokyo et est l’occasion de révéler artistes,

idées et situations pour lesquels s’engagent ces nouveaux professionnels. Cette manifestation est l’occasion de souligner l’émergence de cette nouvelle figure du curateur qui s’épanouit auprès des artistes. Personnage souvent indépendant, qui invente des expositions à travers le monde, le curateur n’est ni galeriste ni conservateur, il échappe aux règles académiques, comme à celles du marché de l’art ou aux codes des institutions. « Nouvelles vagues » témoigne de cette transformation de l’écosystème de l’art. Grâce au Comité interprofessionnel des galeries d’art, cet événement est complété par l’implication de plus d’une trentaine de lieux dans la capitale qui s’associent au Palais de Tokyo et invitent chacun un jeune curateur à concevoir une exposition dans leur espace. Cette cinquantaine de propositions constitue un mouvement inédit dans la vie artistique à Paris et ouvre un nouveau regard sur les pratiques de l’art contemporain.
Jusqu’au 9 septembre
www.palaisdetokyo.com

Exposition « My Joburg » à la Maison rouge, Paris : © Simon Gush Prayer, 2011 / © Mary Sibande Wish you were here… 2010

« My Joburg » à la Maison rouge, Paris.

En présentant un panorama de la scène artistique de Johannesburg,

l’exposition met plus particulièrement l’accent sur une jeune génération d’artistes, encore largement méconnue en France.

A travers les travaux de peintres, photographes, vidéastes et plasticiens, « My Joburg » décrit une ville en pleine mutation, chargé d’histoire sociale, politique et urbaine. Le projet tente d’en capter certaines facettes. Sans prétention d’exhaustivité, mais avec des regards neufs et curieux, l’exposition rend compte de la diversité et de la richesse de sa création artistique en dévoilant les récentes créations de plus de 40 artistes couvrant les trois dernières générations joburgeoises. Ce parcours sera complété par des propositions d’acteurs du milieu artistique de Johannesburg tels que Bettina Malcomess et Dorothee Kreutzfeld qui proposent un accrochage en écho à leur ouvrage Not Utopia, une version très personnelle de leur ville.
Jusqu’au 22 septembre
www.lamaisonrouge.org

Exposition « La condition humaine » de Nathalie Decoster à l’Hostellerie de l’Abbaye de Celle : © Nathalie Decoster "Trace du Temps"

« La condition humaine » de Nathalie Decoster à l’Hostellerie de l’Abbaye de Celle.

Sculptrice contemporaine reconnue, l’artiste revient aux sources de son inspiration pour cette exposition.

L’histoire commence par une invitation. En 2001, Nathalie Decoster est invitée par Alain Ducasse à séjourner à l’Hostellerie de l’Abbaye de Celle.

La sérénité et la spiritualité de cette maison de Provence lui inspirent de nouvelles créations. Aujourd’hui, l’exposition présente les œuvres inspirées par les jardins de l’hôtel. A travers sa grammaire associant personnages en bronze à des formes géométriques, elle délivre des messages philosophies universels et revendique « l’intéressante » fragilité humaine bien souvent cachée derrière la façade de personnes fortes et inébranlables. Elle nous fait prendre conscience de notre absurde relation au temps dans une société « d’homme moderne », développe la notion de l’enrichissement, du partage des idées ou encore fait un parallèle entre la vie de l’homme et cette de la nature.
Jusqu’au 31 janvier 2014.
www.abbaye-celle.com

Exposition « Pissarro » au musée Thyssen-Bornemisza, Madrid : © Camille Pissaro Rue Saint-Honoré por la tarde

« Pissarro »
au musée Thyssen-Bornemisza, Madrid.

Cette première exposition monographique dédiée au peintre en Espagne

rassemble 80 œuvres issues de nombreux musées et collections

particulières du monde entier. Centré sur l’art du paysage de Pissarro, l’exposition permet d’explorer de façon chronologique les différents lieux où l’artiste a travaillé et vécu. Paysages de campagne avec les vues de Louveciennes ou de Pontoise, ou paysages urbains de la dernière décennie de sa vie, les toiles dressent une géographie amoureuse des sites préférés de Pissarro, aussi bien en France qu’à Londres. A la fois peintre fondateur du mouvement impressionniste, mais aussi le moins reconnu Camille Pissarro a inspiré de nombreux artistes de son époque, à l’instar de Paul Cézanne ou Claude Monet. Jusqu’au 15 septembre
www.museothyssen.org

Exposition Iris Van Herpen à la Cité internationale de la dentelle et de la mode, Calais :  © Iris van Herpen-Synesthesia

Iris Van Herpen à la Cité internationale de la dentelle et de la mode, Calais.

