12/17
fren
Partager
  • twitter share button

Décembre 2011

C’est maintenant

Marie Le Fort

 

Collection Nahmad à Zurich. Installée à Monaco, la famille Nahmad est connue pour la qualité de ses collections d’art moderne. D’ailleurs, leur nom aura régulièrement alimenté les grandes ventes aux enchères de ces dernières années. Réunis pour la première fois au Kunsthaus Zürich, cent chefs-d’œuvres s’échappent pour révéler des toiles de Pablo Picasso, Matisse, Modigliani, Kandinsky ou encore Claude Monet avec des tableaux tardifs aux couleurs chatoyantes. Si la collection semble suivre les canons de l’histoire de l’Art, elle présente cependant des traits tout à fait individuels, tendant un arc de l’impressionnisme tardif avec Renoir, Degas et Seurat à la fin du XIXe siècle, en passant par le cubisme et l’abstraction, jusqu’au surréalisme. Salvador Dalí et Max Ernst se joignent au groupe exceptionnel de Joan Miró et forment un parcours véritablement étonnant à travers les temps forts des Modernes.
The Nahmad Collection,
Kunsthaus Zürich – Heimplatz 1 – Zurich
jusqu’au 15 janvier 2012
www.kunsthaus.ch

Surréalisme à la Fondation Beyeler. La Fondation Beyeler présente, pour la première fois en Suisse, une vaste exposition consacrée au surréalisme à Paris, un des mouvements artistiques et littéraires les plus exemplaires du XXe siècle. S’inspirant des écrits de Sigmund Freud et sous l’égide d’André Breton, les surréalistes cherchèrent alors à transformer la représentation même de la vie et de la société. Dans le bâtiment signé Renzo Piano, on découvre plus de 200 chefs-d’œuvre de Salvador Dalí, René Magritte, Joan Miró et d’autres artistes surréalistes. Au-delà de ces chef-d’œuvres ou pièces maîtresses, le point phare de l’exposition est la présentation des collections surréalistes personnelles de Peggy Guggenheim et de Simone Collinet, la première épouse d’André Breton. Objets, photographies, dessins, manuscrits, bijoux et films, l’exposition semble faire le tour de la question surréaliste.
Jusqu’au 29 janvier 2012.
www.fondationbeyeler.ch

 

Beckmann à Bâle.
Si Max Beckmann (Leipzig, 1884 – New York, 1950) est l’un des géants de la modernité, il se considérait pourtant comme le dernier des grands maîtres classiques.
Mieux, s’il n’a participé à aucune des avant-gardes du XXe siècle, son œuvre reste marquée par l’impressionnisme, l’expressionisme, la Nouvelle Objectivité et l’art abstrait. Connu comme peintre de la « condition humaine », il s’est aussi consacré intensément à la peinture de paysages pour la renouveler de manière exceptionnelle. Organisée par le Kunstmuseum Basel l’exposition se focalise sur ses paysages et présente 70 tableaux, parmi lesquels des chefs-d’œuvre comme Le Port de Gênes (St. Louis Art Museum) ou La plage (Musée Ludwig, Cologne). Ici et là, des vues par la fenêtre, des rideaux, balustrades, colonnes et points de vue en hauteur jouent un rôle de médiation entre l’espace habité et la nature illimitée. En parallèle, deux autres expositions allemandes permettent d’appréhender, plus amont, l’ensemble de l’œuvre de Beckmann : « Max Beckmann. Face à face », au musée des Beaux-Arts de Leipzig (17 septembre 2011 – 22 janvier 2012) et « Max Beckmann et l’Amérique», au Städel Museum de Francfort-sur-le-Main (7 octobre 2011 – 8 janvier 2012).
www.kunstmuseumbasel.ch

Museum fur Gestaltung, Zurich : Highrise, Idea & Reality. L’évolution architecturale suit une logique contradictoire inhérente à l’homme et, poussée à son paroxysme, elle donne naissance à de nouveaux terrains d’expression.Ceux d’une construction effrénée, des favelas brésiliennes ou villes dortoirs chinoises tout droit sorties d’un mauvais film de science fiction. Et a contrario, elle explore aussi ceux d’un isolement toujours plus extrême, au sommet de tours érigées comme une nouvelle Babylone. Considéré comme l’apanage d’une élite en Europe, il s’insère toujours plus amont comme un îlot esseulé, ou un trophée, dans les villes modernes. S’attardant sur cette contradiction, l’exposition « High-rise : Idea and Reality » organisée par le Museum für Gestaltung de Zürich tente de redéfinir la notion même  d’immeubles et gratte-ciels au XXIe siècle. Avec un chiffre tout d’abord : la moitié des immeubles érigés à la surface du globe ont vu le jour ces dix dernières années. Hier encore, prestigieux véhicule d’image et de pouvoir, les gratte-ciels incarnent aujourd’hui davantage une course effrénée au logement immédiat, à l’entassement vertical. Une ‘nouvelle norme’ destinée à la multitude dans des cités comme Hong Kong ou autres villes tentaculaires chinoises au nom imprononçable.
Jusqu’au 2 janvier.
www.museum-gestaltung.ch

 


  • Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume

    Parutions Capsule de Plume pour le Parfum de Valise

  • Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

    Pour les annonceurs de Plume Voyage

  • Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

    Découvrez les News Parisiennes de Plume Voyage Magazine

  • Forbes

    Forbes
  • haut de page