A seulement 29 ans, la jeune styliste néerlandaise a déjà marqué les esprits et les podiums avec des créations futuristes proches de la sculpture.

En présentant une trentaine de pièces réalisées entre 2008 et 2012, la Cité internationale de la dentelle et de la mode invite le visiteur à se plonger dans l’univers avant-gardiste

de cette jeune surdouée de la mode. Les créations d’Iris Van Herpen, regroupées par collections et par périodes, prennent place sur de grands socles qui révèlent leur tridimensionnalité. Les œuvres dialoguent ainsi avec des photographies accrochées en vis-à-vis. Dans l’auditorium, le public peut découvrir sur grand écran les créations portées et en mouvement à travers la projection des défilés de la créatrice.
Jusqu’au 31 décembre
www.cite-dentelle.fr

Exposition « Déjà vu » à la Galerie secondome, Rome : © Analogia Salone

« Déjà vu » à la Galerie secondome, Rome.

Le Trastervere, à Rome, compte une nouvelle galerie, secondome.

Pour fêter son ouverture, le lieu accueille l’exposition « Déjà vu »,

inspirée par les icônes classiques de l’architecture. Les œuvres d’artistes tels que Zaven, Arik Levy, Sam Baron, Analogia Project (Andrea Mancuso et Emilia Serra)
et Nigel Coates témoignent de leur réinterprétation du classique. Le résultat est une présentation collective de pièces néo-classiques, éditées en séries très limitées.
www.secondome.eu

Exposition « Paradis parfumé » de David West à la Galerie Nuke, Paris : © David West "Hommage à Jean-Claude Forest" / © David West "Fille de glace"

« Paradis parfumé »
de David West à la Galerie Nuke, Paris.

Comme le suggère le titre de l’exposition, David West tente de tisser des liens entre le bonheur et l’idéal inaccessible, la violence et la volupté, entre le peintre et son tableau. Préférant s’affranchir d’un courant ou d’une école artistique,

David West est avant tout un passionné du médium peinture, du plaisir pur dans le geste. Il fait éclater l’espace, vibrer le corps et la narration, laissant place à la subjectivité de chacun. Dans son œuvre, on retrouve du Matisse, du Otto Dix ou encore du Ernst Ludwig Kirchner.

Le style est nerveux, sec, le pinceau vif et saisissant. Les toiles transportent dans un jardin d’Eden contemporain, autour des thèmes de la ville, de la musique, des femmes et de la nuit.
www.nuke.fr

Manifestation artistique Paris : Derniers jours des D'Days / © Plume

Derniers jours des D’Days à Paris !

Le design est à l’honneur comme chaque année à Paris jusqu’au 9 juin.

L’association appelée désormais DDay’s égrènent des mises en scènes dans des galeries, des show rooms, des écoles et des boutiques, accessibles au grand publique, dans trois parcours, rive droite, rive gauche et ce week end à Pantin. Au gré des manifestations, des expositions, vernissages,

débats et évènements, créativité, inventivité, savoir-faire et visions s’expriment dans une même envie de célébrer le design et l’ouvrir à tous. Mention spéciale à la collaboration de l’Ecal (l’Ecole Cantonale d’Art de Lausanne) et de Baccarat avec les différentes interprétations du verre Harcourt et de l’objet lampe. Et aussi aux réalisations de Tai Ping et Fabrica qui a donné carte blanche à dix jeunes talents du centre de recherche du groupe Benetton, comme le « Reservoir rug » de Dean Brown, sous la direction de Sam Baron.
Toute la programmation : www.designersdays.com

Exposition photo à la Galerie Max Estrella, Madrid :  « Humanae Work in Progress, Angélica Dass », l’artiste brésilienne déploie la gamme chromatique des différents tons de peau humaine

« Humanae Work in Progress, Angélica Dass » à la Galerie Max Estrella, Madrid.

Le travail proposé par l’artiste brésilienne déploie la gamme chromatique des différents tons de peau humaine.

Ceux qui ont accepté de poser pour son travail sont tous volontaires et il n’y a ni sélection des participants ni de classification en fonction de leurs nationalité, genre, âge, classe sociale ou religion. L’œuvre que constitue Humanae n’a pas non plus de date de fin. Ce projet artistique « in progress » entend impliquer tous ceux qui accepter de faire partie de cette mosaïque globale, sans qu’Angélica Dass n’envisage de fin à ce travail, à moins que l’humanité entière n’y participe… Une taxonomie photographique de cette ampleur a rarement été entreprise et ceux qui ont précédé l’artiste brésilienne étaient des personnes

du XIXe siècle qui, pour différentes raisons, ont utilisé la photo pour créer des systèmes de contrôle social. Angélica Dass, elle, a adopté le format des guides Pantone qui permet d’avoir une hiérarchie horizontale dans les images, sans prééminence de certaines couleurs de peau ou de conditions sociales sur d’autres.
Jusqu’au 17 juillet
www.maxestrella.com

Spectacle equestre à Paris : « we were horses » de Bartabas, à la Grand Halle de la Villette

« we were horses » la Grand Halle de la Villette, Paris.

Pour fêter le 10e anniversaire de l’Académie du spectacle équestre, fondée à Versailles en 2003, Bartabas s’installe pendant un mois à la Grande Halle de la Villette

avec la compagnie école pour un programme inédit de spectacles et de rencontres.

Lors de cette carte blanche, l’art équestre sera mis à l’honneur dans une dimension très contemporaine avec, notamment, la présentation, pour la première fois à Paris, de we were horses. Ce spectacle, créé par Bartabas et la chorégraphe Carolyn Carlson célèbre la rencontre entre 16 danseurs et 9 écuyers. L’univers des deux créateurs se rejoint dans la force de la danse et la magie visuelle. Par ailleurs, Bartabas offrira également une facette plus personnelle de son travail lors de cinq soirées exceptionnelles pour une série d’improvisations réunissant des créateurs de tous horizons.
Jusqu’au 23 juin
www.villette.com

Evenement, cinéma en plein air : « Cinema Paradiso » au Grand Palais, Paris

« Cinema Paradiso » au Grand Palais, Paris.

La nef du Grand Palais reçoit le plus grand drive-in jamais réalisé dans une capitale.

Icône du cinéma en plein air, le drive-in est ici transposé dans l’un des édifices les plus célèbres de Paris et accueillera jusqu’à 1000 spectateurs par séance. Une expériences cinématographique unique devant un écran de 25 mètres de base avec un parterre de voitures de la famille Fiat 50 et une colline arborée en pente douce avec transats, sièges de cinéma et coussins.

Pulp Fiction, The Big Lebowski, Grease, Taxi Driver ou encore American Graffiti seront ainsi projetés. En parallèle, de nombreuses activités animeront le Grand Palais tout au long de la journée avec notamment une piste de roller animée par un DJ.
Du 10 au 21 juin
www.mk2.com

Exposition photo Paris :  [O2] de Patrick Richard à la CFOC

[O2] de Patrick Richard à la CFOC, Paris.

La photographie peut être artistique, journalistique, ludique, magnétique

, parfois héroïque, mais rarement poétique au sens littéraire de l’expression. Jouer de la structure, associer le mètre et le rythme, apprécier la coupe et la rime ; mélange d’allitérations et d’assonances qui de questions ou de réponses animent enjambements et métaphores pour nous offrir de subtiles allégories avec grâce, talent et volupté. L’image devient alors empreinte verbale et, là, où le regard se pose, l’intention, singulière et plurielle, entame une personnelle musicalité. Les deux se rejoignant dans une communion parfois lyrique où la sérénité domine l’ébat sensoriel. La vision devient alors familière et légère, presque aérienne, pour extraire l’être et simplement exister en oubliant toutes pensées. Âmes posées entre ciel et terre, célestes témoins de l’existant, retrouvant la grâce d’une genèse abstraite gravée dans leur poussière. Êtres solaires animés de vibrations polaires, ils sont multiples et ne forment qu’un, ensemble universel et intemporel d’une presque abstraite réalité, posés sur notre arbre sacré…, de vie. Patrick Richard propose ici une pause, le temps d’un instant, telle une prise de conscience du présent et de la rareté de ce qui nous entoure.
Jusqu’au 24 août.
www.cfoc.fr


  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page